Bagdad : la roquette en Zone Verte est signée Iran

1
1157

L’attaque à la roquette près de l’ambassade américaine de Bagdad portait la signature de l’Iran. 

Trump rejette la demande saoudienne de frappe américaine contre les Houthis yéménites

 

Les deux parties ont déclaré qu’elles ne cherchent pas la guerre, mais les tensions de la guerre des nerfs américano-iranienne ont été ravivées dimanche 19 mai par le tir d’une seule roquette qui a échoué près de l’ambassade américaine dans la zone verte de Bagdad. Le président américain Donald s’est montré furieux : «Si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran. Ne menacez plus jamais les États-Unis! » A-t-il tweeté.

Quelques heures plus tôt, le nouveau chef iranien de l’IRGC, le général Hossein Salami, avait multiplié les provocations anti-américaines en commentant à la télévision iranienne :

«La différence entre nous et eux, c’est qu’ils ont peur de la guerre et n’en ont pas la volonté. “

Son commentaire, selon les sources militaires et de renseignements de DEBKAfile, a été publié après que le président Trump a rejeté la demande du roi saoudien Salman bin Abdulaziz de lancer des frappes aériennes américaines directes contre les Houthis yéménites, en réponse à l’attaque par drone de cet allié iranien – contre deux stations de pompage saoudiennes.

Le 14 mai, le roi a déclaré que Washington ne pouvait pas se permettre de poursuivre sa politique de non-réplique aux attaques iraniennes visant les infrastructures pétrolières du Golfe, notamment quatre pétroliers situés en face du port de Fujairah, dans les Émirats arabes unis. Il a proposé que Washington punisse Téhéran par l’intermédiaire de son allié yéménite afin d’éviter de se confronter directement à l’Iran. Cependant, cette réponse passive de Washington, ainsi que le consentement de l’administration américaine à tenir des pourparlers provisoires non contraignants avec des responsables iraniens, sans exiger que Téhéran renonce à ses attaques, semble inciter les Iraniens à poursuivre leurs efforts guerriers.

L’Iran a précisément calculé que ses attaques de sabotage contre les quatre pétroliers étaient suffisantes pour faillir de les couler ou de faire des victimes ; il a également calculé que les attaques de drones étaient dommageables sans détruire les stations de pompage saoudiennes. De même, la roquette Katyusha lancée dimanche soir contre la zone verte fortifiée de Bagdad a eu un effet de choc psychologique sans causer de dommages réels. La roquette a «manqué» de près l’ambassade des États-Unis, en frappant un bâtiment vide à proximité qui abritait autrefois un détachement de sécurité. Mais la roquette a été tirée de l’université de Bagdad, dans le centre de la capitale irakienne, et n’a donc pas pu être mise sur le compte d’une milice chiite locale.

La campagne iranienne de frappes indirectes manquées de justesse, plutôt que de frapper directement contre l’Amérique pèse lourdement sur la dissuasion américaine. Ils se sont dispersés du Golfe en Syrie en direction d’endroits situés en face d’Israël. Les comptes rendus syriens sur une frappe de missiles israélienne, vendredi soir 17 mai et samedi 18 mai sur les forces iraniennes et du Hezbollah à Al-Kiswah, au sud de Damas, étaient exagérés. Quelques missiles seulement ont été tirés et leur cible était une très petite installation iranienne mise en place au quartier général de la 1 re Division de l’armée syrienne, en face de la frontière israélienne du Golan. Cette cible a été touchée et détruite.

Alors que l’escalade se poursuit, les États-Unis et leurs alliés pourraient bientôt être contraints de répondre à des questions difficiles : Pendant combien de temps les attaques discrètes et indirectes de l’Iran peuvent-elles se poursuivre sans atteindre un niveau de confrontation plus dangereux? Et comment vont réagir Washington, Riyadh, Abou Dhabi ou Jérusalem si et quand il y auraient de premières victimes?

    ,  ,  , 

Adaptation : Marc Brzustowski

Rocket attack near US Baghdad embassy had Iran’s signature. Trump spurns Saudi bid for US strike on Yemeni Houthis

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.