Cyberattaques : pour qui rouleraient les Russes?

1
938

DANS L’ÉLECTION ISRAÉLIENNE, POUR QUI ROULERAIENT LES RUSSES?

Pourquoi la Russie est suspecte? Quel est l’intérêt de Moscou de faire basculer ces élections? Et au nom de qui?

PAR HERB KEINON
 9 JANVIER 2019 22H26

Le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se serrent la main alors qu'ils se

Le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se serrent la main alors qu’ils assistent à un événement marquant la Journée internationale de la commémoration de la Shoah et le 75e anniversaire du siège nazi de Léningrad pendant la Seconde Guerre mondiale, au Musée juif et centre de la tolérance de. crédit photo: REUTERS / MAXIM SHEMETOV)

Lundi, Nadav Argaman, directeur du Shin Bet (Agence de sécurité israélienne), a fait la une des journaux, lors d’une conférence de presse de l’Université de Tel Aviv en affirmant qu’un pays étranger tente d’influencer les prochaines élections israéliennes par ses capacités cybernétiques.

Le censeur militaire a interdit de publier le nom du pays, ce que Argaman a déclaré à haute voix dans son discours. Néanmoins, la plupart ont supposé que le pays en question était la Russie, même si le Kremlin a démenti mercredi.

Pourquoi la Russie? Quel intérêt a Moscou de faire de l’ingérence dans ces élections? Et au nom de qui?

Pourquoi, par exemple, le principal suspect ne pourrait-il pas être l’Iran ou même un pays européen – par exemple la France ou l’Allemagne – qui aimerait voir un gouvernement de centre-gauche au pouvoir pour faire avancer ce qu’ils croient être la voie à suivre pour parvenir à la paix?

Tout d’abord, selon Eran Lerman, vice-président de l’Institut d’études stratégiques de Jérusalem et ancien chef adjoint du Conseil de sécurité nationale, personne ne devrait tomber de son fauteuil à la pensée qu’un pays étranger tente d’influencer les élections d’un autre pays. Cela arrive tout le temps. Par exemple, lors des élections de 1996 entre Shimon Peres et Benjamin Netanyahu, l’Iran (attentats du Hamas) et les États-Unis (Bill Clinton) ont tenté d’influencer le résultat.

Alors qu’une vague d’attentats-suicides à la bombe a secoué le pays à l’approche de cette élection, Moshe Ya’alon, alors responsable des renseignements militaires, déclarait : «L’Iran tente d’influencer les élections et est à l’origine de la vague d’attaques terroristes. ”

Ces attaques terroristes, a déclaré Lerman, étaient” clairement conçues pour détourner les élections du camp de la paix, ce que les Iraniens considéraient comme contraire à leurs intérêts “.

De l’autre côté de l’équation, le président américain Bill Clinton a été fortement impliqué – ce qu’il a reconnu lors d’une interview cette année – pour tenter de faire élire Peres, car cela servait les intérêts de l’Amérique. Il a dirigé et chorégraphié un «Sommet des artisans de la paix» à Charm e-Cheikh environ deux mois avant les élections et a invité Peres à la Maison-Blanche pour une séance de photos un mois avant le scrutin. Cela n’a pas fonctionné, mais l’effort était vraiment là pour y parvenir.

“Intervenir dans la politique des autres n’est pas vraiment une nouvelle”, a déclaré Lerman. Ce qui a toutefois changé, ce sont les techniques, qui incluent désormais «de truquer l’ordre du jour à l’aide de fausses nouvelles (faker news), de faux sites Web ou de faux comptes Facebook».

Mais quels sont les intérêts de Moscou dans ces élections?

“Fait intéressant, je pense qu’ils ont de bonnes relations avec le Premier ministre, alors je ne vois pas pourquoi ils saboteraient son processus de réélection”, a déclaré Lerman.

Peut-être, par conséquent, que la réponse se situe plus loin dans le tableau.

“Certaines personnes spéculeraient qu’elles [Moscou] ont certains chevaux de course engagés, mais je me sens mal à l’aise pour entrer sur ce sujet”, a-t-il déclaré. “Peut-être qu’il y a des gens dans le système politique israélien qui leur sont redevables d’une manière ou d’une autre.”

Chercher à influencer les élections, a-t-il dit, pourrait ne pas concerner Netanyahu. “Ils peuvent avoir des intérêts de second plan au niveau de ceux qui finissent par devenir Premier ministre”, a-t-il déclaré. Tels que, par exemple, qui est dans sa coalition.

SELON Zvi Magen, chercheur à l’Institut d’études stratégiques de Tel Aviv et ancien ambassadeur en Russie, Moscou a toujours cherché des «agents d’influence» dans les pays étrangers, qui occupent des postes clés et influencent les politiques de leur gouvernement. Il a toutefois souligné qu’il ne parlait que de manière hypothétique et qu’il ne disait pas que le doigt d’Argaman visait la Russie.

“La Russie travaille dans le monde entier parmi ses diasporas – en Allemagne, aux États-Unis et ailleurs – ces diasporas sont un lieu confortable pour leur activité”, a-t-il déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé à quel type d’activité il faisait référence, Magen a déclaré promouvoir les personnes qui, au pouvoir, seraient favorables à une politique allant dans le sens des intérêts russes ou préconiseraient des politiques qui impliquent, soit de travailler avec la Russie, soit du moins de ne pas travailler contre eux.

L’Israël joue un rôle important dans la politique étrangère de la Russie et Moscou a des intérêts qu’il veut promouvoir, a expliqué l’ancien ambassadeur. «Nous sommes dans une région où ils sont militairement actifs. Israël influence la région et pourrait lui causer des dommages s’il se sent menacé. »

Mais, au-delà d’un objectif local d’influencer les élections d’un côté ou de l’autre du spectre politique, Magen a déclaré que l’ingérence de la Russie dans les élections mondiales fait partie de sa vision du monde, pour tenter de déstabiliser les démocraties occidentales.

“Aux États-Unis et en Europe, ils l’ont fait pour miner la stabilité”, a-t-il déclaré. «Ils développent ainsi des instruments de levier.»

Lorsque le système est instable, poursuit Magen, il devient plus facile pour Moscou de promouvoir certaines politiques. “Quand il y a un manque de stabilité, d’autres forces peuvent [monter] au premier plan et amener un changement de politique fondamentale.”

Selon Tehilla Shwartz Altshuler, responsable du projet “La démocratie à l’ère de l’information” à l’Israel Democracy Institute, il est peu probable que l’ingérence de la Russie dans les élections israéliennes soit une tentative de soutenir un parti politique au détriment de l’autre.

«Franchement, je ne pense pas que Netanyahu ait besoin du soutien de Poutine (du président russe Vladimir) pour gagner les élections», a-t-elle déclaré. “Je pense que ce que les Russes tentent de faire, et nous l’avons vu, en Amérique et en Europe, est de déstabiliser le système politique, de réduire la confiance du public dans la démocratie libérale en tant que système.” [et de l’amener vers des formules autoritaires].

Elle a déclaré que cela se faisait “tout d’abord” par des attaques majeures contre les institutions politiques, en faisant craindre aux personnalités politiques que leurs informations personnelles soient révélées [et] et en essayant d’élargir les écarts politiques ».

PAR HERB KEINON
 9 JANVIER 2019 22H26
Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.