Les ballons explosifs menacent à nouveau la bande de Gaza: « Tout se retourne dès le retour des traumatismes »

Les résidents ont déjà oublié les visions difficiles des champs et des zones brûlées, mais les départs de feu de ballons incendiaires cette semaine les ont ramenés à ces jours-là d’un passé proche. « La situation se détériore et nous pouvons déjà imaginer une nouvelle vague d’escalade », disent-ils. « On se fiche de savoir qui est responsable, on veut revenir à nos habitudes de vie sans éprouver la moindre crainte »

Des dizaines d’incendies se sont déclarés hier (lundi) dans l’enveloppe autour de Gaza à la suite de l’envoi de ballons incendiaires. L’incendie a consumé une partie des champs agricoles des conseils régionaux de Sha’ar Hanegev, Eshkol et Sdot Negev, et un ballon explosif a également été trouvé à l’intérieur du conseil régional de Merhavim. Les images et les détonations violentes des explosions ont accompagné les habitants du pourtour de la bande de Gaza pendant sept jours consécutifs et, par conséquent, le discours entourant l’escalade s’intensifie et les angoisses et les traumatismes du passé reviennent.

«A Gaza, ils se sont réveillés, ils lèvent la tête, et la situation n’est pas sympathique. Tout ce que nous voulions oublier revient», décrit Meirav Cohen du kibboutz Ein Hashlosha. « Les visions ne sont pas agréables, l’atmosphère commence à se réchauffer et certains habitants sont inquiets. » Elle dit que « nous ne nous soucions pas de savoir qui est responsable, nous voulons juste revenir à un état de routine et non de peur », ajoutant: « J’espère que le gouvernement n’attend pas une catastrophe pour résoudre la situation dans la bande de Gaza. »

Incendies suite au lancement de ballons incendiaires dans la bande de Gaza le 10 août 2020

Feu dans l’environnement de Gaza, hier (Photo: Security Erez)

Meirav Cohen, résident d'Ein Hashlosha, 10 août 2020

« Tout ce que nous voulions oublier revient. » Meirav Cohen du kibboutz Ein Hashlosha (Photo: Shai Makhlouf)

Eyal Hajabi, chef du conseil régional de Sha’ar Hanegev, était présent à tous les incendies dans les zones du conseil. Et le feu nous est revenu depuis une semaine. «Depuis lors, il y a eu plusieurs incendies dans le secteur de l’enveloppe (pourtour), ainsi que les ballons explosifs qui explosent au-dessus de nos communautés», dit Hajabi. «Seuls trois d’entre eux ont explosé aujourd’hui et le Hamas a tiré des roquettes en direction de la mer (e n signe « d’avertissement »). Hier, des coups de feu ont également été tirés sur les gardes-frontières. La situation se détériore. « 

Hajabi décrit également la peur qui s’instille parmi les habitants. » Nous avons affaire ici, dans l’enveloppe de Gaza, non seulement au fléau du corona, mais aussi avec les ballons explosifs et incendiaires « , dit-il. » Nous pouvons certainement voir que les choses s’aggravent. Bien que nous voyons aussi qu’il y a un changement dans la réponse de l’État, que Tsahal se montre réactif et ferme « 

Incendies suite au lancement de ballons incendiaires dans la bande de Gaza le 10 août 2020

Des dizaines d’incendies dans la bande de Gaza depuis hier, soupçonnés d’avoir été causés par des ballons incendiaires

Vers l’article complet
Eyal Hajabi, porte du Néguev, 10 août 2020

« Nous avons affaire non seulement au Corona, mais aussi aux ballons explosifs. » Eyal Hajabi de Sha’ar Hanegev (Photo: Shai Makhlouf)

Maayan Shenor du plan de développement, dit que les angoisses des temps difficiles que les habitants tentent d’oublier sont déjà revenues pour accompagner leur vie quotidienne. «Encore une fois en un instant, sans aucun avertissement, tout se retourne », décrit-elle. « Le ciel d’été clair devient menaçant. Toutes les peurs, les angoisses et les peurs flottent et remontent à nouveau. Ballons, incendies, lancements de ballons et échos d’explosions à nouveau – comme si les troubles apportés par le Corona ne nous suffisaient pas. »

Ofer Lieberman, résident de Nir Am, 10 août 2020

« Ce qui se passe, c’est que nous avons perdu la force de dissuasion. » Ofer Lieberman de Nir Am, sur fond de champ brûlé (Photo: Shai Makhlouf)

Ofer Lieberman du kibboutz Nir Am ressent également l’augmentation de la peur et de l’anxiété. « Malheureusement, cette situation nous ramène quelques années en arrière. Les échauffourées récentes ramènent les traumatismes et les peurs des familles vivant autour de la bande de Gaza », dit-il. « Dans l’enveloppe de Gaza, ils traitent non seulement du corona, mais aussi des ballons explosifs et incendiaires, avec de la peinture rouge et des missiles. »

Lieberman pointe également le doigt du blâme sur l’État. « Ce qui se passe, c’est que nous avons perdu la force de dissuasion », affirme-t-il. « Les Palestiniens devraient réfléchir cent fois avant de lancer un ballon ou un missile sur nous, et je ne pense pas que ce soit ce qui se passe, mais l’inverse ».

news.walla.co.il

Adaptation de l’hébreu : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.