Après 90 roquettes, le Jihad veut dicter sa loi

5
1487

Le Jihad palestinien tire plus de 90 roquettes et appelle à la fin soudaine du blitz

Lundi 2 février, le Jihad islamique palestinien a pilonné Israël tout au long d’une deuxième journée, tirant 90 roquettes – sûr que la réaction d’Israël serait soigneusement calibrée pour éviter tout embrasement, une semaine avant le jour des élections. Après le premier jour, l’armée de l’air israélienne a frappé des cibles du Jihad autour de Damas ainsi que de nombreux sites dans la bande de Gaza. En entamant une deuxième journée de tirs de roquettes, le groupe terroriste palestinien a directement défié Tsahal. Il a également fait d’Ashkelon, avec son port et sa zone industrielle, la plus grande ville israélienne sous le feu des roquettes. Il n’y a eu aucune victime au cours du blitz du Jihad Islamique, durant ces deux jours, -bien qu’une usine alimentaire à Ashkelon ait été directement touchée-, en grande partie en raison du nombre élevé d’interceptions par les batteries de défense Dôme de Fer.

Tsahal a accompagné les vagues de tirs de roquettes palestiniens par des frappes continues d’artillerie aérienne et de chars contre les installations du Jihad et ses centres de commandement, ainsi qu’en menant la chasse aux équipes de servants de lance-roquettes. Puis, tôt lundi soir, le Jihad islamique a soudainement annoncé dans un communiqué que son offensive de représailles était terminée.

Au cours de la journée, le Premier ministre Benyamin Netanyahu a averti que si la violence se poursuivait, Israël aurait recours à une opération militaire complète dans la bande de Gaza, qui comprendrait des tactiques innovantes et surprenantes, inédites lors des précédentes opérations antiterroristes de Tsahal.

 Le ministre de la Défense Naftali Bennett était plus modéré. Il a dit aux dirigeants des communautés et des villes du sud, qui avaient conseillé à la population de fermer les écoles une journée, de ne pas s’attendre à ce que Tsahal se lance dans une opération à grande échelle à Gaza avant les élections générales du 2 mars.

Le Jihad palestinien avait donc lancé la balle dans le camp d’Israël. Si l’épisode se termine à ce stade, l’organisation terroriste peut prétendre avoir gagné le pouvoir d’initier les coups de feu pour commencer la partie et de mettre fin à une confrontation avec Israël quand cela lui plaît.

Le gouvernement de Netanyahu sera presque certainement guidé dans sa réponse par une évaluation de l’humeur des électeurs majoritaires d’ici lundi prochain. Pour le moment, le Likoud au pouvoir et l’opposition Kahol Lavan ont annulé leurs rassemblements électoraux pour la durée de la crise sécuritaire dans le Sud.

Palestinian Jihad fires more than 80 rockets, calls a sudden end to the blitz

5 COMMENTS

  1. Sharon n’a pas “donné” Gaza.
    Sharon a rendu Gaza.
    Les Hébreux étaient leurs voisins, ils se chamaillaient tout le temps (
    Mais les Hébreux n’habitaient pas chez les Philistins (qui étaient aussi les ennemis des Egyptiens).
    Les Juifs n’ont rien à faire à Gaza (ou alors pour des raisons sécuritaires).

  2. Et voilà c’est les terroristes qui mène le bal encore une fois, et Israël c’est exécuté, Bon exemple pour les autres groupes terroristes

  3. Et Bibi…et Benett,,,,et le boss du Mossad se precipitent au Qatar pour demander 40 millions de $….et tout se calme !!
    Dans deux, trois semaines….on remet cela et ……..
    Merci a Sharon d avoir donne Gaza ….et les Trois generaux plus Mariolle Lapid menacent de reprendre Gaza !!
    J habite ici,,,,,et ???? garantie de survie ??

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.