Se privant de succession, Bibi sur le fil du rasoir

4
2629

 

L’un des risques attenant à l’exercice de pouvoir est de finir par se croire éternel et de ne plus pouvoir déterminer le bon moment pour organiser sa sortie et remettre les clés du pays entre de bonnes mains.

Résultat de recherche d'images pour "netanyahu shaked"609 × 343
Haaretz

Un quarteron de généraux, dit-on, serait en passe d’emporter de peu une élection à travers laquelle le pays est incapable de se donner une majorité claire. Les deux blocs sont sensiblement à égalité. Gantz se verra probablement assigner la mission de former le prochain gouvernement. Il aura le choix de se tourner vers les 8 sièges de Lieberman ou les 11 sièges de la liste unifiée arabe. L’intérêt du pays serait qu’il évite d’introduire quelque cheval de Troie que ce soit, à la tête de la coalition… Lieberman voulait “la peau” de Netanyahu pour, demain, mieux le concurrencer sur ses propres terres de droite, “affranchie” des partis religieux.

Le Likoud a joué l’unité derrière son patron, sans broncher, malgré des doutes insinués par les médias, les fameuses affaires qui pourraient, en grande partie, se dégonfler. Quoi qu’il en soit, ce sera trop tard.

Mais d’autres “sacrifices inutiles” sont apparus, -au sein de ce parti de pouvoir, de façon plus qu’intermittente, depuis 1977, Menahem Begin, hormis les intervalles du fameux “processus de paix”-.

L’erreur ou la faute, s’il faut en désigner une, de Binyamin Netanyahu a consisté à se laisser, lui et Madame, griser par le complexe du survivant politique, et ainsi risquer de laisser le pays seul face au “Déluge”.

On en retrouve des indices, dans les dernières péripéties de la tentative d’Ayelet Shaked de revenir au Likoud, son foyer originel. Ils sont caractéristiques d’un manque flagrant de perspicacité pour le collectif, au profit d’intérêts personnels à courte portée. La rumeur dit qu’une animosité sans égal régnerait entre Sarah Netanyahu et la jeune espoir de Yamina en politique :

Yamina est un parti presque artificiel, à la charnière entre des éléments légèrement plus à droite que le Likoud et les partis religieux et sionistes-religieux. Mais Shaked est, typiquement, une “laïque-traditionnaliste” et elle avait très peu de chance de rassembler les suffrages plus observants derrière son joli minois.

Sa place naturelle était, vraisemblablement au sein de ce parti de gouvernement, où on aurait moins insisté sur son caractère plus éloigné de la chose religieuse. Là, conseillée, entourée, elle aurait pu approcher d’autres responsabilités que la Justice, qu’elle a menée de main de maître et certains ajouteraient avec des corones. Bennett, à ses côtés, a une vision claire de la sécurité. Politiquement, Netanyahu est allé pêché du côté des annexions, de la Vallée du Jourdain, des implantations, bref, siphonné l’électorat de la droite sioniste qui a constaté que le “processus de paix” se vidait de sa substance et que d’autres formules alternatives sont à présent nécessaires.

Mais, il n’y a, semble t-il, pas qu’elle : on a évoqué le dossier Guideon Saar, dont on comprend mal les dessous. Moshe Kahlon est un jeune qui aussi a des idées. Qu’en est-il du côté de Gilead Erdan? Le discret Yuli Edelstein est très efficace dans son maniement du pouvoir, il y a Yuval Steinitz à l’énergie, Etc.

Netanyahu savait pertinemment que le quarteron de généraux : Gantz, Moshe Ya’alon, Gabi Ashkenazi, (Barak   à un moindre degré) est opposé à sa politique iranienne, lui a mis des bâtons dans les roues au moment de la décision cruciale de frapper, en 2012. Et il aurait fallu que cette certitude passe au-delà de toute considération d’ordre privé, pour organiser sa succession sur ce dossier. Qui dit qu’avec ces résultats, le pays ne perdra pas bientôt le concours de l’excellent Yossi Cohen, à la tête du Mossad, au profit d’une nomination politique?

Ne pas préparer son départ induit que jusqu’au bout, il s’est battu sur ces dossiers : l’avenir des Juifs des territoires et la question iranienne. On peut y ajouter cette lutte pour la place d’Israël sur l’échiquier mondial, en médiateur et arbitre moyen-oriental entre les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine) : c’était, à la fois, louable et … désespéré, si personne n’est réellement formé à reprendre des dossiers aussi élaborés avec ce qu’il faut de charisme pour être écouté(e).

Moralité, la droite va devoir soit accepter un gouvernement d’union nationale sans Netanyahu, soit se retrouver 4 ans dans l’opposition, au risque d’assister sans pouvoir rien faire, à la transformation du pays en “République laïque” à la Lieberman ou à la Yaïr Lapid, un pâle centre-gauche Macroncompatible!

La marginalisation par Netanyahu, ou son épouse, de la plupart des dauphins acceptables, par amour du pouvoir, en politique, relève de l’iniquité et de l’absence de vision pour l’avenir du pays.

Y a t-il, une fois les enjeux faits, une meilleure option?

Dans l’opposition, Netanyahu ne peut pas rester le futur champion électoral qui va diriger le parti jusqu’au prochain scrutin. Cela relève désormais du non-sens, sans compter l’impact qu’auront ou non, les “affaires”. Le temps lui était compté. Sans le “trahir”, le Likoud va devoir se choisir une nouvelle direction.

Il n’y a donc que très peu d’obstacle ou de scrupule à se séparer à présent de son vieux chef qui aura manqué son dernier pari : constituer un bloc de 61 sièges minimum à droite.

Constituer une minorité de blocage au sein même de la coalition, pour empêcher les dérives les plus gauchistes semble la mesure d’économie la moins coûteuse, en terme de continuité de la bonne gouvernance du pays, initiée par Binyamin Netanyahu.

Il faut lui rendre grâce, y compris de ses travers  consistant à s’accrocher au pouvoir sans prévisibilité à 5 ans… Même si Shaked est encore “jeune” pour tenir de telles rênes, ne pas savoir reconnaître le talent de ses éventuelles dauphines et dauphins restera comme la trace d’un péché d’orgueil…

Par Marc Brzustowski

 

4 COMMENTS

  1. les ultra-orthodoxes ne sont meme pas sionistes, alors qu’ils aillent se regrouper à Vilna ou à Brooklyn, mais qu’ils laissent les israéliens vivre tranquillement

  2. Et bientôt les israéliens vont se réveiller au son du Muezzin !!! les arabes progressent 15 sièges c’est énorme !!!
    Combien de sièges ont les juifs chez ABBAS ??? …….

  3. EH oui , ce qui devait arriver arriva !! Il se croyait éternel au lieu d’appuyer SHAKED Enfin il y aura des heureux l’EU , l’ONU etc ….

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.