Fatou Bom Bensouda est une avocate gambienne, procureure générale sortante de la Cour pénale internationale (CPI). "Un triste jour pour le droit international". La Procureure Bensouda s’apprete à sortir sur un coup d’éclat…

Les services judiciaires de Tsahal se mobilisent pour la bataille à La Haye…

Les Ministères des Affaires Etrangères et de la Justice se préparent pour mener la bataille devant le tribunal de la Cour Pénale Internationale (CPI).

  • Unanimité de tout l’appareil politique israélien: « Nous sommes prêts à protéger et défendre chaque citoyen Israélien ». (sic)
  • Soldats de Tsahal: « Continuez d’agir selon les règles du droit international ». (sic)

Le Premier ministre Netanyahou est offusqué et scandalisé par une telle hypocrisie de la Cour internationale qui n’a rien trouvé de mieux que de condamner nos glorieux militaires qui, tout en respectant scrupuleusement le droit international, nous protègent contre les actions terroristes qui visent à nous assassiner, seraient les véritables criminels de guerre. Il est scandaleux que le fait de construire des immeubles d’habitation dans Jérusalem, notre capitale, soit considéré comme crime contre l’humanité. Il est inconcevable qu’une instance internationale qui jadis avait condamné les criminels de guerre ayant commis tous ces actes de barbarie nazie vis-à-vis de notre peuple, condamnent aujourd’hui l’Etat de ce même peuple qui doit faire face aux mêmes actes barbares nazis encore de nos jours. (sic)

Netanyahou sur la décision du tribunal international: « L’essence de l’antisémitisme et de l’hypocrisie ».

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a tenu une consultation juridique avec la participation du procureur général de l’Etat, Avichaï Mandelblit (*), du procureur général militaire en chef, Sharon Afek, du général Itaï Virov, et du sous-procureur général pour les affaires juridiques internationales, le Dr Roy Sheindorf, à la lumière de la décision du procureur à La Haye pour ouvrir une enquête judiciaire contre Israël.

À la fin de l’audience, Gantz a donné quelques lignes directrices pour l’action aux niveaux juridique, sécuritaire, politique et médiatique. Entre autres choses, il a été convenu que le système judiciaire recommanderait à l’échelon politique de créer une petite équipe de ministres qui coordonnerait la question, et que les préparatifs opérationnels nécessaires à la campagne juridique seraient achevés par l’intermédiaire des équipes pertinentes des FDI (Forces de Défense d’Israël).

C’est une évolution grave gravissime, nous nous y sommes préparés…

Dans le même temps, des fonctionnaires du Ministère de la justice et des affaires étrangères ont répondu à la préparation attendue de la décision de la Cour internationale de justice de La Haye: Il ne fait aucun doute que c’est une évolution grave gravissime, nous nous y sommes préparés et cela est pris en compte. Ils ont ajouté: « La décision affectera négativement nos relations avec les Palestiniens et c’est un triste jour pour le droit international et les relations avec les Palestiniens et le moment opportun créé par les accords de normalisation suite à la tentative de politiser le conflit ».

Des sources ont expliqué qu’il s’agit d’une décision à la fin du mandat de la plaignante qui tente de dicter un ordre du jour à son successeur qui a déjà été choisi pour la remplacer. « C’est quelque chose qui ne se fera pas! Dans d’autres cas comme le Nigéria, où la plaignante a également déclaré qu’il y avait des conditions pour ouvrir une enquête, elle a décidé de classer l’affaire en raison de cette période au-delà de son héritier. Cela ne fait qu’illustrer la politisation scandaleuse. La première victime de cette décision est la Cour de Justice elle-même. La loi elle-même et les premières victimes seront dans le monde entier là où le tribunal international aurait dû intervenir normalement ».

Une autre source du ministère a également commenté la question, ajoutant « qu’il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une décision malheureuse et très grave. C’est une décision sans fondement dans tous les sens, tant en termes d’autorité que sur le fond. L’État d’Israël est attaché à l’état de droit. Nous nous assurons d’agir conformément au droit international et lorsqu’il y a des anomalies, nous les vérifions et il n’y a aucune justification pour que l’État d’Israël se trouve à cet endroit; c’est un fait indéniable qu’il s’agit principalement d’un certificat de pauvreté pour cette institution ».

Nous sommes prêts à fournir une protection à chaque citoyen israélien

« Nous sommes préparés à cette possibilité depuis très longtemps. Nous avons travaillé au ministère de la Justice avec le ministère des Affaires étrangères et d’autres organes du pays sous la supervision du Médiateur, et tout a été mis en œuvre pour éviter d’arriver à cette situation, mais en même temps, nous étions prêts à ce que cela se produise »…

« Nous sommes prêts à fournir une protection à chaque citoyen israélien, soldat ou non, contre toute persécution légale par le tribunal qui pourrait essayer de le persécuter. La procédure est une procédure complexe. C’est une procédure qui devrait prendre très longtemps, mais on ne peut rien exclure ».

Avichaï Mandelblit, Procureur de l’Etat.

« Officiellement, le tribunal se considère comme habilité à émettre des ordonnances d’arrestation et des ordonnances ultérieures dans le cadre de l’enquête. Cette chose est très sérieuse. De toute évidence, il faut prendre en considération que cette procédure n’est pas prête d’aboutir immédiatement. « Ces processus prennent de très nombreuses années et prendront au moins plusieurs mois avant qu’une telle chose ne devienne une possibilité pratique ».

———————————

(*): Avichaï Mandelblit est un magistrat israélien. Mandelblit a eu une longue carrière dans la justice militaire de l’armée israélienne, où il a exercé la charge de procureur général de l’Armée de 2004 à 2011. En avril 2013, il est nommé secrétaire du gouvernement de Benyamin Netanyahou.

Eliézer Zis JForum inspiré de Israel Hayom

4 Commentaires

  1. Il se pourrait que la vérité de l origine de ces soit disants palestiniens qui ont squatté le territoire juif depuis des décennies soit mise à jour lors de ces débats..Pour revenir aux soit disants crimes qu’Israël aurait commis il y a des généraux britanniques et autres qui ont déclaré qu’Israël à mené des guerres en évitant et minimisant de faire des victimes chez les arabes ce qui n’est pas le cas des terroristes qui lancent des roquettes sur les civiles israéliens pour faire un plus grand nombre de victimes pour recevoir une recompence financière de leurs autorites pour les crimes qu’ils ont commis

  2. Alors que Fatou Bensouda était ministre de la justice du dictateur Yahya Jammeh
    Les autorités en Gambie, emprisonnaient les présumés sorciers dans des centres spéciaux, où les « médecins de la sorcellerie » leur faisaient supporter toutes sortes de tortures pour tirer le mal hors de leur corps. Plus d’un millier de victimes auraient été emprisonnées et torturées en Gambie, parfois exécutées sur un bûcher.
    La Commission vérité, réconciliation et réparations a été créée pour rendre compte des violations graves des droits de l’homme perpétrées sous le régime de Yahya Jammeh, entre juillet 1994 et janvier 2017.
    Des anciens hommes de main de Yahya Jammeh, surnommés les « junglers », ont été entendus et certains d’entre eux n’ont pas hésité à avouer avoir participé à des assassinats. Les victime exigent la comparution de la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), la Gambienne Fatou Bensouda, qu’elles accusent de complicité pour son silence au moment où elle était procureur principale puis ministre de la Justice de Yahya Jammeh. « On peut l’accuser de complicité si toutefois on a établi des relations entre les faits et la responsabilité directe de la personne. En justice pénale internationale, il faut une responsabilité pénale individuelle et directe. Les junglers n’étaient pas sous l’égide de la justice. » Mais pour certains, le simple fait d’avoir servi sous Yahya Jammeh, sans jamais avoir dénoncé les crimes évoqués en ce moment par la Commission vérité et réconciliation, disqualifie Fatou Bensouda pour son poste à Cour pénale .
    internationale.
    Est-ce quelle aura un jour à répondre de ses propres crimes ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.