«L’attaque de Charlie Hebdo a payé (…), ils ne font plus de caricatures du Prophète». Ces paroles et bien d’autres viennent d’un programme télévisé diffusé le lundi 20 juin en Turquie sur la chaîne pro-gouvernementale, Kanal A.

Sur l’écran quatre visages connus dans les médias pro-gouvernementaux, ensemble pour discuter des attaques terroristes qui touchent le monde. Bayram Zilan, correspondant de Milat à Ankara, Haci Yakisikli, chroniqueur dans le journal ultraconservateur Yeni Akit (qui avait qualifié de «pervers» les victimes homosexuelles de l’attentat d’Orlando), sont présents mais ce sont les propos du ténor de la discussion, Hasan Açikalin, qui font froid dans le dos.

«Les attaques terroristes, y compris celle du 11 septembre, ont été bénéfiques pour les musulmans», lâche-t-il. Le monde aurait compris que les musulmans peuvent se mobiliser.

Un cheminement de discussion hallucinant qui aboutit finalement à une conclusion sur la France.

En bref, Charlie Hebdo a mérité son sort en caricaturant le prophète de l’Islam. Ils ont payé les conséquences et ont accepté de ne plus reproduire ces dessins. Açikalin a également estimé que les musulmans n’étaient pas libres en Turquie car ils ne peuvent pas être polygames.

La vidéo a provoqué une vague d’indignation sur les réseaux sociaux en Turquie, certains internautes se demandant «ce qu’ils avaient consommé avant le programme».

Le CSA turc, en général si prompt à envoyer des avertissements pour les chaînes d’opposition, n’a pas encore réagi. Aucun procureur ne s’est pas non plus encore manifesté pour lancer une enquête pour “apologie de terrorisme”.

zaman.fr

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.