Comment Israël peut-il réduire les dégâts de la deuxième vague de coronavirus?

Analyse: Avec de nouveaux cas de virus en croissance exponentielle (1319 nouveaux cas mardi), il est clair que nous sommes au milieu de la deuxième vague, même si la première est à peine terminée ; maintenant, en tant que public, nous devons aider à freiner l’épidémie en rencontrant simplement moins de gens et en mettant un masque

Dr. Elad Tomer|
Publié le: 07.07.20, 21:26
Il y a environ trois semaines, Ynet a publié un article montrant qu’une deuxième vague de coronavirus en Israël était en bonne voie – et que la prédiction s’est avérée exacte.
L’épidémie actuelle est exponentielle, ce qui signifie que l’intensité de l’épidémie se double à intervalles réguliers, tous les dix jours pendant la deuxième vague et tous les trois jours pendant la première vague.
 
Afin de mesurer la croissance et constater qu’elle est en effet exponentielle, nous utilisons une unité de mesure relative appelée “décibel”, qui est utilisée entre autres, pour mesurer le volume du son et pour transmettre et recevoir des signaux radio.

בדיקות קורונה ברמת השרון

Test de coronavirus à Ramat Hasharon
( Photo: AFP )
Lorsque vous utilisez des décibels pour mesurer le taux de propagation d’un agent pathogène, nous devons suivre une formule spécifique : un cas par jour équivaut à 0 décibels, 10 cas par jour équivaut à 10 décibels, 100 cas équivaut à 20 décibels, 1000 équivaut à 30 décibels, etc. De plus, une augmentation de trois décibels signifie que le nombre de cas a doublé.
Lors de la mesure de l’ampleur d’une épidémie en décibels, le taux d’infection est facilement détectable grâce à des graphiques. De cette façon, le nombre de personnes infectées pourrait être facilement mesuré, ne serait-ce que de quelques dizaines à des millions de patients.
En mesurant le nombre de nouveaux cas quotidiens de coronavirus en Israël de mars 2020 au 6 juillet en décibels, le graphique suivant se dessine:

Il est facile de voir que l’intensité de l’épidémie a augmenté de 0,3 décibels par jour, avec une augmentation moyenne de trois décibels tous les 10 jours, ce qui signifie essentiellement que le nombre de cas a doublé tous les 10 jours.
Ces données indiquent que la deuxième vague de coronavirus en Israël croît en effet à un rythme exponentiel.
Malgré l’augmentation rapide du nombre de cas confirmés au cours des cinq dernières semaines, certains experts médicaux n’étaient pas convaincus que les chiffres prouvent que c’était le début de la deuxième vague, en raison du taux de mortalité et du nombre de cas graves restant relativement bas.
Cela pourrait être dû au fait que la deuxième vague a commencé au moment où la première vague s’essoufflait mais n’était pas encore terminée.

בדיקות קורונה ברמת השרון

Centre de test des coronavirus à Ramat HaSharon
( Photo: AFP )
En effet, quand on regarde le nombre de malades graves ou le nombre de patients branchés sur des ventilateurs, il est difficile de faire la distinction entre ceux hospitalisés lors de la première vague et ceux de la seconde.
Lors de la mesure du nombre de patients gravement malades utilisant des décibels, il apparaît que le nombre de cas graves a augmenté en moyenne de 0,27 décibels par jour au cours des trois dernières semaines (couleur orange sur le côté droit du graphique), contre 0,16 décibel d’augmentation des cas graves lors de la première vague (couleur bleue au centre du graphique).

Ces statistiques sont incontestables et ne laissent planer aucun doute. L’intensité de l’épidémie a doublé tous les dix jours au cours des dernières semaines.
Une augmentation régulière a également été enregistrée en ce qui concerne le niveau de propagation, un certain nombre de cas graves et le taux de mortalité.
Le graphique suivant montre l’ampleur de l’épidémie (en bleu) et le taux de mortalité (en orange) en décibels, indiquant qu’au cours des trois dernières semaines, la mortalité liée aux coronavirus a augmenté d’environ 0,3 décibels par jour. En d’autres termes, 1 000 nouveaux diagnostics par jour entraîneront environ 10 décès et si la propagation n’est pas arrêtée à temps, ce nombre continuera d’augmenter.

Le taux de propagation du pathogène est affecté par le taux de contact humain direct, en particulier dans les endroits considérés comme des points chauds du virus.
Un grand nombre de mesures contre les coronavirus prises par les pays, y compris Israël, visent à réduire le contact humain direct.
Lors de la première vague, chaque porteur confirmé a infecté en moyenne trois autres personnes. Au cours de la deuxième vague, du moins jusqu’à présent, chaque cas confirmé aurait infecté 1,4 personne.
Par conséquent, il semble que la deuxième vague pourrait être contrecarrée à un coût économique inférieur à ce que le pays a payé pendant la première vague.

שוק מחנה יהודה

Marché Mahane Yehuda à Jérusalem
( Photo: Moshe Mizrahi )
Le gouvernement doit prendre des mesures pour réglementer la quantité de contacts directs entre les personnes et rendre ces contacts, s’ils sont inévitables, aussi sûrs que possible.
Par conséquent, une fois que nous aurons trouvé un moyen de réduire la propagation au coût économique le plus bas possible, nous devrons y adhérer même lorsque le nombre de nouvelles infections est en baisse.
Et donc, voici le nombre de choses que nous pouvons faire en tant que personnes pour réduire le taux d’infection :

הופעה של ברי סחרוף בצל הקורונה

Les gens ne respectent pas la réglementation lors d’un concert à Tel Aviv
( Photo: Moti Kimchi )
1. Portez des masques. Des études montrent que l’utilisation de masques réduit considérablement le risque d’infection lors d’un contact avec un porteur.
2. Réduire de moitié le nombre de personnes que nous rencontrons chaque semaine, car bon nombre de nos réunions ne sont pas essentielles.
3. Réunion dans des espaces ouverts ou en ligne. La recherche montre que les risques d’infection dans les espaces ouverts sont beaucoup plus faibles que dans les espaces confinés.
4. Si l’endroit où vous vivez devient un point chaud de virus, le contact direct avec les autres doit être considérablement réduit.
5. Expliquer aux enfants que le sauf-conduit protège la famille et contribue à sauver des vies.
Si nous, en tant que peuple, adoptons toutes ces recommandations – en plus de maintenir des règles strictes d’hygiène et de distanciation sociale – nous contribuerons à freiner l’épidémie et à ouvrir pleinement l’économie.
Chacun de nous a la capacité d’aider à freiner la propagation du virus. Chaque réunion à laquelle nous réussissons à couper et à chaque fois que nous mettons un masque en quittant la maison, contribue aux efforts de confinement et pourrait aider à sauver des vies.

6 Commentaires

  1. Je comprends l’intention. Mais, a la longue, je trouve exasperant que les gens dans la force de l’age veuillent toujours “surveiller les vieux”. Nous ne sommes pas des figurines inconscientes en verre file, non mais ! J’ai soixante-dix-sept ans.

  2. C’est de l’enfumage
    Les cas augmentent parce qu’on fait plus de tests. C’est comme pour la pizza. Plus y’a de pizza plus y’a de fromage !!
    Pourquoi faire peur aux gens ainsi ? Parce qu’il faut les conditionner pour qu’ils achètent.. Des masques, du savon hydromachin, des visières en plastique et des médocs… et puis surtout, le vaccin.
    Cette fois-ci le gouvernement compte écouler les doses…

    • Non ce n’est pas de l’enfumage, le conspirationnisme si (c’est voulu par le gouvernement, les labos fabriquent du Covid, etc). Il y a une augmentation des tests, mais proportionnellement, les cas constatés sont assi plus nombreux, les chiffres de cette “seconde vague” ne sont absolument pas là pour faire “peur”, mais pour discipliner un minimum. C’est fou comme les gens peuvent en vouloir à leurs prochains, surtout leur prochain Juif, au point de chercher à les contaminer par inconscience. On devrait être le premier peuple à faire ce qu’il faut. Les désinvoltes l’en empêchent.

    • vous êtes une obsédée du “conspirationnisme”! Cela vous rassure probablement concernant les dommages causés par la pandémie en Israël. Ne rien faire est votre mot d’ordre, tout va bien dans le meilleur des monde et ce virus n’est que pure invention pour nous conduire à acheter masques, visières et surtout vaccin… quand il y en aura un. Je vous souhaite une excellente santé

  3. Ne pas utiliser les antibiotiques ordinaires qui font pire que bien mais l’antibiotique employé aux cLiniques universitaires Saint-Luc a Bruxelles ( vise quelques bactéries seulement)

  4. Nous “devons” passer par là.
    Trop confinés (par rapport à la France par ex.) le dé-confinement va infecter davantage. La bio immunité de masse n’a donc pas fonctionné. Tout reprendre à zéro donc, puisque l’arrêt de l’économie du pays risque d’être plus mortelle que le Covid…
    Heureusement que nous avons compris, enfin, les bons gestes thérapeutiques.
    Les antibiotiques, corticoïdes et anti-inflammatoires sont à utiliser d’urgence, et, en appoint, les respirateurs, une fois les bronches en désencombrement.
    Surveiller nos vieux, surtout.
    Et nos sujets à risque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.