Encore un  rêve à Jérusalem !

 

Par Jean-Marc Alcalay

Israel Psychoanalytic Society, 13 rue Disraeli, Jérusalem, 1er  juillet 2020 : 17H00.

3ème séance [1]

Bonjour Docteur F. Excusez-moi pour cette absence de plusieurs mois. Vous savez, la Covid-19, puisque maintenant, il faut dire comme ça !

Oui je comprends. De toute façon, je ne pratique pas les rendez-vous par Skype ou par téléphone. Je préfère le contact direct et le divan. Tradition freudienne oblige ! D’ailleurs, allez-y, cette place vous attendait…

Docteur, j’ai fait un autre rêve. Toujours à Jérusalem puisque j’habite la capitale du pays. Et ce rêve, je l’ai appelé : annexion ! Actualité oblige,  Il s’est imposé à moi, et il a « occupé » toute ma nuit, enfin, façon de parler.

Vous voulez dire : annex-Sion !

Oh ! Je vous vois venir docteur avec vos interprétations lacaniennes ! Donc, d’après vous, mon rêve : retrouvailles  avec Sion, le sionisme, l’histoire, le pays, la terre, la Bible…Vous avez peut-être raison. J’étais en Judée-Samarie qu’on appelle aussi Cisjordanie. Vous vous rendez compte, deux noms pour une même région ! On voit que l’histoire est passée par là. Les collines étaient douces, couvertes de fleurs, d’oliviers et de vignes, et je m’y promenais  comme si j’étais dans un paysage que je connaissais depuis longtemps. Peut-être, le jardin d’Eden ?

Ce rêve de déjà-vu. Depuis quand ? Votre enfance ? Avant cela ?

Oui bien avant, en des temps que je dirais bibliques ! Le paysage n’a d’ailleurs pas changé. Sauf qu’il y a des Palestiniens alors qu’avant, il n’y en avait pas, puisqu’ils n’ont pris ce nom que sous les Romains ! Et de plus, nombre d’entre eux étaient Juifs, ceux du Yichouv… D’ailleurs certains disaient même qu’ils étaient des Juifs palestiniens avant de devenir Israéliens.

Oui c’est vrai, tout le monde ne pense pas comme vous !

Oh oui, surtout les Européens, les pays arabes mais de plus en plus timidement, et puis les Français dont j’étais, enfin le gouvernement français représenté par son ministre des Affaires étrangères. Il criait dans mon rêve. Je reconnaissais sous son masque Jean-Yves Le Drian, un socialiste tendance En marche, enfin, je ne sais vers où ? Il ne portait pas un masque FFP3, très à la mode actuellement, mais celui de Mahmoud Abbas. Il avait le visage de Mahmoud Abbas ! Et quand il se retournait, je voyais dans ce tourbillon morphologique qu’il en avait un autre, celui d’Ismaël Haniyeh. Abbas-Le Drian-Haniyeh …sa tête tournait allant d’un visage à l’autre comme dans un manège incontrôlé. Une horreur docteur. J’ai même failli me réveiller. De plus, il baragouinait dans un sabir incompréhensible, anglo-franco-arabe et à très grande vitesse. Une logorrhée qui me donnait mal à la tête. Je le sentais même dans mon rêve. C’était épouvantail…Oh pardon, épouvantable !

Ah oui, vous voulez dire, cette langue, celle du Quai d’Orsay !

Oui, docteur, c’est exactement ça !

Je croyais entendre qu’il disait non ! Non ! Pas les Corses ! Pas les Bretons ! Pas les DOM-TOM. Je ne veux pas qu’ils décident d’eux-mêmes et surtout pas qu’Israël décide.  Mais il hurlait seul dans le désert et personne ne l’entendait ! Je n’y comprenais rien. Tout se mélange dans les rêves ! Pourtant, Israël ne fait que revendiquer une terre qui est la sienne depuis les temps bibliques. Mais la France coloniale elle, ne voudrait pas perdre les siennes en Outre-mer. Cela n’a rien à voir avec ce qui se passe ici. Rassurez-moi !

Oui Outre-mère ! Si vous me permettez une première  interprétation un peu facile. C’est comme si le retour à la terre signifiait une nostalgie du ventre maternel et cette injonction d’y retourner, une façon d’obéir à un commandement paternel, une sorte de surmoi hérité du père, Œdipe donc. Une manière en somme de gagner la reconnaissance d’un père…je vous dirai plus tard de quel père il s’agit. Et puis seconde interprétation : je crois que  le ministre délirait dans votre rêve. Il refuse qu’Israël, mais de quoi se mêle-t-il,  puisse habiter pleinement la terre qui lui appartient. Il accepte que  la France ait encore des colonies, des vraies celles-là et accuse Israël d’en construire, ce qui est faux car ce ne sont pas des colonies. Ce ministre conserve ainsi des territoires coloniaux qu’il n’imagine surtout pas séparés du continent.

A bon ! Je continue. Le ministre s’est mis à ramper dans le désert et à manger le sable jusqu’à s’étouffer. Il rampait comme un serpent maladroit, encombré par des écailles trop grandes pour lui, et j’ai pensé : comme la France rampe devant la Chine, là, elle est même sous le sable, la Turquie, la Russie, les pays arabes et les arabes de ses quartiers et aujourd’hui ses Africains… S’ils le pouvaient, ils débaptiseraient même  la Maison-Blanche ! Trop blanche à leurs yeux !

–  Hum ! Hum ! Nous n’en sommes pas là  mais revenez à votre rêve qui est plutôt un rêve apaisant. Des écailles trop grandes, avez-vous dit ! C’est comme si au Proche-Orient, la France flottait dans un costume diplomatique qui ne serait pas à sa taille. Autrement dit, trop grand pour elle et qui lui donne l’allure d’un clown ou d’un pantin ! Pour finir, je trouve votre rêve, même plutôt assez clair, sans trop de travestissements, c’est-à-dire, de condensations ni de déplacements. Et puis, tout à l’heure, à la place d’épouvantable, vous avez dit épouvantail. Pourquoi ce lapsus ?

Euh…Peut-être parce que…pour poursuivre ce que vous dites, je pense que la France gesticule au Proche-Orient comme un épouvantail mal drapé dans un habit trop grand, et qui s’agite désespérément au souffle chaud et sec du sharaf. Ainsi vêtue, elle croit faire peur à Israël…Voilà…

Bien… Si je me permets une dernière interprétation, vous semblez dire, mais vous le direz mieux que moi,  que votre désir dans votre rêve c’est de placer le futur Etat palestinien s’il y en a un, un jour, dans l’actuelle Jordanie. C’est assez clair. Des politiques pensent cela. C’est la réalité sur le terrain qui est plus complexe. J’allais dire complexe d’Œdipe.

Ah bon ! Dites-moi docteur !

Enfin, je ne suis pas là pour vous dire mon avis. Mais pour une fois. Quand je parle du mythe grec c’est pour vous dire ce que j’évoquais tout à l’heure. Chacun revendique qu’il est le digne héritier de cette terre, d’où les conflits…le père Abraham, celui de la Bible n’est donc jamais loin des guerres territoriales dont la politique a pris le relais.

Ah oui, je comprends. Chacun veut une reconnaissance par le père pour cette terre qu’il revendique. Mais cette terre est juive et je suis certain qu’Abraham le confirmerait. Mon rêve n’est pas un cauchemar. C’est la réalité qui l’est ! Finalement, ce confinement m’aura reposé et je reviens chez vous plutôt serein. Mon inconscient est pour l’instant en paix, mais jusqu’à quand ?

Et bien restons-en là pour aujourd’hui sur ce beau mot mythique de paix. A la semaine prochaine.

Oui docteur, à la semaine prochaine….

                                                                                           Jean-Marc Alcalay

[1] Jean-Marc Alcalay, Mon rêve à Jérusalem et le Président grenouille, in, Jforum, 30 janvier 2020.

3 Commentaires

  1. Bonjour Monsieur,
    Je vous remercie pour votre question. Je ne choisis pas les illustrations du texte. Mais vous avez raison, il s’agit du second Temple, celui d’Hérode dont la maquette est à Jérusalem, sur le site du Musée National d’Israël. Vous trouverez sur Google image toute la maquette de l’ancienne Jérusalem. Cordialement.
    Jean-Marc Alcalay

  2. D’où vient votre image du Temple ? Est-ce une reconstitution – à partir de quelles données ? Est-ce celui d’Hérode (puisque vous citez Luc) ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.