Comment Biden sabote son accord de paix entre Israël et l’Arabie Saoudite

par Bassam Tawil

Les États arabes sont motivés à signer des traités de paix avec Israël lorsqu’ils considèrent Israël comme un gagnant. En faisant pression sur Israël pour qu’il n’envahisse pas Rafah, l’administration américaine sabote ses propres efforts visant à persuader l’Arabie saoudite de normaliser ses relations avec Israël.

Lorsque le groupe terroriste Hamas, soutenu par l’Iran, a envahi Israël le 7 octobre 2023, il n’a pas seulement cherché à tuer et à kidnapper des Israéliens. Le groupe et ses parrains à Téhéran avaient sans aucun doute d’autres objectifs en tête, comme contrecarrer les efforts parrainés par les États-Unis pour parvenir à une normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite.

Heureusement, le Hamas n’a jusqu’à présent pas réussi à atteindre cet objectif. De plus, le Hamas n’a pas réussi à creuser un fossé entre Israël et les pays arabes qui ont conclu des traités de paix avec lui: l’Égypte, la Jordanie, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc. Aucun de ces pays n’a rompu ses relations diplomatiques avec Israël, malgré leurs critiques sévères à l’égard d’Israël concernant la guerre dans la bande de Gaza et les pressions de la rue arabe.

Moins d’un mois avant l’attaque du Hamas, le prince héritier Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto de l’Arabie saoudite, avait déclaré à Fox News que la perspective de relations normalisées avec Israël « se rapprochait chaque jour ».

La guerre qui a éclaté dans la bande de Gaza après les atrocités commises par le Hamas le 7 octobre a peut-être interrompu le processus de normalisation, mais elle ne l’a pas détruit.

Ces derniers mois, les Saoudiens ont souligné qu’ils n’avaient pas abandonné l’idée de normaliser leurs relations avec Israël, malgré la guerre dans la bande de Gaza qui a éclaté après l’attaque du Hamas.

Un mois après l’attaque, le ministre saoudien de l’Investissement, Khaled Al-Falih, a déclaré que les négociations en vue d’une normalisation des relations avec Israël restaient sur la table :

« Cela était sur la table – cela reste sur la table et, évidemment, le revers du mois dernier a clarifié pourquoi l’Arabie saoudite était si catégorique sur le fait que la résolution du conflit palestinien devait faire partie d’une normalisation plus large au Moyen-Orient. »

L’ambassadeur d’Arabie Saoudite en Grande-Bretagne, le prince Khaled bin Bander, a déclaré à la BBC plus tôt cette année que le Royaume croyait toujours à l’établissement de liens avec Israël malgré « le nombre déplorable de victimes à Gaza ».

Récemment, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré, après avoir rencontré Ben Salmane, qu’il y avait de « bons progrès » dans les négociations de normalisation entre l’Arabie saoudite et Israël.

« Je crois que nous pouvons parvenir à un accord qui représenterait une opportunité historique… Nous avons eu une très bonne discussion sur le travail que nous effectuons depuis plusieurs mois maintenant sur la normalisation, et ce travail avance. Nous poursuivons pour bien progresser. »

Il y a donc de bonnes raisons de croire que les Saoudiens finiront par accepter de normaliser leurs relations avec Israël. Mais pour que cela se produise, le Hamas, qui est fermement opposé à toute paix avec Israël et ne reconnaît pas son droit à exister, doit être vaincu et éradiqué.

Ce n’est un secret pour personne que l’Arabie saoudite et d’autres pays arabes méprisent le Hamas et le considèrent comme une menace pour leur propre sécurité nationale ainsi que comme un obstacle à l’instauration de la paix entre les Arabes et Israël.

En 2019, les autorités saoudiennes ont arrêté 60 membres et sympathisants du Hamas, dont le représentant du groupe terroriste dans le Royaume, Mohammed Al-Khudari, qui a ensuite été condamné à 15 ans de prison pour soutien au Hamas.

Les Saoudiens seraient sans aucun doute ravis de voir le Hamas chassé du pouvoir et éliminé. Toutefois, cela ne peut se produire que si Israël est autorisé à détruire l’intégralité des capacités militaires du Hamas. Depuis le début de la guerre, le Hamas aurait perdu des milliers de ses combattants. Israël a démantelé 20 des 24 bataillons du Hamas. Pourtant, le groupe dispose toujours de quatre bataillons dans la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza.

La défaite totale du Hamas incitera sans aucun doute les Saoudiens et les autres Arabes à faire la paix avec Israël. Tant que le Hamas restera présent et aura son mot à dire sur les questions liées au conflit israélo-arabe, de nombreux Arabes hésiteront à normaliser leurs liens avec Israël. Il ne fait aucun doute que les Saoudiens, aux côtés des Émirats arabes unis, de Bahreïn et même de l’Autorité palestinienne, prient tranquillement pour qu’Israël termine le travail et se débarrasse du Hamas. Naturellement, ces Arabes ne peuvent pas exprimer leurs opinions en public, de peur d’être accusés de « collusion » avec Israël.

C’est pourquoi l’administration Biden commet une erreur désastreuse en faisant pression sur Israël pour qu’il ne s’en prenne pas au Hamas à Rafah. L’approche de l’administration Biden revient à demander à un marathonien de s’arrêter juste avant d’atteindre la ligne d’arrivée. Si le Hamas est autorisé à maintenir ses forces à Rafah, cela sera considéré par le groupe et ses partisans comme une victoire.

Les milliers de combattants du Hamas à Rafah retourneront rapidement dans d’autres parties de la bande de Gaza lorsque l’armée israélienne se retirera de l’enclave côtière. Ce ne sera alors qu’une question de temps avant que le Hamas ne commette un nouveau massacre contre les Israéliens.

Ne pas détruire les capacités militaires du Hamas et lui permettre de rester au pouvoir – comme le suggère l’administration Biden – sera mauvais non seulement pour Israël, mais aussi pour les Saoudiens et les autres États arabes désireux de faire la paix avec Israël.

En faisant pression sur Israël pour qu’il n’envahisse pas Rafah, l’administration américaine sabote ses propres efforts visant à persuader l’Arabie saoudite de normaliser ses relations avec Israël. De plus, l’administration Biden ferait bien de considérer ce qui suit : les États arabes sont motivés à signer des traités de paix avec Israël lorsqu’ils considèrent Israël comme un gagnant. Qu’on le veuille ou non, les Israéliens sont incontestablement une superpuissance dans les domaines de l’économie, de la médecine, de la technologie et de l’arène militaire au Moyen-Orient.

En exigeant qu’Israël s’abstienne d’entrer à Rafah, l’administration Biden demande en réalité à Israël d’oublier la récupération des 130 otages violés et torturés chaque jour par le Hamas – parmi lesquels six Américains – et de perdre la guerre. C’est quelque chose que ni Israël ni les ennemis arabes du Hamas – ni même Biden – ne peuvent se permettre d’accepter.

Bassam Tawil est un Arabe musulman basé au Moyen-Orient. Le travail de Bassam Tawil est rendu possible grâce au généreux don d’un donateur qui a souhaité rester anonyme. Gatestone est très reconnaissant.

JForum.fr avec www.gatestoneinstitute.org
Sur la photo : le secrétaire d’État américain Antony Blinken rencontre le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Djeddah, en Arabie Saoudite, le 20 mars 2024. (Photo d’Evelyn Hockstein/Pool/AFP via Getty Images)

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Damran

Dans sa frénésie à vouloir à n’importe quel prix remporter les élections présidentielles, Biden la marionnette détraquée se contrefiche des dégâts qu’il provoque au Moyen Orient, et tant pis pour Israël, l’allié indéfectible.
Dans sa folie destructrice, Sleepy Joe est prêt à accorder la victoire au hamas qui est défendu de façon démentielle par le Qatar-Terroriste-Voyou, mais qui a toute sa confiance.
Mon Dieu, protégez-moi de mes amis, de mes ennemis, je m’en charge…