Chronique : ce n’est pas près d’arriver : Bientôt la déchéance des plateaux télé ?

La géopolitique pour les nuls

Trois mois après le massacre du Bataclan Jesse Hughes et son groupe « Eagle of the Death Metal » ont donc choisi de remonter sur la scène de l’Olympia devant un public en grande partie composé par les rescapés des attaques et les proches des victimes.

Il y a en effet tout juste trois mois, tout un pays se réveillait meurtri, anéanti par cette barbarie qui avait ôté la vie à 130 innocents…

Et pourtant certains aujourd’hui trouvent judicieux de relativiser ces massacres. Parmi eux, le géopolitologue Pascal Boniface, qui dans une tribune publiée par le site du journal « La Croix » intitulée « Terrorisme, une focalisation excessive » , considère que les médias et les politiques en ont trop fait. « C’est devenu le sujet numéro un pour les médias, déplore-t-il, qui ont vu leur nombre de téléspectateurs, auditeurs et lecteurs fortement augmenter et pour les responsables politiques qui doivent répondre à une demande de protection et de sécurité du public », avant de se livrer à une comptabilité abjecte.

« Il y a d’autres facteurs de mortalité, explique-t-il, qui ne suscitent pas la même mobilisation. Il y a 130 personnes par jour qui meurent à cause de l’alcool. L’an dernier, 412 personnes sont mortes de froid dans la rue et 3500 autres ont été victimes de la route, certes par accident, mais en grande partie par la délinquance routière. Chaque année, 150 personnes meurent de violences conjugales. Deux enfants meurent chaque jour sous les coups de leurs parents. Ces morts ne suscitent pas la même mobilisation ».

S’acharner ainsi à relativiser la menace terroriste en usant d’arguments sordides relève plus de la faute morale que de la géopolitique.

En février 2014, le même Boniface s’était déjà fait remarquer à travers le même type de parallèle hasardeux au sujet de l’affaire Ilan Halimi.

« Tout parent, écrivait-il dans La France malade du conflit israélo-palestinien, se met à la place des parents du jeune Halimi. Et si c’était arrivé à mon fils? Sauf que le traitement de l’affaire par les médias a pu également susciter interrogations. Antisémite le mobile : oui et non« . Pour étayer sa thèse, Boniface avait alors choisi de mettre sur le même plan le crime d’Ilan Halimi et un certain nombre de faits divers survenus depuis, concluant par ces mots : « Une grande partie de la communauté juive est convaincue que la dimension antisémite du meurtre d’Ilan Halimi n’a pas été assez évoquée, quand une grande partie de l’opinion pense que cette affaire a été surexposée médiatiquement de par sa dimension antisémite et de nombreux parents se demandent : « En aurait-on parlé si la victime avait été mon fils« ?

Et voilà, trois mois après le Bataclan, Boniface nous explique, explique donc aux familles des 130 victimes du 13 novembre, à celles de Charlie ou de l’HyperCacher, qu’il faut bien mourir un jour

Il a raison à cela près qu’il faut aussi vivre et vivre avec cette menace venue de l’intérieur, vivre dans un climat de suspicion qui met en péril le bien vivre ensemble. L’occulter, ne pas trop en parler, l’éluder, à quelles fins? Parler d’une tragédie nationale pendant plusieurs semaines serait malsain voire une énième manipulation du monde médiatico-politique.

Et placer, comme il le fait, ces massacres au même rang que la pollution, le cancer, les morts sur la route, revient à quoi?

Tout simplement à banaliser le mal, à banaliser la barbarie islamiste…

Pire encore, d’aucuns sauront utiliser cette analyse pour nous expliquer que les fléaux mondiaux sont multiples et qu’ils ne font pas l’objet d’un tel traitement médiatique.

130 français tués sur le sol français par des Français avec un haut risque de récidive et toute l’idéologie que ces actes recouvrent ne mériterait donc pas plus d’analyse, selon le directeur de l’Iris, que les morts sur la route après le week-end le plus meurtrier de l’année, celui de la Toussaint.

Et oui, fumer tue, boire tue, se droguer tue, les violences conjugales tuent, les accidents de la route tuent… Manger trop de chips peut tuer et les bonbons sont mauvais pour les dents. Que penser de Monsieur Boniface, un personnage si prompt à dénoncer ceux qu’il appelle les « intellectuels faussaires » ou les « pompiers pyromanes »?

Frédéric Haziza Headshot
Publication: Mis à jour:
Présenté comme : Le protecteur des Croyants en l’islamisme fréquentable, dans :
Medias-Djihadhisme-Antisemitisme

 

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

14 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
JMR

La seule chose que Boniface ne relativise pas, c’est la mort d’un palestinien tué par Israel. C’est le summum du crime.

Mcgold

Cet « être » fait parti des plus grands terroristes!
Quoi qu il en soit… Il cherche à faire le buzz….
Et c est sa seule carte….
Pauvre de vous… LEPEN et bien d autres l ont jouée avant vous!
Dormez bien… Et bon courage pour le RDV avec votre miroir!!!

IohananHaïm

on connais le discours :
« tout est dans tout et inversement »

Léon

Banaliser le crime, tout comme on peut aussi banaliser l’antisémitisme. Un certain ministre de l’intérieur Daniel Vaillant, appartenant au gouv rendement de cohabitation Jospin-Chirac avait commenté en son temps ( deuxième intifada-sur Seine ) la vague d’agressions antisémites par une formule on ne peut plus claire : « c’est de la délinquance ordinaire ». Nous en étions là, à ce niveau de l’abject. Et à la même période, le même Pascal Boniface avait émis une note à l’iNtention de son parti ( socialiste ! Mais oui ! ) , une note donc recommandant de se tourner résolument vers l’électorat arabo musulman de la Farnce, car c’était électoralement plus intéressant. …

Pour le reste, je ne fume pas, je ne bois pas, je ne prends pas de risques sur la route en conduisant. Et j’ai absolument le droit d’aller au Bataclan ou de boire une biere en terrasse sans risquer de me faire assassiner par les terroristes que Pascal Boniment veut banaliser.

léopold

Bizarre tout de même que ce Boniface, si prompt à relativiser 130 morts dus à des terroristes islamistes, n’a pas eu de mots assez durs sur Israel lors de la provoc du bateau turc sur Gaza, alors que là Israel ne faisait que se défendre.

Frankyfit

« 130 personnes meurent par jour à cause de l’alcool »
Il va nous dire en plus qu’il ne faut plus boire d’alcool pour ne pas froisser les derniers arrivant.
Houelbecq à bien décrit cela dans « Soumission »…

David

pascal boniface pourrait très bien travailler pour une agence israélienne ou maltaise, allez savoir, ne lui jetez donc pas la pierre. qui sait vraiment quel camp il défend ? en tous les cas il fait du bon boulot boni-face 007

Richard

Boniface…encore une marionnette du Collabo-show. Avec tout le respect pour les victimes du 13 Novembre, des connards comme Boniface nous montrent « l’effet boomerang » , ou revient en France, l’esprit sordide de la comptabilité des morts qui donne raison a qui aura le plus de mort. Raisonnement simple pour des cons simples d’esprit, forgés à vivre en « toute simplicité » sous la peur et la domination.

Sobol

C’est très triste de faire l’intéressant pour sembler posséder une IDENTITÉ !!!!

JUSTICIEN

Un soi-disant expert en géopolitique invité très souvent dans des débats télévisés (à faire vomir) crachant un venin discret, calmement comme tout antisémite déguisé, car ce petit monsieur est un grand antisémite de gauche avec des intérêts cachés qu’on découvrira peut-être un jour. Boniface est vraiment à mettre sur le même plan qu’un Soral et un Dieudonné des cracheurs de venin nuisibles. Un Doriot collabo du futur.

Mimi2441

Quel connard cet individu… Dommage qu’il n’ait pas fait parti des victimes de Bataclan…

Sarah

Monsieur Boniface récidive et ce n’est pas la première fois. Derrière ces parallèles fallacieux se cache un antisémitisme qui ne dit pas son nom. En tout cas les médias lui sont ouverts en particulier l’émission de Yves Calvi
dans laquelle il palabre tel un oracle.Faut-il pour autant lui ôter la parole ? Assurément non bien qu’il soit presque plus nocif qu’un Dieudonné ou un Soral car, avec eux on sait exactement où on en est …. là nulle hypocrisie, la haine dit son nom.

André

C’est comme ça aujourd’hui, tous ces « experts » comparent en permanence tout et n’importe quoi, font des parallèles douteux, des analogies stupides. C’est le signe d’une grande indigence intellectuelle, d’une médiocrité crasse.

attali

pourquoi pas inviter …UN SINGE DOUE….