Ecran de fumée iranien et miroirs palestiniens aux alouettes

14
638

Cassandre pré-électoral

Ecran de fumée iranien et miroirs palestiniens aux alouettes

Opinion: la propagande électorale de Bennett et Netanyahu magnifie la puissance et la splendeur d’Israël tout en sous-estimant ses ennemis. Mais c’est exactement le même genre d’orgueil inquiétant qui a tourmenté le pays juste avant certains de ses plus grands désastres

Alex Fishman|
Publié le: 20.02.20, 23:38
L’emprise de l’Iran sur la Syrie se relâche, Israël est la huitième superpuissance militaire au monde, le Hamas souhaite un accord à long terme avec Israël – qui ne laisse à l’État juif d’autre choix que de lâcher un peu de mou au groupe terroriste pour que nous puissions enfin commencer à réaffecter certains des abris anti-bombes près de la frontière de la bande de Gaza.
Ce n’est qu’un petit aperçu des incantations magiques qui ont débordé de la bouche de nos dirigeants ces dernières semaines – et de toute leur propagande électorale, bien sûr.

תגבור כוחות צה"ל בגבול סוריה בעקבות חיסולו של קאסם סולימאני

Les forces israéliennes à la frontière syrienne
( Photo: AFP )
Ils essaient de créer cette fausse prétention de puissance et dépeignent Israël comme un empire.
Il s’agit du même orgueil inquiétant qui a tourmenté le pays juste avant l’éclatement de la guerre de Yom Kippour en 1973 ou de la première guerre du Liban en 1982.
Selon quoi exactement le ministre de la Défense, Naftali Bennett, a -t-il déterminé que l’emprise de l’Iran sur la Syrie se desserre?
Je doute fortement que les services de renseignements israéliens puissent nous fournir un rapport de situation clair sur un changement de stratégie aussi radical du côté iranien, juste un mois après l’élimination de Qassem Soleimani par les États-Unis, chef de la force d’élite Quds au sein du Corps des gardiens de la révolution iraniens (IRGC).

נפתלי בנט ובנימין נתניהו

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Naftali Bennett
( Photo: GPO )
Certains en Israël semblent sous-estimer l’héritier de Soleimani, Esmail Ghaani, tout comme ils ont sous-estimé l’ancien président égyptien Anwar Sadat ou le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah.
Le pouvoir politique limité de Ghaani pourrait le conduire à prendre des décisions militaires beaucoup plus aventureuses.
Il ne fait aucun doute que le CGRI traverse actuellement une période de restructuration.
Un autre signe inquiétant pour Israël est la nomination de Mohammad Hejazi, le commandant du régiment libanais des CGR et l’un des capitaines de son projet secret de missiles à guidage de précision avec le Hezbollah, en tant que commandant en second de Ghaani.

אסמאעיל קאאני יורשו של קאסם סולימאני מפקד כוח קודס משמרות המהפכה של איראן

Le nouveau chef de la Force Quds du CGRI, Esmail Ghaani
Mais en un mois, Bennett a réussi à changer la situation en Syrie par le seul effet de son souffle, tout comme il l’a fait à Gaza.
La clémence accordée au Hamas ces derniers jours est l’enfant bâtard d’un fantasme que l’État d’Israël a conçu dans son esprit collectif, selon lequel le Hamas est dos au mur, une situation qui ouvre une fenêtre d’opportunité pour qu’Israël puisse mettre en oeuvre un accord visant à imposer le calme à long terme au groupe terroriste.
Ce fantasme est également la raison de la déclaration bizarre de Bennett sur le terrorisme en déclin, qui excuse la délivrance de milliers de permis de travail pour les travailleurs de Gaza en Israël – sous couvert de permis qui ne seraient accordés qu’aux commerçants – sans rien obtenir en retour.
Apparemment, deux jours sans que des explosifs transportés par ballon survolent nos têtes signifieraient que le terrorisme est en train de disparaître.
Nous entendons des histoires sur la façon dont cette trêve est à nos portes depuis deux ans maintenant, mais le Hamas refuse simplement de coopérer.
Cela n’arrête pas vraiment le terrorisme provenant de la bande, et le Hamas continue de presser le jus d’Israël par des tirs de roquettes sans fin et refuse de discuter du retour des captifs et des corps des soldats tombés à Gaza.
C’est le Hamas qui fait pression sur Israël et non l’inverse.
Vous ne me croyez pas? Le jour où Israël a délivré des milliers de permis de travail supplémentaires et étendu la zone de pêche de Gaza – des tireurs d’élite du Jihad islamique ont célébré l’occasion en ouvrant le feu sur les soldats de Tsahal.
Cependant, le plus gros bluff de tous est l’affirmation de Netanyahu selon laquelle Israël est le huitième pays le plus puissant du monde.
C’est la deuxième campagne électorale consécutive qu’il utilise cette même manipulation.
Il a tiré ses données d’une enquête annuelle de l’US News & World Report basée sur les réponses de plus de 21 000 personnes classant 80 pays sur un éventail de questions, y compris le pouvoir, l’influence culturelle, l’économie et l’entrepreneuriat, les catégories totalisant un Classement total des «meilleurs pays».
Puisqu’il est hautement improbable que tous ces milliers de participants aient visité ou étudié les nombreux pays en question, cette enquête examine essentiellement l’image d’un pays aux yeux du monde.

תגבור כוחות צה"ל בגבול סוריה בעקבות חיסולו של קאסם סולימאני

Forces israéliennes à la frontière syrienne
( Photo: AFP )
En ce qui concerne l’image de la force militaire d’Israël – elle a été classée deuxième au monde par les participants, après la Russie mais devant la Chine et les États-Unis.
Le Premier ministre n’utilise pas ces données pour se ridiculiser. En pesant d’autres variables telles que l’influence internationale, la stabilité politique et d’autres facteurs – Israël chute à la huitième place.
Cependant, lorsque nous additionnons le reste des variables dans l’équation, telles que la qualité de vie, l’économie, la mobilité, l’influence culturelle, etc. – Israël plonge au 29e rang– cinq places de moins qu’avant la prise de fonction de Netanyahu.
Il convient de noter que les principales institutions de recherche du monde entier signalent en fait une baisse de la force militaire d’Israël au cours de la dernière décennie.
Bien que ces fausses données servent de propagande électorale, elles peuvent engendrer de la complaisance, sous-évaluer l’ennemi et constituer une mauvaise préparation aux défis qui attendent le pays.
Adaptation : Marc Brzustowski. Commentaires : Pour froissants et inconfortables que soient ces constats, ils méritent d’être sérieusement examinés au titre du signal d’alerte

14 COMMENTS

  1. reponse a Henri Bettan , certainement pas encore nait en 73 , ou alors dans ces barboteuse , sachez qu en 73 c’etait la gauche qui etait au pouvoir , sachez que c est votre gauche qui a tuer tous nos jeunes soldats en 73, sachez que c’est une erreur de vore gauche qui a massacre nos jeunes en 73 , et sachez que c’est votre premier ministre de gauche qui par sa fierte de vielle femme et par ses conseiller tordus utile qu a ce mettre du pognon dans leur poche et faire la java a tel aviv .NON PAS ECOUTER LES RENSEIGNEMENT DE L’ARMEE NI LE MOSAD de se qui se passer reelement a nos frontieres , que savez vous de l’armee ? avez vous fait l’armee ? ou habitez vous en israel? ou alors vous venez en touriste et cette situation vous derange pour bronze au soleil .n’essayer pas sur ce plateau de faire de la propagante de gauchiste , et d’aider ce triangle de faussaire mandelblit gabi askenazi et gantz a mettre la main sur le gouvernement avec l’aide du haut tribunal composer que de juges de gauche certainement payer par soros . qu’a fait mamdelblit ? il a collabore avec askenazi pour tromper le System d application de la loi ,, il a donner la version officiel de la police puis puis quand il a découvert qu’il exister des documents il a transmi le contraire .autrement dit il a donner un faux temoignage a la police .pour couvrir askenazi . le meme qui etait le commandant de benny gantz (qui connaisser toute l’affaire) aujourd hui benny promet de nommer askenazi ministre de la defense avec l approbation de mandelblit et voila le trio criminel qui ont comploter pour renverser le 1 er ministre tout comme ils ont obliger galant de mettre gantz chef de cabinet avec un faux document , qui par la suite ont fait condaner galan , alors svp monsieur je sais tout renseignez vous avant de trop parler merci
    cela peut deranger certaines personnes mais il faut dire la verite et laisser les gens voter en leur ames et conscience

  2. GRACE A BIBI,ISRAEL A EVITE ET REPOUSSE LA GUERRE AVEC GAZA.JE RECONNAIS QUE POUR LES HABITANTS DU SUD D’ISRAEL CE N’EST PAS SUPPORTABLE MAIS UNE GUERRE C’EST LA MORT DE DIZAINES DE SOLDATS DE 20 ANS ET CELA EST INSUPPORTABLE D’AUTANT PLUS QU’APRES AUTANT DE ROQUETTES LE BILAN HUMAIN EST PRATIQUEMENT NUL ET LE BILAN MATERIEL PEU IMPORTANT.DE LA PART DE BIBI C’EST CE QUE L’ON APPELE LE PRAGMATISME PROPRE AUX GRANDS CHEFS D’ETAT.IL N’EST TOUTEFOIS PAS DIT QU’IL NE FAILLE PAS UNE INTERVENTION MUSCLEE SI LA SITUATION DEGENERAIT.

  3. “8ème puissance militaire mondiale” incapable d’empêcher des bricoleurs du dimanche de bombarder Sderot et d’incendier chaque année 25 millions de m² de cultures? N”est-ce pas plutôt ne méthode Coué destinée à conforter la propagande des haredim qui prétendent que 140.000 bahourim yeshiva simulant l’étude de la Torah ne sont pas nécessaires à la défense du pays et que leurs prières mécaniques sont l’outil de la victoire?

    • @ Ratfucker,
      Votre pseudo indique le genre d’individu que vous êtes.
      Au lieu de balancer vos inepties, pourquoi ne proposez-vous pas quelques solutions fiables pour que les bricoleurs qui envoient leurs ballons de la terreur vers des maisons israéliennes soient neutralisés ou mieux, éliminés de façon très ciblée ?
      Qu’est-ce que les harédims viennent faire dans vos élucubrations ?
      Moquer la “8ème puissance militaire mondiale” prouve votre état d’esprit à charge, tout ce qui vous intéresse c’est de cracher vos idioties infondées.
      Vous voulez que je vous dise ? Je vous soupçonne d’être un troll en charge de semer le trouble dans des échanges entre lecteurs bien informés et lucides.
      Allez balancer vos élucubrations ailleurs, elles ne nous intéressent pas, ou alors, fournissez des arguments/preuves à vos délires …..

  4. Toute la question réside dans la cohérence de l’armée, depuis toujours plurielle dans ses conceptions et ses pratiques, et la clairvoyance du gouvernement qui lui donne des ordres. Nous en avons un exemple vivant sous les yeux. En un temps record – moins d’une semaine – ce gouvernement sortant change de cap à 180°, contraint par des faits qu’il ne maîtrise pas. D’abord, Natanyahou et ses équipe, soucieux d’obtenir le calme à une semaine d’un scrutin vital pour son sort, se fait l’avocat du terrorisme et donne honteusement instruction au chef du Mossad – un homme de son clan- de courir supplier un Qatar furieux de na pas interrompre le payement du racket exigé par Hamas. En même temps qu’il tente d’obtenir de l’Egypte, elle aussi vent debout comme les islamistes de Gaza, de modérer sa colère à leur égard… Puis, voyant que l’Iran, consciente de sa faiblesse, tente d’exploiter la fenêtre de tir, Il intime à Tsahal de sur réagir ! La facture électorale cynique de monsieur l’inculpé en chef et de son ministre toutou de la défense, ce sont les enfants de Sdéroth, de Nétivoth et de la ceinture de Gaza qui la paient Cash ! Que peut faire dans ce cas, une armée si puissante soit-elle, livrée aux tribulations d’un personnage à la dérive, dont seul son sort constitue à ses yeux une priorité nationale ? Comment peut-elle concevoir une politique globale de dissuasion qui ne soit pas celle d’un gribouille sur la défensive, craintif et se fichant royalement du sort des administrés, à qui il ne cesse de raconter des bobards en leur disant que leur police, leur justice, et même leurs chefs militaires sont des gauchistes, des incapables et, pire encore, des traîtres en puissance ? Comment dans une telle ambiance ne pas démoraliser la troupe qui ne demande qu’à faire son boulot et le front arrière qui est prêt à la soutenir de toute ses forces ?
    On en est rendu à considérer qu’ensembles : Hamas, Djihad, Hezbollah et Pasdaran constituent la meilleure ceinture de sécurité d’Israël… En ceci qu’ils obligent Tsahal à une vigilance constante et à une mise à niveau permanente. On a beau être la Xème puissance militaire de la planète (c’est selon le curseur que l’on se choisit pour mesurer), on connaît tous les légendes du talon d’Achille et des géants aux pieds d’argile. Un petit caillou bien placé a fait chuter Goliath avec son épée magique, ses muscles d’acier et sa taille de colosse. Et, a démoralisé les armées philistines, bien mieux outillées qu’un petit berger de Galilée. Sous cet angle, Octobre 73 n’a pas servi de leçon, malgré l’énormité du traumatisme national. Il a suffi d’une mauvaise conception opérationnelle d’un chef d’Etat-major et les hésitations d’un tout nouveau gouvernement en Juillet 2006, pour renvoyer Tsahal à ses affres lors de la 2éme guerre du Liban. Le rétablissement a été brillant, comme sur la canal de Suez, mais, Dieu que ça a été pénible et inutilement meurtrier !
    L’autre traquenard est de faire une confiance aveugle à la technologie. Certes, les instruments dont Israël s’est dotés sont largement en avance sur le reste du monde – et c’est c’est indéniable – mais s’il ne sont pas guidés par des objectifs clairement définis et une finalité réfléchie et pesée par avance, ils ne constitueraient que des joujoux dispendieux aux résultats illusoires. Au moins la conception de l’ex chef d’Etat-Major Benny Gantz est claire concernant Gaza : ou le silence total ou l’écrasement total. Et pas un sou de racket pour le Hamas !

  5. @damran , @marc , si je peux me glisser dans votre debat , en toute modestie , mon analyse est la suivante :
    L efficacité d une armee se mesure en en fonction des missions qu on lui assigne et des moyens qu on lui donne ,
    En ce sens , par exemple , l armee française est faible car la politique française pretend s etendre a plusieurs continents , et l armee n a manifestement pas les moyens de suivre : il lui faut les gros porteurs americains pour se projeter , les helicopteres danois pour la soutenir au sahel , elle manque d effectifs et ne peut manifestement meme pas demain affronter les emeutes ethniques qui se profilent dans sa metropole .
    Du coup pour Tsahal , l exemple , a mon avis est inverse : la mission est de proteger de l interieur un minuscule territoire , la population de ce pays est globalement homogene et assure un soutirn total , hormis la protection des plates formes gazieres et l eventuelle capacité de frapper l iran , l eventail des missions est reduits tant en formes qu en distances ….

  6. Article très intéressant, moi j’y croyais à la 8ème puissance mondiale…
    Je ne me fais pas trop de soucis pour Tsahal, leur équipement est au top, les effectifs mobilisables sont très importants, sans parler de la dissuasion nucléaire, et surtout l’intelligence juive.
    Ce qui m’inquiète, paradoxalement, c’est le trop de puissance.
    Au premier abord, quand je lis que le nouveau plan Kochavi “Elan” va multiplier par 7 les moyens, ça me fait plaisir. C’est mon cerveau limbique..
    Après, c’est l’intellect qui prend le relais : oui, mais les chiens enragés en face, eux-aussi ils vont multiplier par 7 leurs actions. C’est l’ESCALADE!
    Alors comment vivre en paix?
    On ne pourra pas avoir le beurre et l’argent du beurre, et on ne peut pas exterminer tous les Gazaouis.
    Donc pour moi la question n’est pas une question de moyens mais de volonté politique.
    Si on décide l’escalade, alors il faut assumer et ne pas demander à vivre en paix, cela ne sera pas possible.
    Pour l’Iran, c’est différent, ils sont loin, et ce sera de la légitime défense, ils vont morfler les pauvres, avec une coalition internationale contre eux, et peut-être l’OTAN..
    Le Hezbollah, 35.000 miliciens contre 3 millions de soldats sur-équipés, ça ne devrait pas poser de problèmes..
    L’argent du Qatar, c’est combien? 70 euros par personne et par an, ou quelque chose comme ça? Pas de quoi fouetter un chat..
    Bon je vais me coucher, merci pour le débat.

  7. Il y a sous-estimer l’ennemi.
    Et il y a vouloir sous-estimer l’ennemi.
    Le premier est une erreur, le second une faute.
    C’est le second qui est l’instrument des défaites, dans tous les conflits de l’histoire.
    Reste la 3ème option, faire croire à l’ennemi le premier ou le second.
    N’est expert Que celui qui est dans le secret.
    Quant aux autres, qu’ils ne proposent que des hypothèses.
    Qui vivra verra est, pour nous, la conclusion actuelle.

  8. @ Marc,
    Désolé, mais vous n’apportez rien au débat si ce n’est de dénoncer le somnambulisme et autres égarements dont ferait preuve Israël de façon coupable.
    Tsahal est l’armée la plus réactive du monde et sait s’adapter à toutes sortes de situations, y compris les plus insensées; si tel n’était pas le cas, Israël aurait déjà perdu au moins une guerre qui lui aurait peut-être, été fatale.
    Enfin, il ne faut pas sous-estimer l’allié américain qui ne laissera jamais tomber Israël.
    L’aveuglement incompréhensible qui a frappé Israël lors de la Guerre de Kippour reste une énigme irrationnelle : Comment les dirigeants et les militaires ont-ils pu ne pas prendre au sérieux l’attaque imminente de l’Egypte et de la Syrie, malgré un nombre d’alertes très élevé émanant de plusieurs sources “sûres”, y compris soviétiques ?
    Le grand danger réside dans cet aveuglement ou légèreté coupable, qui pourrait être dangereux par excès de confiance.
    Mais comme nous le savons tous, Tsahal a toujours une solution pour permettre la victoire du pays, et c’est grâce à l’exceptionnel courage et à l’engagement de ses soldats, et de leurs talents que ses extraordinaires combattants l’emporteront toujours.
    Sadate est venu à Jérusalem pour faire la paix parce qu’il avait réalisé qu’il ne remporterait jamais une victoire sur Israël, malheureusement, d’autres ne l’ont pas encore compris ….

    • Damran,

      vous ne sortez jamais des sentiers battus et des banalités? Toutes vos platitudes on les connait déjà. Il s’agit plus d’actes de foi (et il en faut) que d’analyse concurrente. Vous reproduisez immédiatement, pour vous rassurer, les bons vieux modèles d’invincibilité, sans questionner les points faibles ou en faisant taire ce genre d’interrogations “indispensables” pour aller plus loin. Le registre de la “culpabilité” n’apparaît que lors de commissions d’enquêtes après-coup d’un ratage évident (admettons, Les ordres contradictoires de juillet 2006 pointés par Winograd). Ici il s’agit plus d’auto-complaisance. Au stade préalable il s’agit de prévenir plutôt que guérir (ensuite). C’est sur la prévention qu’Israël est “gagnant à tous les coups”, mais c’est encore une vérité de la Palisse.

      Si l’article a la moindre intérêt, c’est de triturer des failles dans la cuirasse, à seule fin de se renforcer encore et encore. Ca s’appelle la vigilance permanente. Le danger se présente vraiment si Tsahal reste dans ses zones de confort, la sous-évaluation des situations.

      Or la double-situation d’opérations dissuasives qui, je pense, fonctionnent (“guerre entre les guerres”) et d’un système électoral complètement détraqué obligent les politiques à la surenchère, quitte à vendre de faux repères comme cette histoire démentie de “8ème puissance mondiale”. Comment se fait-il qu’on ne réponde pas du tac au tac aux rapports pessimistes ou plus déconcertants et qu’on se laisse ainsi flattés? Il en va de même avec l’argent qatari de Gaza, comme mode de “pacification” illusoire.
      Il est vrai que le schéma de l’erreur préalable à la guerre de Kippour, est assimilée “depuis le temps”. Le premier paramètre est que l’histoire ne ressert jamais les plats. Y compris pour des commissions Winograd, etc, pour la dernière aventure au Liban : le lendemain, on éliminait le général en chef Mughniyeh et beaucoup d’autres intermédiaires, dont ses beaux-frères, cousins, fils, des généraux syriens et iraniens… Des entraînements imprévus ont lieu quasiment toutes les quelques semaines pour maintenir les troupes en alerte contre la moindre mauvaise surprise.

  9. Voir de façon appuyée le verre à moitié vide est recevable.
    Certains reproches sont réels et ne doivent pas être négligés.
    Toutefois, cette analyse est essentiellement basée sur un point de vue purement israélien, et ne tient pas compte des complexités des relations internationales et de leurs implications.
    Israël n’est pas une superpuissance, c’est juste un pays de moins de 10 millions d’habitants.
    Il est évident qu’Israël doit en faire plus dans plusieurs domaines, mais comment y parvenir avec une instabilité politique qui dure depuis près d’un an ?
    Nous sommes tous très énervés par les réponses de Tsahal aux agressions inadmissibles provoquées par les terroristes de Gaza qui visent systématiquement des civils à proximité.
    Comment comprendre que le Qatar apporte régulièrement des valises d’argent aux salauds qui dirigent la Bande de Gaza, avec l’accord d’Israël ? Une prime à la terreur ?
    En fin de compte, il semblerait qu’Israël soit atteint du syndrome de l’invincibilité qui est une façon de gérer les choses, mais qui comporte beaucoup de risques.
    Après les guerres de 1947, de 1956, de 1967, de 1973, de 1982, de deux intifadas et des nouvelles tensions avec l’Iran, le hezbollah et les nouvelles formes de terrorisme en Judée-Samarie et Jérusalem, l’idée que quoi qu’il arrive Tsahal trouvera des solutions et vaincra toujours les agresseurs, fait partie du quotidien des Israéliens, même si elle choque parfois.
    L’analyse critique qui nous est proposée est intéressante, mais elle ne tient pas compte de la complexité régionale, de son instabilité chronique et des dangers permanents qui en résultent, le rôle de l’Iran et de ses grouillots en est un exemple très concret …..

    • Il me semble, au contraire, que l’analyste (quelles que soient ses tendances politiques réelles : “Yedioth Aharonoth”) resitue l’illusionnisme politique israélien dans son contexte réel, en tentant de le réveiller de son somnambulisme régional : ça bouge énormément au nord et au sud, la situation “parait” sous contrôle (par moyens artificiels genre argent qatari) et on se raconte des bonds prodigieux en avant, même s’il y a de la houle et du recul (niveau de performance de Tsahal élimé par l’absence de recherche de victoire concrète et définitive à Gaza et au Liban-Syrie : ce que cherche à résoudre le nouveau plan Kochavi “Elan”, par une multiplication par 7 des moyens de Tsahal).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.