Yves de Kerdrel
C’est une histoire bien française. Comme notre pays en vit désormais de façon régulière. Au bord du lac Léman, à côté d’Évian-les-Bains, il existe une commune dont le nom est Publier. Depuis quelques années, en raison du phénomène des travailleurs frontaliers qui vivent en France et sont salariés en Suisse, elle a connu un développement démographique spectaculaire. D’autant qu’avec une très grande base nautique, elle offre une qualité de vie recherchée.

En 2011, son maire a décidé, avec l’aval du conseil municipal, de faire ériger une statue de Notre-Dame du Léman dans un parc municipal, avec comme arrière-plan, le lac franco-suisse. La “Sainte Mère” a trouvé très vite sa place dans un écrin de verdure avec comme seule mention « Notre Dame du Léman, veille sur tes enfants ».

Bref, il s’agit d’une statue de la Vierge comme on en trouve dans de nombreux ports bretons pour protéger les pêcheurs partant braver les tempêtes ou sur des sommets difficiles à atteindre dans les Alpes, pour permettre aux alpinistes et aux randonneurs de retrouver de la sérénité. Et cette Notre-Dame du Léman est d’une discrétion incroyable en comparaison de la fameuse Notre-Dame de la France installée, en 1988, à Baillet-en-France, à 20 kilomètres au nord de Paris, en présence de sept évêques, du nonce apostolique et du cardinal Lustiger, qui a béni solennellement la statue.

Tout cela ne mériterait pas un éditorial si quelques esprits chagrins qui animent la fédération de Haute-Savoie de la libre-pensée n’avaient pas demandé devant le tribunal administratif de Grenoble le déplacement de la statue, lequel lui a naturellement donné raison. Mais la justice, dans sa grande couardise, a annulé l’arrêté municipal installant la statue dans un parc municipal sans pour autant demander qu’on la déplace.

Les libres-penseurs, qui n’ont de libre que le nom, ont donc contre-attaqué et obtenu une nouvelle décision de justice, il y a quelques jours, obligeant la mairie à «retirer du domaine public communal la statue de la Vierge».

Nous voilà revenus d’un seul coup à certaines des heures les plus sombres de notre histoire, lorsque la maréchaussée entrait de force dans les couvents pour en chasser les congrégations. Le maire de Publier, qui n’a rien d’une grenouille de bénitier, s’est engagé à respecter le jugement en ajoutant : «Je suis un élu républicain, garant de la laïcité.»

Ceux qui sont abasourdis par cette décision de la justice administrative, ce sont les habitants de cette commune qui trouvaient normale la présence de cette statue dans un morceau de cette France qui plonge ses racines dans la chrétienté, comme le rappelle le très beau livre de notre ancien chroniqueur Camille Pascal dont nous avons fait mention dans notre dernier numéro.

Quel est l’avenir d’un pays qui décide de se couper de ses racines ? A-t-on déjà vu un arbre continuer de s’épanouir lorsque ses racines ont été abîmées voire arrachées ? Et est-ce vraiment le rôle de quelques juges de décider si la présence d’une statue de la Vierge, proclamée patronne de la France en 1922, est une entrave grave à la laïcité et à la liberté de conscience ?

Plus généralement, je me demande si, à la suite de cette décision de justice, les 36 000 communes de France ne devraient pas arracher les merveilleux calvaires de granit qui bordent les chemins creux de nos campagnes, les statues de la Vierge et celles de différents saints qui ornent des milliers de lavoirs installés sur des terrains municipaux.

D’une laïcité respectueuse de toute cette légende dorée qui a construit notre nation sur le plan culturel, une poignée d’excités tentent de passer à une sorte de “laïcardisme” obsessionnel. Manuel Valls, qui s’apprête à marcher sur les pas de François Hollande, fait partie de ceux-là. Qu’il paraît loin le temps, hélas, où le général de Gaulle invoquait « l’âme de la patrie », François Mitterrand « les forces de l’esprit » et Nicolas Sarkozy, cette « transcendance » dont toute la société a besoin…

YVES DE KERDREL

Valeurs Actuelles 

8 Commentaires

  1. C’est tellement clair et simple de devenir comme un petit enfant et d’accepter humblement ce que Dieu nous dit pour notre bien. Si Martin 54 peut vous parler aussi clairement, cela ne vient pas de lui même, mais de la Parole de Dieu, qui,ELLE, est TOUTE la Vérité. André 68.

  2. Ce n’est pas normal que tout d’un coup certains demandent de retirer telle statue ou créche ou croix de Jesus. C’est un parjure, ou encore des provocations. Ne pas céder.

  3. la vérité c’est mieux que la tradition, si l’idolatrie a fait partie de nos racines alors il faut s’en séparer.
    si dieu nous dit que ces choses sont de la vanité, alors c’est de la vanité. pourquoi s’y accrocher?

  4. La plainte vient des ‘libres-penseurs’ auto-proclamés. Les mêmes qui ne supportent pas les crèches de Noël. Ils oublient que tout cela fait partie des racines de la France, et qu’aucun peuple ne peut vivre hors sol et sans racines. La soi-disant raison détachée de toute histoire mène aux atrocités du XXème siècle et à celles qui pourraient bientôt suivre.

  5. Tant que ces statues ne nuisent pas autrui, je ne vois pas le problème.
    Par contre ce que le texte ne dit pas : Qui a demandé le retrait de cette statue ? Et qui a porté plainte ?
    C’est ce mystère qui reste intéressant.

  6. En réponse à Martin,
    Même si le raisonnement n’est pas faux, il n’est pas convenable de détourner ainsi la question, c’est un défaut de raisonnement et de logique…. la vraie question est posée à travers ce texte: l’arasement des racines d’un peuple et d’un pays. Tout cela ne mène qu’à une seule chose la décadence et le perte de la dimension symbolique.
    Si cela vous est égal c’est que déjà vous êtes atteint par cette question qui à l’extrême peut mener à ne plus se comprendre faute de « ponts » communs.

  7. En réponse à Martin,
    Même si le raisonnement n’est pas faux, il n’est pas convenable de détourner ainsi la question, c’est un défaut de raisonnement et de logique…. la vraie question est posée à travers ce texte: l’arasement des racines d’un peuple et d’un pays. Tout cela ne mène qu’à une seule chose la décadence et le perte de la dimension symbolique.
    Si cela vous est égal c’est que déjà vous êtes atteint par cette question qui à l’extrême peut mener à ne plus se comprendre faute de « ponts » communs.

  8. ou est le problème????? toutes ces statues sont autant de superstition.
    le platre ne protége personne.
    myriam est morte et elle attend avec les autres rachetés la résurrection, c’est du moins se qu’enseigne la nouvelle alliance si vous l’avez lu.
    de plus myriam n’était plus vierge puisque qu’elle a eu plusieur enfants garçons et filles, comme c’est rapporté dans la nouvelle alliance.
    de plus il est dit dans le livre des actes:
    4.12
    Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel AUCUN AUTRE NOM qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. (yeshua)
    qu’est-ce que dieu pense lui même des statues???????
    n’est ce pas de l’idolatrie?
    celui qui est chrétien ne devrait pas etre dérangé par la supression des statues.
    notre foi ne doit-elle pas s’orienté sur dieu lui-même?? et non sur un morceau de pierre ou platre qui ne voit pas n’entend pas , ne parle pes. ne respire pas.
    cela fait 1700ans que le christianisme de rome adore des statues, pour quel résultat????

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.