Des membres du Fatah ont démissionné après la mort d’un commandant en chef

Emad al-Din Abu al-Ameed, 54 ans, a été abattu par des policiers de l’AP samedi lors d’affrontements dans la banlieue de Balata à Naplouse.

Les FATAH GUNMEN tiennent des fusils lors d'une manifestation en Cisjordanie. (crédit photo: REUTERS)
Les hommes armés du FATAH exhibent leurs fusils lors d’une manifestation en Cisjordanie.
(crédit photo: REUTERS)

Plusieurs membres de la faction Fatah au pouvoir de l’Autorité palestinienne ont annoncé dimanche leur démission pour protester contre le meurtre, par les forces de sécurité de l’AP, d’un de leurs commandants à Naplouse par les forces de sécurité de l’AP.

Emad al-Din Abu al-Ameed, 54 ans, a été abattu par des policiers de l’Autorité palestinienne samedi lors d’affrontements dans le camp de réfugiés de Balata adjacent à Naplouse.

Ameed, qui était secrétaire général du Fatah à Balata, a été touché à la cuisse et est décédé peu de temps après avoir été transporté d’urgence dans un hôpital de Naplouse, ont indiqué des sources palestiniennes.

L’incident a eu lieu lorsque des agents de sécurité de l’AP ont tenté de fermer plusieurs magasins pour avoir violé les mesures annoncées par le gouvernement de l’AP pour freiner la propagation du coronavirus, ont déclaré les sources.

Ameed, qui a dirigé un «comité d’urgence populaire» chargé d’aider les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne à appliquer les restrictions relatives aux coronavirus, est arrivé sur les lieux pour tenter d’éviter de violents affrontements entre commerçants et policiers palestiniens, ont déclaré des témoins au Jerusalem Post.

Au cours de l’altercation, certains Palestiniens ont lancé des pierres et d’autres objets sur les policiers, qui ont initialement répondu avec des gaz lacrymogènes avant de tirer à balles réelles, ont-ils déclaré. Le haut responsable du Fatah a reçu une balle dans la cuisse et est décédé à l’hôpital.

Cet incident, le premier du genre impliquant un haut responsable du Fatah, a déclenché une vague de manifestations à Naplouse et dans certains des camps de réfugiés environnants. Des dizaines de militants du Fatah en colère sont descendus dans la rue samedi soir, brûlant des pneus et tirant en l’air pour protester contre le meurtre d’Ameed.

Dimanche, neuf membres du Fatah de Naplouse ont annoncé leur démission de la faction. Mais ils se sont arrêtés pour ne pas avoir à critiquer les forces de sécurité de l’AP comme responsables de la fusillade.

«Suite aux événements regrettables qui ont abouti au martyre du commandant Emad al-Ameed, nous soumettons nos démissions [du Fatah]», ont écrit les membres dans une lettre à la direction de la faction.

Les membres de la famille d’Ameed ont annoncé qu’ils n’accepteraient pas de condoléances ni ne tiendraient des funérailles pour lui, tant que les responsables de sa mort n’auront pas été punis.

«Nous voulons que ceux qui l’ont abattu soient amenés ici avant nous», a déclaré la famille. «Nous les tuons ou nous nous faisons tuer. Il n’y aura aucune négociation avec aucun fonctionnaire à ce sujet. Notre fils a été martyrisé alors qu’il défendait notre peuple.

Le gouverneur de l’Autorité palestinienne de Naplouse, Ibrahim Ramadan, a exprimé ses «regrets» pour la mort d’Ameed et a déclaré qu’il avait ordonné la formation d’une commission d’enquête pour enquêter sur l’incident.

Des efforts sont en cours pour empêcher une nouvelle détérioration à la suite de l’incident, a déclaré un haut responsable du Fatah à Naplouse au Post.

«La situation à Naplouse est très tendue», a déclaré le responsable. «De nombreux membres du Fatah sont très en colère contre l’Autorité palestinienne. Nous travaillons maintenant pour éviter le désordre et l’anarchie. »

Des commandants supérieurs de la sécurité de l’Autorité palestinienne ont été en contact avec la famille pour calmer la situation, a déclaré Mazen Dweikat, un parent d’Ameed.

«Ils nous ont promis que les responsables de la fusillade seraient tenus pour responsables», a-t-il déclaré. «Nous avons pleinement confiance en nos forces de sécurité. Nous espérons qu’ils prendront les mesures nécessaires pour mettre fin à l’anarchie parmi les forces de sécurité. »

Le Hamas a pleuré la mort du responsable du Fatah et a appelé l’Autorité palestinienne à lancer une «enquête sérieuse» sur la fusillade.

 

Le Front populaire pour la libération de la Palestine, membre de l’OLP, a appelé les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne à imposer la discipline parmi ses membres et à «respecter la loi, la dignité et les droits de notre peuple».

Les Palestiniens appauvris paient le prix des mesures actuelles du gouvernement de l’Autorité palestinienne pour empêcher la propagation du coronavirus, a déclaré le FPLP.

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.