La 5ᵉ édition du dialogue Franco-Israélien sur l’antisémitisme.

Le programme était dense, à la hauteur de la tâche.

Pendant deux jours, des dizaines d’experts français et israéliens se sont réunis autour de Delphine Borione, Ambassadrice pour les droits de l’Homme, et de Sophie Elizeon, déléguée interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT – et de ses équipes de la DILCRAH – pour échanger sur les enjeux principaux de la lutte contre l’antisémitisme.

Le Crif, représenté par Robert Ejnes, Directeur exécutif, Jean-François Guthmann, membre du Bureau exécutif, et Président de l’OSE, et Marie-Sarah Seeberger, chargée de mission, était présent tout au long des travaux.

Cette 5ème édition du dialogue franco-israélien a été ouverte par Madame Isabelle Rome, ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances, et S.E. Yaël German, Ambassadeur d’Israël en France.

La première journée a été consacrée aux politiques européennes contre l’antisémitisme et aux enjeux de la coopération multilatérale, notamment au sein des instances internationales. L’IHRA et la définition de travail de l’antisémitisme a été l’objet de nombreuses discussions, les participants saluant son adoption par la France, permettant ainsi de travailler avec des indicateurs communs.

La stratégie européenne de lutte contre l’antisémitisme et de soutien à la vie juive, présentée l’an dernier, a été soulignée, ainsi que le plan national de lutte contre l’antisémitisme, qui sera présenté au mois de décembre par la France.
La question de la haine en ligne et des GAFA a également été abordée.

La délégation israélienne, composée de représentants et de Ministres de l’Ambassade d’Israël en France, et de représentants du Ministère des Affaires étrangères israélien, parmi lesquels Ruth Cohen-Dar et Shuli Davidovich, a présenté une étude chiffrée sur l’état de la haine sur les réseaux sociaux dans le monde, mettant en évidence un antisémitisme particulièrement virulent en France.

La deuxième journée de cette rencontre franco-israélienne a davantage porté sur la question de l’éducation nationale et des moyens mis en œuvre pour lutter contre l’antisémitisme à l’école et dans l’enseignement supérieur.

Au cours de ces deux journées de réflexions, des représentants du Ministère  de l’Europe et des Affaires étrangères, du Ministère de la Justice, du Ministère de l’Intérieur, du Ministère de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports, du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, du Ministère de la Culture, étaient présents.

Le CIVS, le Mémorial de la Shoah, l’UEJF, le Comité français pour Yad Vashem, l’AJC, la LICRA, et la CNCDH, ont également rejoints certaines tables-rondes pour enrichir les débats et les travaux.

Source : crif.org

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.