Craintes d’une intensification des attaques de coronavirus en avril. Aucun remède encore en vue

La plupart des experts prévoient une deuxième attaque mondiale par la pandémie de coronavirus en avril, ainsi qu’une augmentation sans précédent des infections et des décès.

Le chiffre mondial des infections à coronavirus s’élevait à 750 000 le lundi 20 mars, dont 33 000 décès. La Chine, premier épicentre de l’offensive mondiale du Covid-19, a transmis cet honneur douteux aux États-Unis, à l’Italie et à l’Espagne. Un silence inquiétant plane sur les rues des villes américaines et des capitales mondiales, telles que Londres, Moscou, Paris, Rome, Madrid, Jérusalem, Berlin et autres. Les devantures de magasins sont assombries car les personnes confinées à la maison vivent dans la crainte de la perte de leur gagne-pain.

Alors que les États-Unis sont devenus la capitale mondiale des coronavirus avec plus de 120 000 cas, le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national américain pour les maladies infectieuses, a averti que des millions d’infections attendent l’Amérique avec plus de 100 000 décès. Le président Donald Trump a dû reculer devant ses prévisions selon lesquelles le cauchemar serait terminé d’ici Pâques (dans deux semaines) et prolonger les restrictions pour lutter contre la propagation du virus jusqu’à la fin avril. Un hôpital de campagne a été construit dans l’emblématique Central Park de New York et le navire-hôpital «New York» de la marine américaine se dirige vers un port de 1 000 lits.

Le nombre de morts en Italie a augmenté de près de 900 morts en une journée à 10 000 dimanche soir, un chiffre qui pourrait doubler d’ici la fin avril. L’Espagne a également signalé plus de 800 décès sur une période de 24 heures. Le Royaume-Uni se prépare à 20 000 morts à cause du Covid-19.

La Russie a scellé ses frontières par voie terrestre, aérienne et maritime aux non-résidents; le maire de Moscou a ordonné à tous les résidents de s’isoler. L’Allemagne, avec 57 000 cas confirmés et 455 décès, fait confiance aux tests approfondis et à la mise en quarantaine pour briser la chaîne de l’infection, une stratégie empruntée à la Corée du Sud.

En Israël, qui a subi 15 morts à cause de Covid-19, le nombre de cas infectés a augmenté lundi pour atteindre 4 347, le nombre de cas graves nécessitant des soins hospitaliers atteignant 80. De nouvelles mesures ont été introduites cette semaine pour resserrer encore plus le verrouillage presque complet. Il a été couplé à des tests étendus par région. L’idée est que cartographier les zones touchées géographiquement pour localiser les foyers d’infection contribuera finalement à lever le verrouillage des régions exemptes d’infection du pays pour revenir à la normale.

Les spécialistes de la santé et les économistes sont enfermés dans la même lutte acharnée contre la nécessité de procéder à des blocages totaux pour stopper la propagation du virus, à cause des dommages économiques irréversibles qu’ils génèrent. Ces derniers soutiennent que le confinement, tout en stoppant éventuellement la maladie, tuerait les moyens de survie économique de la victime.

L’argument fait rage au beau milieu des craintes que céder aux arguments économiques en réponse à un reflux temporaire de l’infection à coronavirus provoquerait une épidémie redoublée en avril en mai. Cette deuxième vague pourrait être encore plus féroce que la première. Des signes de cette deuxième attaque de Covid-19 qui s’installent sont visibles en Chine, à Taiwan et à Singapour, qui ont assoupli les restrictions après des efforts couronnés de succès pour contenir la propagation du fléau.

Derrière ces débats se cache le fait que l’on sait trop peu de choses sur la nature du coronavirus et des réponses à lui opposer. La recherche d’un remède ou d’un vaccin peut prendre des années avant qu’il soit certifié pour une utilisation et fabriqué en quantité suffisante pour vaincre un fléau qui ne connaît pas de frontières.

Deux remèdes expérimentaux contre le coronavirus sont testés dans les hôpitaux israéliens. Au centre médical de Sheba, le professeur Galia Rahav supervise l’utilisation d’anticorps contenus dans le sang prélevé sur des volontaires qui se sont remis du Covid-19. Le plasma qui contient les anticorps est séparé des échantillons de sang et injecté dans les cas critiques à l’hôpital. La FDA américaine a approuvé l’expérience. Remdesivor, un médicament développé par la société américaine Gilead, qui a réussi à endiguer l’épidémie d’Ebola, et il est largement utilisé dans les unités intensives contre le corona dans les hôpitaux israéliens, de même, dans les cas critiques. L’évaluation des résultats des deux expériences nécessite la réalisation de tests sur de grands groupes surveillés pendant des périodes réglementées.  

Fears of redoubled coronavirus assault in April. No remedy yet in sight

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.