Des avions de transport entre Israël et l’Azerbaïdjan

Au cours des deux dernières années, des avions azéris sont arrivés sur les bases de l’armée de l’air et ont chargé du matériel de sécurité pour Bakou. De même hier matin, lundi 29 septembre, parallèlement aux combats au Haut-Karabakh, des avions de transport décollant de Bakou ont en fait atterri en Israël. Sur quoi porte l’accord sur les armes avec l’Azerbaïdjan et pourquoi les relations avec l’Etat musulman sont-elles importantes pour Israël?

Publié: 29.09.20, 20:45
Il y a aussi un angle de vue israélien à la reprise de la confrontation militaire dans la région du Haut-Karabakh, qui est au centre du différend entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Ces dernières années, les liens avec l’Azerbaïdjan, le riche pays musulman frontalier de l’Iran, se sont resserrés et ce n’est que ces derniers jours qu’on a constaté le mouvement des avions de transport entre les deux pays. Les relations de sécurité ont atteint un sommet il y a quatre ans – lorsqu’un énorme accord d’exportation d’armes a été signé pour l’Azerbaïdjan.
 

Deux avions de transport ensemble: l'un part et l'autre arrive

Attaques arméniennes en Azerbaïdjan Bataille du Haut-Karabakh

Attaque de l’armée arménienne dans la région séparatiste
( Photo: EPA )
La portée de l’accord a été révélée de manière inhabituelle par le président azéri en 2016, après une rencontre à Bakou avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Israël a tendance à dissimuler ses accords avec les pays de l’Est, en particulier ceux qui sont en conflit actif avec leurs voisins – et la révélation de l’accord a fait froncer les sourcils au sein de l’establishment de la défense israélien.
 
Selon les publications, les Azéris ont acheté des armes d’une valeur d’environ cinq milliards de dollars aux industries de la défense en Israël. À titre de comparaison, il s’agit d’un montant supérieur au chiffre d’affaires annuel moyen d’une grande industrie de la défense en Israël.
Au cours des deux dernières années, dans le cadre de la coopération en matière de sécurité entre Israël et l’Azerbaïdjan, des avions de transport du ministère azéri de la Défense ont atterri sur une base régulière et chargé du matériel de sécurité. Ce sont parfois des Illiouchine IL-76 exploités par le ministère azéri de la Défense lui-même, et parfois des avions de transport de la compagnie Silk Way (Route de la Soie) Airlines appartenant au gouvernement et opérant pour le gouvernement.

Jeudi dernier, avant le début du cycle actuel entre l’armée arménienne et les Azéris du Haut-Karabakh, deux avions de transport qui sont arrivés sur un vol de Bakou ont atterri en Israël. Hier matin, lundi 29 aussi, malgré les appels en Arménie exigeant qu‘Israël cesse d’armer l’armée azérie, un autre avion de transport a atterri sur une base dans le sud du pays pour charger une cargaison de sécurité. Au moins sur le plan pratique, dans le cadre des combats dans le Caucase, Israël est désormais du même côté que la Turquie, qui étend son parrainage aux Azéris.
Il semble qu’une grande partie de l’armement israélien acheté par l’armée azérie soit aérien et terrestre, ainsi que des centaines de drones avancés, et même des avions spéciaux qui sont restés dans le domaine du matériel secret fourni par les industries israéliennes pendant de nombreuses années.

Avril 2016 Forces arméniennes dans la région contestée du Haut-Karabakh entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie

Forces arméniennes au Haut-Karabakh. 2016
( Photo: Reuters )

Affrontements entre les forces azerbaïdjanaises et arméniennes dans le différend du Haut-Karabakh entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie

Les affrontements plus tôt cette semaine
( Photo: AFP )
Selon le Washington Post, les Azéris ont attaqué ces dernières années des cibles arméniennes dans le Haut-Karabakh à l’aide de drones itinérants de type IAI (Harop), qui planent sur de longues distances et, dans leurs derniers instants, servent de missiles, ce qui leur vaut le surnom de «drone suicide».
Selon les Arméniens, sept personnes ont été tuées dans cette attaque. L’Arménie a protesté auprès d’Israël contre la vente des nombreuses armes qui ont amélioré le niveau de l’armée azerbaïdjanaise ces dernières années, les armes visant principalement le conflit dans la région séparatiste.

Le drone «suicide»

Le drone «suicide»
( Photo: Yoav Zeitun )
Notre commentateur sur les affaires militaires et de sécurité, Ron Ben-Yishai , qui en mars 1992 a couvert pour Yedioth Ahronoth la série de combats qui s’est terminée en 1994, un mois avant qu’Israël et l’Azerbaïdjan n’établissent des relations diplomatiques, ajoute que l’intérêt d’Israël provient principalement du pétrole que l’Azerbaïdjan vend à bon prix et à la frontière commune avec l’Iran, dont 23% de ses citoyens, y compris son principal dirigeant Khamenei lui-même, sont d’origine azérie.
La Turquie et les Juifs d’Azerbaïdjan ont servi de « demoiselles d’honneur », le jour du sacre des relations étroites entre Jérusalem et Bakou, mais Israël entretient également des relations diplomatiques avec l’Arménie, bien que les relations ne soient pas resserrées en raison de l’influence russe sur elle et des armes que Moscou lui vend. Dans le passé également, les relations avec Erevan ne se sont pas resserrées principalement, à cause de l’opposition turque, qui considère l’Arménie comme un ennemi – et qui soutient l’Azerbaïdjan en tant qu’État musulman.
 

Ron Ben Yishai en visite à la frontière arméno-azerbaïdjanaise après le massacre

Le rapport de Ron Ben-Yichaï, en 1992 sur la situation au Nagorno Karabagh

( Photo: AFP )

( Photo: EPA )
Les avantages apportés au renseignement et aux opérations qu’Israël tire de ses relations étroites ne sont pas détaillés, mais les médias internationaux ont publié des articles sur les activités de renseignement israéliennes contre l’Iran menées à partir d’installations situées sur le territoire azerbaïdjanais, et où les supposées facilités livrées par l’armée de l’air azérie, selon des publications étrangères, apparaît de temps en temps.
De plus, dans le cadre des relations entre les deux pays, l’Azerbaïdjan a reçu des drones, dont l’un a déjà été utilisé contre un bus transportant des soldats arméniens dans la région de Baladan.

 

Adaptation de l’hébreu : Marc Brzustowski

ynet.co.il

Le point de vue israélien surplombant les activités nucléaires et de missiles de l’Iran apparaît clairement comme l’objectif n°1 de Jérusalem, au même niveau que l’approvisionnement en pétrole à meilleur marché ; il s’établit un jeu trouble (ou de zone grise) avec la Turquie, permettant à Israël de garantir une partie de ses intérêts indirects, au regard de son influence sur l’Azerbaïdjan et de maintenir Ankara en dehors de la zone d’influence pleine et entière de la Russie et de l’Iran.

Il est crucial de ne pas mettre tous les Chiites dans le même panier et de conserver un levier indépendant de l’Iran (alors que Téhéran développe son « Axe chiite » jusqu’au Liban), mais aussi de concurrencer l’influence turque sur un peuple turcophone, ou la mainmise russe sur les marchés d’armements régionaux… 

C’est une stratégie « complexe » permettant d’avoir plusieurs fers au feu, dont le maintien de la concurrence en matière de matériel militaire face à la Russie directement, de façon plus intensive que cela n’a été le cas à l’égard de la Géorgie, d’assurer ses propres intérêts dans le Caucase, bien qu’il y ait une proximité historique entre Juifs et Arméniens. On peut regretter que la morale ne soit pas mise en avant dans ces affaires enchevêtrées, dans une vision plus manichéenne du prétendu conflit « israélo-musulman ». Au moins n’accusera t-on pas Israël « d’Apartheid » dans ce contexte! Quoi qu’il en soit, ce conflit ancien remonte (au moins) à 1917, s’intensifiant avec le démantèlement de l’ancienne URSS, et ne s’arrêtera qu’à condition de négociations intensives entre les belligérants, où la Russie elle-même joue dans les deux camps à la fois, pour préserver son arrière-cour et diviser pour mieux régner… La composition ethnique du Haut-Karabagh ne correspond pas aux données territoriales et on voit mal comment cette réalité « hors de l’histoire » va pouvoir se rétablir. 

19 Commentaires

  1. J’ai toujours soutenu Israël dans la lutte pour sa survie…..mais là…..j’ai honte.
    Pour lutter contre l’Iran tout n’est pas permis.
    Israël allié à Erdogan….les bras m’en tombent.

    • Erdogan n’est qu’une parenthèse dans l’histoire de la Turquie et du Moyen-Orient et il n’a jamais rompu avec Israel. Tous les Turcs ne sont pas nationalistes, islamistes, pro-Erdogan ou hostiles à Israel. Et j’ai l’impression qu’Erdogan et son parti islamo-conservateur au pouvoir depuis 2002 n’ont pas vraiment réussi à réislamiser l’État turc en profondeur. Il suffit de voir le taux de fécondité (environ 2 enfants par femme), qui n’est pas extraordinaire pour un pays musulman dirigé par des islamistes, même modérés, qui prônent depuis bientôt 20 ans qu’ils sont au pouvoir les valeurs traditionnelles et qui poussent les femmes turques à enfanter (Erdogan souhaitait au mois 4 ou 5 enfants par femme il me semble).

  2. Rare que je prenne une position contre Israel, mais quand même!
    Un pays qui a connu la shoah, peut il nuire à un pays qui lui aussi à connu une grand génocide avéré, de la part des turcs , en fournissant pendant le conflit, des armes aux azéris, soutenus par ces mêmes turcs, et sachant que beaucoup de chiites azéris et d’anciens de daesh œuvrent ensemble avec ces azéris pour tout simplement, anéantir ( mots turcs) l’Arménie..
    il est temps que la russie siffle la fin de la récréation..!

    • Vous êtes dans la grande schématisation, mon pauvre ami! En 92-94, l’Arménie l’a emporté par 13% de terres azéries récupérées aux marges du Nagorny-Karabagh : on est très loin d’un génocide : c’est une guerre etho-territoriale pour contraindre in fine à des négociations, pas une guerre d’extermination raciale. N’instrumentalisez pas la Shoah contre Israël, il vous en cuirait! Maintenant, il faut une indépendance des Chrétiens et autres minorités en terre d’Islam et il y a certainement des points communs entre le Nagorny-Karabach arménien et la Judée-Samarie. Israël n’est partie prenante que sur le plan d’échanges commerciaux et de digue contre l’Iran au Caucase et dans le reste de l’Orient.

      • Vous savez très bien que Israël à vendu des armes à l’Azerbaïdjan et , en échange, d’installer des bases de repli pour ses opérations secrètes contre l’Iran.
        C’est peut-être une nécessité, mais la honte…restera dans les mémoires …et Erdogan a déjà dû copier ces armes, qu’il vendra au Hamas.

        • Non, c’est une réaction de Français qui ne court aucun danger dans son environnement et n’est pas sous la menace d’un génocide nucléaire. En réalité, progressivement, il y a une réévaluation des risques dans l’environnement, et la Turquie, bien tolérée du temps de la république laïque, à la fin des années 1996, ne bénéficie plus des mêmes avantages, actuellement. C’est pareil avec l’Azerbaidjan, où les exportations se raréfient.

          Le Français a la moraline facile depuis qu’il a vendu ses 76 000 voisins Juifs au Nazisme

          • Je peux vous comprendre d’un côté. Mais la paranoïa ne résoudra jamais les vrais problèmes.Israël a vendu plus de76000 arméniens pour sa lutte contre le monstre Iranien. Il faut toujours savoir qui en fin de comptes qui sont vos vrais amis. À l’âge de neuf ans je me suis retrouvé dans un pays,une valise dans chaque main …dans un pays étranger qui était pourtant le mien. Et j’essaye tous les jours de lui pardonner….

          • Votre commentaire est inepte et totalement de mauvaise foi : vous imputez à Israël seul l’équivalent d’un génocide arménien et écrivez en toutes lettres qu’Israël aurait, je cite (cette remarque démontre votre manque de bon sens et votre fanatisme) : « vendu plus de 76.000 Arméniens » : où, quand, comment, monsieur le diffamateur?. Et vous traitez les Juifs de « paranoïaques » et trouvez normal que l’Arménie n’ouvre qu’une frontière, celle avec l’Iran pour les échanges d’armes et commerciaux. Et vous les appelez « vos vrais amis ».

            L’Arménie a rappelé son ambassadeur en Israël, pourquoi pas ceux en France et Russie, autres grands fournisseurs d’armes de l’Azerbaïdjan ?

            Les Arméniens du Liban mènent une violente campagne contre Israël. Je n’oublie pas qu’ils avaient empêché Yaïr Auron, l’un des principaux historiens du génocide arménien, d’accéder à un colloque pro-Armenia. Leur seule motivation était que Auron est israélien. / https://www.youtube.com/watch?v=K5HXtQjjrUI
            Israël et L’Arménie sont deux petits pays enclavés entre de puissants voisins, et qui n’ont pas le choix de leurs amis. Jusqu’il y a peu, Israël voyait en la Turquie un allié. De même, l’Arménie n’est ouverte que vers l’Iran.
            L’Azerbaïdjan est un pays laïque, mais jusqu’à quand ?

            Bref, face à des situations complexes, apprenez à réfléchir en dehors du manichéisme. Mais la mauvaise foi antisémite trouvera toujours des motifs d’être d’accord avec elle-même.

  3. Depuis la nuit des temps, et au moins aussi loin que mes souvenirs me portent, je soutiens inconditionnellement Israël, son peuple, où qu’il soit dans le monde, et sa politique.
    Israël est ma nation, celle de mes ancêtres, et je ne permettrais jamais de commenter sa politique autrement que par un droit de vote auquel je n’ai pas accès…
    De plus, je ne suis pas suffisamment informé pour me prononcer, et je pense qu’aucun pays n’est assez exemplaire pour donner quelques leçons que ce soit à Israël..

    • L’article est descriptif d’un état de faits enclenché dès 2012, voire fin des années 90. On avait plus de 10 ans pour dénoncer, qui l’a fait? Géopolitiquement, Israël a un ennemi viscéral appelé Iran, ce n’est pas que commercial : l’Azerbaïdjan se retrouve, de fait, en guerre indirecte contre l’Iran, et la Turquie n’est pas tentée de se fondre dans le camp iranien voire irano-russe. La stratégie consiste à foutre le balagan dans la tête de ses ennemis potentiels et réels, tout en organisant le champ de bataille loin de chez soi, surtout en période de Covid. Cela veut dire que l’on reconnaît aussi les limites de ses « idéaux » ou : « Raison d’Etat ». Il faut les moyens de les assumer. L’Inde achète le même type d’équipêments et pourtant prend parti pour l’Arménie. Israël n’a pas de position diplomatique dans le conflit. Machiavélique si on veut, en attendant l’Arménie ne sort pas du giron russe post-soviétique et rien ne l’en délogera, puisque c’est au sein de l’OTSC post-soviétique qu’elle trouve ses appuis. L’article ne prend pas parti, mais décrit le circuit de vente d’armes. Il a au moins le mérite d’être au clair, honnête, contrairement aux cris d’Orfraie de la moraline. Mais on peut et doit avoir de la compassion pour les Arméniens qui ne sont pas des ennemis, simplement du mauvais côté du manche, dans ce jeu d’influences antagonistes. Il faut reconnaître que c’est inconfortable, mais avouer aussi que c’est l’état du monde post-soviétique. Et ne pas trop se leurrer sur des peuples plus purs que d’autres dans leurs intentions et actions : les Serbes étaient les héritiers de la résistance au Nazisme, mais ont massacré à qui mieux-mieux, alors que des Kosovars anciens chrétiens convertis de force jouaient le rôle des terroristes musulmans… Et l’ONU regardait. Je vis bien mieux quand on est du côté de Zorro et que les méchants sont clairement identifiés : Un Ayatollah iranien vaut-il mieux qu’un Ayatollah sunno-turc qui n’a plus l’appui des pays sunnites du Golfe? La suite au prochain conflit régional (au choix : Libye, Syrie, Méditerranée…). Bien d’autres lieux où déloger Erdogan ou lui faire rencontrer ses limites… Ah oui, en Méditerranée, on est du côté Greco-chypriote… En Libye avec les Egyptiens, les Russes, les Emiratis… Et le Ministre Grec s’apprête à rendre visite à son homologue arménien pour lui dire son soutien contre la Turquie et l’Azerbaïdjan…

      Si ça pouvait être simple, bien manichéen, on nous l’aurait dit. Mais on écrirait des Comics avec des super-héros, pas de l’actualité de ce monde gris-gris-gris

  4. Je soutiens par principe l’Etat d’Israël. Sur ce coup, je suis très gêné, je pense que nous ne pouvons mettre sur un même pied le courageux peuple arménien, victime de l’ignoble génocide commis par l’empire ottoman et l’Azerbaïdjan, soutenu par les turcs et occupant une partie du territoire arménien.
    Pour ma part, mon soutien et affection sans réserve aux malheureux Arméniens.

    • Israel a plus d’intérêts économiques avec la Turquie et l’Azerbaïdjan qu’avec la petite Arménie. La Russie, censée être proche de l’Arménie, livre aussi des armes à Bakou. Maintenant je vois pas pourquoi les Arméniens d’Azerbaïdjan ont ouvert les hostilités. Ils ne sont pas en position de force ! (contrairement aux séparatistes albanais de Serbie par exemple, qui étaient soutenus par les Usa, l’Ue, la Turquie et d’autres pays, qui ont créé l’État du Kosovo contre l’avis des Serbes). Ils vont pousser les Azéris à les expulser du pays ou en tout cas, les pousser à partir.

  5. La réal politique, l’intérêt financier stratégique au détriment de la morale. L’Arménie pays meurtri, dont la population a subi un génocide (le pacha Turc préconisait la solution finale en 1902), les Russes ont occupé le haut Karabach et les turcs obligent les Arméniens à faire des centaines de Kilomètres pour se rendre sur le mont Ararat sacré pour eux, situé seulement à quelques kilomètres. Les turcs encouragent les Azéris à combattre pour reprendre selon eux  » leur  » terre. On croit rêver ! les Turcs occupent l’ancienne patrie des Grecs, ils occupent Byzance et Chypre illégalement ! La morale juive voudrait qu’Israël cesse de soutenir militairement l’Azerbaïdjan et soutienne plutôt l’Arménie, pays frère dans la souffrance. De tout cœur avec les Arméniens et l’Arménie vaincra.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.