Une nouvelle étude du professeur Dan Rabinowitz du Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université de Tel Aviv indique que la région du Moyen-Orient devrait subir des changements climatiques particulièrement extrêmes, ce qui pourrait conduire à des guerres civiles dévastatrices (et entre pays) qui menacent l’intégrité de toute la région.

 

Réfugiés syriens en Turquie, 2015. Photo: shutterstock
Réfugiés syriens en Turquie, 2015. Photo: shutterstock

 

Une nouvelle étude du professeur Dan Rabinowitz du département de sociologie et d’anthropologie de l’Université de Tel Aviv indique que la région du Moyen-Orient est susceptible de subir des changements climatiques particulièrement extrêmes, ce qui pourrait conduire à des guerres civiles dévastatrices (et entre pays) qui menacent l’intégrité de toute la région.

L’étude traite du Moyen-Orient dans sa définition la plus large – 24 pays situés entre l’Iran à l’est, le Maroc à l’ouest, la Turquie au nord et le Yémen au sud. Entre autres choses, il discute de l’impact du réchauffement climatique sur la nourriture qui fournit notre nourriture, et prédit quelles zones augmenteront les températures à un point tel qu’il ne sera pas possible d’y vivre, où les pluies diminueront en une grave pénurie d’eau, et comment elles affecteront les processus sociaux, politiques et économiques dans notre région.

Dans son livre « Le pouvoir des déserts » (Le pouvoir des déserts), publié par la prestigieuse université de Stanford, discute de la question du professeur Rabinovich du climat des inégalités au Moyen-Orient, a-t-il dit, devrait être particulièrement dramatique en raison du changement climatique et saturé de conflits entre les pays et les différentes populations. .
 « Le fait est que les pays avancés et de haute technologie (tels qu’Israël et l’Arabie saoudite) produisent la plupart des gaz à effet de serre qui causent le changement climatique, mais auront finalement les moyens de réagir et de protéger leurs résidents des conséquences; tandis que leurs voisins pauvres et arriérés (comme la Jordanie et le Yémen) contribuent très peu à la crise. Le climat en sera la principale victime – même si les conditions climatiques dans les pays adjacents seront similaires. Ces écarts peuvent créer des tensions intenses entre les différents pays, pouvant même conduire à de graves guerres.

En outre, le professeur Rabinowitz estime que le changement climatique est susceptible d’entraîner une migration de population de différentes régions: « L’effondrement des zones agricoles entraînera la migration de millions de réfugiés vers des endroits qu’ils ne pourront pas absorber, un scénario qui pourrait conduire à des tensions de groupe, à l’instabilité politique et même à la guerre civile. » À titre d’exemple, il cite des événements passés, qui ont eu lieu en Syrie, au Soudan et au Darfour, et dit que le changement climatique futur pourrait entraîner des événements similaires à une échelle beaucoup plus grande. « Au Moyen-Orient, il existe de nombreux pays pauvres dont les économies dépendent de l’agriculture, avec des divisions ethniques importantes, sujets à de tels processus destructeurs« , prévient-il.

De l’âge de l’or noir à l’âge de l’énergie solaire

La dernière partie du livre est spécifiquement consacrée aux six pays pétroliers du golfe Persique: l’Arabie saoudite, le Koweït, Bahreïn, les Émirats arabes unis, Oman et le Qatar. Selon le professeur Rabinowitz, «à l’ère du pétrole des 70 dernières années, ces pays ont accumulé des richesses légendaires, mais la fin de« l’âge d’or noir »est déjà en vue. Les prix du pétrole sont en baisse constante, en partie parce que le coût de la production d’électricité à partir d’énergies alternatives, en particulier l’énergie solaire, a baissé. 90% au cours de la dernière décennie, et son utilisation est devenue économiquement compétitive, qui sera bientôt rejointe par des voitures électriques qui n’ont pas besoin de combustibles fossiles.
De plus, ces pays sont situés dans l’un des endroits les plus chauds du monde, avec un taux de réchauffement particulièrement élevé dû au changement climatique. « Au 21ème siècle, il sera très difficile de maintenir la vie dans des endroits comme Dubaï, Abu Dhabi et leurs voisins, et cela pourrait déstabiliser davantage toute la région. Des études montrent que face à tous ces défis, les pays pétroliers du golfe Persique n’ont pas actuellement de solution efficace. »

En conclusion, le professeur Rabinowitz estime que pour faire la transition vers la nouvelle ère, les pays pétroliers doivent opérer un changement de perception profond, utiliser les vastes richesses qu’ils ont accumulées et investir dans les technologies de l’énergie solaire – à la fois dans les déserts proches de la maison et dans le monde.
Parce qu’il n’y a pas encore de technologie efficace pour accumuler l’énergie solaire et la transporter loin de son lieu de production, il est recommandé d’investir principalement dans des projets solaires en Afrique du Nord et en Amérique du Sud – des endroits ensoleillés relativement proches des continents à forte population et demande d’électricité (Europe et Amérique du Nord respectivement). En d’autres termes, au lieu de résister et de placer des obstacles face à la révolution énergétique, les États du Golfe doivent se lancer dans l’inévitable révolution, en transformant leur marché pétrolier mourant en une puissance similaire sur le marché des énergies alternatives. En plus du gain économique, une telle démarche fera bouger les pays pétroliers L’histoire – celle de la lutte contre le changement climatique, rehaussera sa visibilité aux yeux des peuples du monde.

מידבור המזרח התיכון כתוצאה ממשבר האקלים יביא למלחמות

Plus d’informations sur le sujet sur le site Web de Yadan:

4 Commentaires

  1. Crise climatique? Mon oeil? Quelle connerie encore? Je suis né au Maroc, eh bien, mon ami, l´histoire du Maroc le dit, si vous ne faites rien, c´est le désert demain dans votre chambre à coucher…Il y a une malédiction qui pèse sur tous ces pays et cela n´a rien à voir avec une soi-disante crise climatique mais bien plus avec une gestion calamiteuse! On se charge des gens habitant sur la côte- population arabe en grande partie- et à 50 kilomètres à l´intérieur, c´est terminé! Aux villageois, berbères en général, de se débrouiller! Regarder pourquoi le désert fleurit en Israel et pas en Arabija? C´est la réalité, de l´Atlantique jusqu´à L´Iran et même plus loin, la fameuse fenêtre de l´Islam! `

  2. Il est possible de lutter contre le réchauffement climatique en plantant des arbres énormément d’arbres , de récupérer le CO2 et de pouvoir l’enfuir sous terre , c’est de cette façon là que on luttera efficacement contre le réchauffement climatique , En supprimant cette pollution du au pétrole, l’énergie solaire est un peu la solution du futur…

  3. …gagner son pain à la sueur de son front… L’être humain (et bon nombre de gouvernements) a tendance à comprendre à sa manière : « je gagne mon pain à la sueur du front de l’autre ».
    Marié à une religion qui ne supporte que soumission et/ou domination, la callosité sur les fronts s’en trouve favorisée, ce qui ne fait qu’accentuer le problème, figeant les gens dans une posture physique et mentale de manque de perspective. Mais bien sûr, rien à voir avec le climat !?

  4. ah, si au lieu de faire la guerre, les gens du MO (sans les citer) commandait des usines de dessalement à qui vous savez (sans citer personne).
    D. doit se dire: c’est dur d’etre aimé par des c…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.