Découverte d’un scarabée de 3 000 ans lors d’une sortie scolaire près de Tel Aviv

L’accompagnant d’élèves de huitième année à Azor a fait une découverte d’un grand intérêt archéologique, représentant un pharaon conférant l’autorité à un dirigeant cananéen.

Un scarabée égyptien vieux de 3 000 ans a été trouvé, la semaine dernière, à l’occasion d’une sortie scolaire à Azor, aux environs de Tel Aviv.

Le guide à l’origine de la découverte la qualifie de « rêve de tout archéologue amateur ».

« Nous nous promenions lorsque j’ai aperçu quelque chose qui ressemblait à un petit jouet par terre », raconte Gilad Stern, du Centre éducatif de l’Autorité des antiquités d’Israël, qui menait la visite.

« Je me suis dit intérieurement : ‘Prends-le et retourne-le’. J’ai été très surpris. Il s’agissait d’un scarabée orné d’une scène, le rêve de tout archéologue amateur. Les élèves étaient fous », a-t-il précisé, aux termes du communiqué de presse publié par l’Autorité des antiquités d’Israël (IAA).

La scène représentée sur le corps scarabée – deux personnages, l’un assis et l’autre, avec une tête allongée représentant probablement la couronne d’un pharaon égyptien, levant la main au-dessus du premier – pourrait être celle d’un pharaon conférant l’autorité à un dirigeant cananéen local.

Les élèves de huitième année du collège Rabin d’Azor se trouvaient avec le guide touristique de l’IAA pour découvrir les sites archéologiques de cette ville du centre d’Israël, située à 7 kilomètres seulement au sud-est de Tel Aviv.

Le directeur de l’IAA, Eli Escusido, estime que cette découverte est hautement « symbolique », faite avec « des élèves qui ont acquis des connaissances archéologiques tout en contribuant à la grandeur de notre patrimoine archéologique ».

Le guide Gilad Stern (en bas) avec les élèves de huitième année du collège Rabin d’Azor, lors d’une visite à Azor en novembre 2022. (Crédit : Gilad Stern, Autorité des antiquités d’Israël)

Le scarabée en question est un bousier commun (Anoplotrupes stercorosus).

L’IAA a expliqué que les anciens Égyptiens considéraient ce petit coléoptère, qui pousse devant lui une boule d’excréments deux fois plus grande que lui et l’utilise comme chambre de reproduction pour stocker sa progéniture, comme le symbole et même l’incarnation de la création et de la régénération, pouvoirs attribués à Dieu.

Ces scarabées sont naturellement attribués aux Egyptiens, mais leur large diffusion est allée bien au-delà des frontières de l’Égypte.

Des centaines de scarabées ont été découverts sur le territoire israélien contemporain, essentiellement dans des tombes, mais aussi dans des couches de sédiments. Il est établi que certains d’entre eux ont été importés d’Égypte, mais un grand nombre sont des imitations réalisées par des artisans locaux.

Le conservateur du patrimoine Yosef Bukengolts nettoie un scarabée dans le laboratoire de l’Autorité des antiquités d’Israël, en novembre 2022. (Crédit : Assaf Peretz, Autorité des antiquités d’Israël)

L’IAA a indiqué que le scarabée récemment découvert n’était « pas typique de l’Égypte et pouvait tout à fait être l’oeuvre de l’artisanat local ».

« Le scarabée était utilisé comme sceau : c’était un symbole de pouvoir, révélateur du statut d’une personne », explique le Dr Amir Golani, spécialiste de l’âge du Bronze à l’IAA. « Il se trouvait peut-être sur un collier ou une bague. Il est fait de faïence, un matériau silicaté recouvert d’une glaçure bleu-verte.

Face arrière du scarabée trouvé à Azor en novembre 2022, en forme d’un bousier. (Crédit : Gilad Stern, Autorité des antiquités d’Israël)

« Il a peut-être été perdu par un personnage important qui passait dans le coin, ou a été délibérément enterré avec d’autres objets. Des milliers d’années plus tard, il est remonté à la surface », ajoute-t-il, admettant ne pas en savoir plus sur son origine.

S’agissant de la scène représentée sur le scarabée, Golani estime qu’elle « reflète la réalité géopolitique du pays de Canaan à la fin de l’âge du Bronze (vers 1500-1000 avant notre ère), lorsque les dirigeants cananéens locaux vivaient – et parfois se rebellaient – sous l’hégémonie politique et culturelle égyptienne.

« Par conséquent, il est très possible que le sceau date en effet de l’âge du bronze tardif, lorsque les Cananéens locaux étaient gouvernés par l’Empire égyptien. »

Par MICHAEL BACHNER fr.timesofisrael.com
Sceau en forme de scarabée trouvé à Azor en novembre 2022, avec une figure assise (à droite) et une autre, debout avec un bras levé (à gauche), représentant peut-être un pharaon égyptien conférant l’autorité à un dirigeant cananéen local. (Crédit : Gilad Stern, Autorité des antiquités d’Israël)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.