A Tourtour, un petit village de 600 habitants, les opérations de dépouillement ont été interminables.A Tourtour, dans le Var, la nuit électorale a duré jusqu’à… 4 heures ce lundi matin. Dans ce petit village de 600 âmes, classé parmi les plus beaux de France, les opérations de dépouillement ont donc duré plus de neuf heures.

La cause?

Une application un peu trop stricte du code électoral, racontent les témoins de la scène.

La loi prévoit en effet que les noms sur les bulletins dépouillés soient lus à voix haute par l’un des scrutateurs chargés de surveiller le scrutin.

A Tourtour, sur ordre de la sous-préfecture, le scrutateur a lu les quinze noms inscrits sur chaque bulletin.

Le temps d’inscrire ces noms sur le tableau de dépouillement, l’opération a pris un peu plus d’une minute par vote dépouillé…

«Interminable», relate au Scan l’un des scrutateurs dépêché par l’équipe du maire sortant Pierre Jugy.

Dans les communes de moins de 1000 habitants, les élus au conseil municipal sont élus au scrutin majoritaire et plurinominal.

Les candidats se présentent sur une liste, mais les électeurs peuvent modifier les listes, les panacher, ajouter ou supprimer des candidats.

A Tourtour, où 15 élus doivent être désignés, deux listes se présentaient, soit 30 candidats.

Et lors du dépouillement, les scrutateurs ont été sommés de ne pas faire la différence entre les bulletins validant une liste préétablie et ceux qui mélengaient des noms des deux listes: il convenait de lire à voix haute tous les noms.

«On a contacté la préfecture, qui nous a demandé de procéder ainsi, quel que soit le type de bulletin. Alors qu’on aurait très bien pu mettre tous les bulletins non panachés d’un côté pour obtenir plus rapidement le nombre de voix correspondant et détailler uniquement à voix haute les noms des bulletins panachés», se plaint le scrutateur.

C’est finalement la méthode qui sera adoptée à 1h du matin.

«Le sous-préfet a appelé, inquiet de ne pas voir arriver les résultats. Ils nous a autorisés à changer de méthode», indique Nicolas Milosevic, l’adversaire du maire sortant.

«Vers 4 heures, la gendarmerie est arrivée pour récupérer les résultats et les rapatrier vers la sous-préfecture et la préfecture les attendaient pour fermer…», raconte encore un témoin.

Contactés par Le Scan, les services de la sous-préfecture de Draguignan n’étaient pas disponibles ce lundi en fin d’après-midi.

Quatorze des quinze élus municipaux ont finalement été élus dès le premier tour. Tourtour aura donc droit à un nouveau dépouillement dimanche prochain…

Jim Jarrassé/ Le Figaro.fr Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.