Des questions marginales dominent la campagne

0
291

 

Des questions marginales dominent la 4ème semaine de campagne

Par Manfred Gerstenfeld

La quatrième semaine de campagne est dominée par des questions à la marge de la campagne, qui peuvent, cependant, avoir un impact sur le résultat des élections. Le Procureur Général Avichaï Mandelblit a rencontré, le 21 janvier avec l’équipe juridique du Premier Ministre Binyamin Netanyahu. Ces avocats lui ont demandé de retarder sa décision initiale pour savoir s’il va inculper ou non Netanyahu pour corruption publique jusqu’après la date des élections du 9 avril.

Mandelblit a rencontré, fin décembre, plusieurs anciens Procureurs Généraux, avocats de la Cour Suprême de Justice et procureurs en chef. Ils sont unanimement d’avis que la décision pour savoir s’il faut ou non inculper Netanyahu devrait être publiée avant l’élection. Mandelblit est aussi de cet avis[1].

Mandelblit a depuis lors dit qu’il annoncera dans les prochains jours quand il rendra publique sa décision initiale. Si Mandelblit avait annoncé sa décision avant la dissolution de la Knesset, il n’aurait été confronté qu’à l’opposition de Netanyahu et de certains de ses partisans. Au cours de la campagne électorale Au cours de la campagne électorale, cependant, il pourrait se trouver en bute à des attaques plus étendues de la part du Likoud.

Mandelblit est une personnalité respectée. Le statut du système judiciaire en Israël s’est, cependant, affaissé au fil des années. Aharon Barak, Président de la Cour Suprême, de 1995 à 2006, a probablement joué un rôle majeur dans cette perte de considération. Il affirmait que “Tout est justiciable[2]“. Cette attitude a facilité le fait que la Cour franchisse les limites relatives à la séparation des pouvoirs. Ses successeurs ont suivi son approche. En 2017, l’index des Règles de Loi du Professeur Arié Ratner de l’Université de Haïfa a découvert que seulement 49% des citoyens juifs israéliens avaient confiance dans la Cour Suprême. En 2000, ce taux se situait à 80%[3].

Le Likoud a érigé un panneau d’affichage, sur un important carrefour du centre du pays, qui décrit des journalistes de premier plan qui soutiennent régulièrement les dossiers de corruption concernant  Netanyahu. L’affiche porte le slogan : “Ce ne sont pas eux qui décident. Vous seuls décidez. En dépit de tout, (votez) Netanyahu!”[4]

Le dirigeant du parti ultra-orthodoxe Shas et Ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, a déclaré que son parti soutiendra Netanyahu afin de diriger le pays après les élections, même s’il est inculpé dans un quelconque des trois dossiers de corruption dans lesquels il est empêtré. Deri lui-même a été inculpé de plusieurs accusations de corruption en novembre dernier[5].

Un sondage mené par la Radio de l’Armée et publié le 22 janvier démontre que le Likoud perdrait 4 sièges si Netanyahu est mis en examen avant les élections. Pourtant le Likoud demeurerait de loin le parti prédominant et conserverait la capacité de former un gouvernement de centre-droit[6].

Un deuxième sujet à la marge de la campagne électorale a correspondu à l’arrestation du Président de l’Association du Barreau Israélien, Efi Naveh. Il est soupçonné d’avoir requis des faveurs sexuelles en échange de nominations à des postes judiciaires[7]. Cela a débouché sur des attaques contre la Ministre de la Justice Ayelet Shaked, à cause de son étroite collaboration avec Naveh. La Présidente de la Cour Suprême Esther Hayut et Shaked ont ensuite diffusé une déclaration commune disant que le comité ad’hoc a nommé 334 Juges au court du dernier mandat, alors que ce scandale ne concerne qu’un seul juge et une autre candidature judiciaire[8].

Il devient de plus en plus évident que l’ancien Chef d’Etat-Major Benny Gantz, dirigeant du nouveau parti Hosen Leyisrael [Israël Resilience] est le principal rival de Netanyahu pour le poste de Premier Ministre. Il semble que Gantz veut capitaliser sur le plan politique sa carrière militaire passée avant de présenter sa vision politique. C’est aussi ce qui a pu conduire au fait que les actions militaires actuelles du gouvernement soient rendues publiques. Sans précédent, on a annoncé presque en temps réel les récentes attaques israéliennes sur des cibles iraniennes[9]

Que Gantz fasse sa propre promotion sur la base de son palmarès militaire est une invitation à l’attaquer sur ses échecs. Les Ministres du Likoud prétendent qu’il a laissé un soldat blessé saigner jusqu’à la mort, lors de la Seconde Intifada en 2000, alors qu’il commandait les forces de Tsahal en Judée-Samarie[10]. De telles attaques contre Gantz pourrait servir de modèle au cours de cette campagne.

Les sondages indiquent que le Parti Travailliste ne bénéficierait que d’environ huit sièges. Si cela devait arriver, ce serait la performance la plus piteuse dans toute l’histoire du parti. Deux autres députés du parti Travailliste actuel, Eitan Broshi et Chilik Bar ont annoncé qu’ils ne seraient pas candidats aux prochaines élections[11]. Cela laisse encore quatorze actuels députés ainsi que de nouveaux entrants se présenter pour sans doute à peine six sièges. Les deux premières places sur la liste des candidats du parti Travailliste sont réservés au dirigeant du parti, Avi Gabaï et à une personne qu’il choisira.

Dans le Même temps, de nouvelles rumeurs se propagent. Un reportage a dit que le leader de Yesh Atid (Il y a un avenir), Yaïr Lapid a proposé de fusionner avec le parti de Benny Gantz, Hosen Leyisraël. Lapid dirigerait la liste alors que Gantz détiendrait la seconde position. Les autres candidats pourraient ensuite alterner. Si ce parti devait former le gouvernement, Lapid serait candidat pour le poste de Premier Ministre et Gantz pour celui de Ministre de la Défense. Ce reportage n’a pas été confirmé[12].

On a rapporté que Gantz a rencontré Orly Levy-Abekasis, la présidente du nouveau parti Gesher (Pont) afin de joindre leurs forces avec son propre parti. On a aussi entendu dire que Gantz tentait d’ajouter d’anciens chefs d’Etat-Major Gabi Ashkenazi et Moshe Ya’alon à la liste de son parti pour la Knesset[13].

Jusqu’à présent, on entend peu des déclarations concernant les programmes et ce que les partis veulent accomplir. La stratégie semble être : attaquez plus fort les autres qu’eux-mêmes ne vous attaquent.

Par Manfred Gerstenfeld

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

————————————————————————————-

[1] www.timesofisrael.com/attorney-general-to-decide-in-days-on-pms-bid-to-delay-pre-indictment-hearing/

[2] https://digitalcommons.law.utulsa.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=2823&context=tlr

[3] www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5011023,00.html

[4] www.haaretz.com/israel-news/elections/.premium-they-won-t-decide-billboard-targeting-israeli-journalists-appears-in-tel-aviv-1.6851733

[5] www.timesofisrael.com/liveblog_entry/deri-vows-shas-will-back-netanyahu-for-pm-even-if-indicted/

[6] www.timesofisrael.com/likud-to-lose-4-seats-if-netanyahu-indictment-announced-before-elections-poll/

[7] www.jpost.com/Breaking-News/Senior-lawyer-arrested-on-suspicion-of-illegal-appointment-of-judges-577580

[8] www.jpost.com/Israel-News/Politicians-call-on-Shaked-to-come-clean-or-step-down-577625

[9] www.jpost.com/Israel-Elections/Is-Netanyahus-boasting-of-Syria-strikes-preemptive-attack-on-Gantz-578162

[10] www.timesofisrael.com/likud-ministers-lash-gantz-over-druze-officers-death-in-2000/

[11] www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5448470,00.html

[12] www.jpost.com/Israel-News/Gantz-Lapid-Labor-start-campaigns-with-humor-577762

[13] www.timesofisrael.com/gantz-said-courting-levy-abekasis-in-attempt-to-sway-her-to-join-his-party/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.