25 ans de “paix froide” jordano-israélienne (F. Eytan)

2
412

25 ans après la signature du traité de paix, l’avenir des relations jordano-israéliennes

Repères historiques

Les contacts secrets entre Israël et la Jordanie n’ont jamais été interrompus depuis les rencontres de Golda Meir avec le roi Abdallah 1er en novembre 1947 et en mai 1948. Après la guerre d’Indépendance et déjà en février 1950 un accord sur la fin de l’état de belligérance était à l’ordre du jour mais fut écarté après l’assassinat du roi jordanien en juillet 1951, lors de sa visite à la mosquée el-Aqsa de Jérusalem.

L’attentat fut fomenté par le Mufti Amin el Husseini, ancien allié d’Hitler. Le Mufti s’était opposé farouchement à l’annexion de la Cisjordanie par le roi jordanien en avril 1950.

Rappelons que la montée au pouvoir du colonel Nasser en Egypte ébranla les royaumes arabes par des coups d’Etat successifs.

La Jordanie échappa aux révoltes grâce à l’intervention de la Grande-Bretagne mais aussi en raison des liens informels mais très particuliers qu’Israël entretenait avec le roi Hussein. En septembre 1963, le roi hachémite promit, lors d’une rencontre secrète à Londres, de ne pas acheminer des troupes armées en Cisjordanie.

Cependant, la frontière entre les deux pays est longue de 238 kms et les groupes terroristes palestiniens ont lancé des opérations en traversant, sans trop de difficulté, le Jourdain et la région désertique de l’Arava.

Depuis la création de l’OLP en 1964, Arafat menaçait en permanence le Royaume hachémite et Hussein refusait de créer un Etat jordano-palestinien, malgré le fait que plus de 60% de sa population est palestinienne.

Suite à une vague meurtrière d’attentats, Tsahal lança le 13 novembre 1966 une opération militaire contre l’OLP à Samoa, en territoire jordanien. Ce raid causa une rupture des contacts et un rapprochement forcé de Hussein avec l’Egypte et la Syrie. Toutes les tentatives diplomatiques d’éviter la participation de Hussein à la guerre des Six-jours furent vouées à l’échec.

En 48 heures tout bascule et Hussein perd la Cisjordanie et Jérusalem Est. Sa défaite humiliante en juin 1967 l’amena à la conclusion qu’il est préférable d’avoir des relations mêmes informelles avec l’Etat juif plutôt qu’avec les Palestiniens d’Arafat.

Ainsi, en décembre 1967, il rencontre Abba Eban à Londres et lui demande d’avoir accès à la Méditerranée. En septembre 1968, Ygal Allon s’entretient avec le petit roi en présence du chef d’état-major Barlev, et en mars 1970, une autre rencontre a lieu avec Moshé Dayan. Une nouvelle page est tournée, c’est le début de la politique des ponts-ouverts.

Lors du fameux Septembre Noir de 1970, Arafat et ses troupes sont chassés vers le Liban et la Syrie sous le regard contrôlé et satisfait des Israéliens.

Avant la guerre de Kippour, le roi Hussein avait averti Israël des intentions de Sadate mais Golda Meir n’avait pas pris très au sérieux son cri d’alarme. Golda refusa également à la demande du roi un retrait partiel dans la région de Jéricho.

En matière de stratégie, Henry Kissinger partageait le jugement de Hussein sur l’avenir des relations avec Israël. Juste après la guerre de Kippour, le 19 janvier 1974, lors d’un entretien amical à Akaba, il dit franchement au roi : « Israël a le choix entre deux possibilités : traiter avec Arafat ou traiter avec votre Majesté. Si j’étais le Premier ministre israélien, eh bien, je me précipiterais pour négocier avec votre Majesté, parce que c’est la meilleure des garanties contre Arafat ».

Le 23 aout 1977, Moshé Dayan, chef de la diplomatie israélienne du gouvernement Begin, rencontre Hussein à Londres et tente en vain de signer un accord de paix. Une décennie plus tard, son successeur, Shimon Pérès, signe avec le roi hachémite le fameux « document de Londres », mais par précipitation avise le Premier ministre Shamir après coup.

Cet échec diplomatique met fin à tout rapport de Hussein avec la Cisjordanie. Ce divorce laisse de facto ce territoire aux mains des palestiniens d’Arafat.

En 1991, juste après la Première guerre du Golfe et la conférence historique de Madrid, des négociations bilatérales sont ouvertes en plein jour et elles aboutiront le 26 octobre 1994 à la signature d’un traité de paix et à la fin de l’état de belligérance entre les deux pays voisins. Après l’Egypte, la Jordanie devient le deuxième pays arabe à signer un traité de paix avec l’Etat juif.

Signature du traité de paix entre Israël et la Jordanie, le 26 octobre 1994 (photo GPO)

Le jour de la signature j’étais présent, témoin de la cérémonie. Dans le désert de l’Arava, non loin d’Eilat et Akaba, l’euphorie emportait les esprits. En présence des présidents Bill Clinton et Ezer Weizman, le roi Hussein, Rabin et Pérès, des centaines de ballons multicolores envahissaient le ciel bleu azur accompagnés de salves d’applaudissements.

Cette signature historique mettra fin de facto à 46 ans de guerre. La frontière internationale remplace les lignes d’armistice de 1949. Des relations diplomatiques entières sont établies avec l’ouverture d’ambassades. Une douzaine d’accords bilatéraux sont ratifiés dans les domaines économique, scientifique, agricole et culturel.

D’autres dispositions du traité concernent la répartition des ressources en eau, la liberté de passage pour les ressortissants des deux pays, des efforts pour alléger le problème des réfugiés et la coopération pour le développement de la vallée du Jourdain, notamment par des zones industrielles et agricoles, comme dans la région de Naharayim, l’île de la paix. Ces zones sont exploitées dans le cadre d’un bail de 25 ans… Israël souhaite son prolongement et des négociations sont actuellement en cours.

Rappelons qu’en 1997 a eu lieu à Naharayim un attentat contre sept adolescentes israéliennes qui effectuaient une promenade scolaire. Un soldat jordanien a tiré sur eux.

Le roi Hussein s’est personnellement rendu auprès des familles des jeunes filles pour présenter ses condoléances et ses excuses. Une décennie après, la mort de deux citoyens jordaniens par un agent de sécurité de l’ambassade d’Israël à Amman a provoqué une crise diplomatique.

En mars 1999, suite à la mort du roi Hussein, son fils Abdallah II lui succède et en avril 2000 il se rend en Israël. En juin 2003, le roi Abdallah II a accueilli un sommet à Akaba en présence du président américain, G.W. Bush, du Premier ministre, Ariel Sharon, et du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. En avril 2004, le roi Abdallah II a rendu visite à Ariel Sharon dans sa ferme des Sycomores.

Depuis le déclenchement de la Deuxième Intifada et la mort d’Arafat, les relations entre les deux pays ont été souvent tourmentées, souvent à cause des affrontements sur le mont du Temple, mais elles n’ont jamais abouti à un divorce en raison des liens stratégiques et militaires, et à la présence de Tsahal le long de la vallée du Jourdain.

Cette présence non seulement défend la sécurité de l’Etat juif contre les menaces du front Est et l’infiltration de terroristes, mais sauvegarde aussi le Royaume hachémite, fragilisé par les menaces et par les intentions hégémoniques de l’Iran.

Freddy Eytan

Le CAPE de Jérusalem

 

 

 

Le roi Abdallah II de Jordanie (photo page officielle du souverain hachémite)

L’analyse de l’Ambassadeur Dore Gold 

Ce mois-ci, nous célébrons le 25e anniversaire de la signature du traité de paix avec la Jordanie et la question est de savoir pourquoi ces relations ne sont-elles pas si chaleureuses ?

Au fil des années, les voisins arabes de la Jordanie ont cherché à étendre leurs territoires. Les forces syriennes ont notamment envahi la Jordanie en 1970, et Israël s’y était farouchement opposé. A l’époque, l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) espérait établir une présence à l’intérieur du royaume hachémite pour pouvoir l’utiliser comme tremplin pour attaquer Israël.

Le traité de paix signé entre la Jordanie et Israël a déclenché un débat sur la question de l’avenir de la Judée-Samarie et sur les futures négociations avec les Palestiniens. Les dirigeants de l’OLP ont préféré adopter la “lutte armée” et ont utilisé la terreur pour atteindre leurs objectifs.

Les Palestiniens représentent en effet actuellement près de 60% de la population jordanienne et près de 80% des habitants de la capitale, Amman. Leur influence sur les relations entre Israël et la Jordanie était et continue d’être extrêmement importante.

L’instabilité dans les pays arabes voisins de la Jordanie a également eu un impact direct sur le royaume. Au cours de la première guerre du Golfe, les Palestiniens qui avaient quitté le Koweït et l’Irak se sont installés en Jordanie. Depuis que l’Iran a interdit la navigation de navires irakiens dans le golfe Persique, l’Irak utilise le port d’Aqaba en Jordanie pour pouvoir accéder à l’océan Indien et à l’Extrême-Orient. Récemment, de nombreux réfugiés syriens se sont installés en Jordanie, un lourd et couteux fardeau pour le royaume hachémite.

Dans un proche avenir, la Jordanie pourrait faire face à une réelle menace iranienne. Les milices chiites opérant en Irak pourraient élargir leur opération sur le territoire jordanien. Des centaines de milliers de chiites irakiens vivent déjà en Jordanie, depuis la chute de Saddam Hussein.

L’Iran a utilisé des lieux saints chiites tel que la mosquée Sayyidah Zaynab près de Damas, pour justement étendre son hégémonie dans la région. Il existe des sites chiites similaires dans le sud de la Jordanie. Au cours de la dernière décennie, l’Iran a proposé à la Jordanie de lui offrir tous ses besoins en énergie, si elle acceptait de permettre aux pèlerins chiites de se rendre dans ces lieux. Le roi Abdallah II a sagement rejeté la proposition des Ayatollahs iraniens.

L’indépendance de la Jordanie et la stabilité du Royaume hachémite sont des intérêts vitaux, non seulement pour Israël mais aussi pour les États du Golfe Persique. Au Moyen-Orient, le consensus stratégique s’oppose farouchement à l’expansionnisme iranien. Ce consensus soutient l’indépendance politique de la Jordanie et le traité de paix avec Israël.

Dans l’intérêt commun et pour pouvoir assurer la stabilité du Moyen-Orient, les puissances occidentales devraient renforcer et soutenir le régime jordanien en l’aidant à s’opposer à l’Iran et à ses milices.

Cet Etat voyou ne cherche qu’à s’infiltrer par tous les moyens dans ce royaume, via l’Irak et par le biais de tout autre pays de la région.

Son but est de renverser le royaume hachémite et de le transformer en tremplin pour pouvoir attaquer de plus près l’Etat juif.

Dore Gold


Annexe

Le texte intégral en français du Traité de paix Israélo-jordanien.

2 COMMENTS

  1. Excellente analyse de Dore Gold .

    La paix est dans l’intérêt des deux pays .

    Tous les pays du Golfe devraient prendre exemple face à l’hégémonie criminelle de l’Iran .

    • Oui, et on dirait que ça craque de partout le long de l'”arc de la résistance” chiite:
      Grosses manifestations au Liban (en faillite suite au désengagement des monarchies du golfe),
      Grosses manifestations en Irak contre les milices chiites,
      La Jordanie qui ne veut pas des chiites chez elle,
      S’ajoutent à cela : les sunnites d’Arabie Saoudites, les monarchies du golfe, les sanctions américaines, Israël qui se tient prêt, et enfin le faible soutien (15%) de la population iranienne aux mollahs.
      Avec tous ces ennemis et tous ces problèmes, l’Iran va tenir encore longtemps?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.