11/09/1942: rafle des Juifs dans le Nord/ Pas-de-Calais

1
559

Le 11 septembre 1942, à 4 heures du matin, des centaines de Juifs étrangers de la région Nord/Pas-de-Calais, principalement dans les villes de Lens, Lille, Valenciennes, Douai et Denain sont arrêtés par les Felgendarmes, aidés de la police française.

Ces événements dramatiques se déroulent quelques semaines après la rafle du Vel d’Hiv (16 et 17 juillet 1942) ayant eu lieu à Paris et quelques jours après les premières rafles d’Anvers et de Bruxelles.

Cette rafle est le point culminant d’un long processus d’identification, d’exclusion, de spoliation mis en place dès 1940 par le Commandement militaire allemand de Bruxelles et par les autorités de Vichy.

En juin 1942, lorsque Himmler, chef de la SS, donne l’ordre à Eichmann de déporter les Juifs de l’Ouest vers le centre de mise à mort d’Auschwitz, les Juifs de Belgique et du Nord de la France sont déjà identifiés, enregistrés et fichés. Ils ont été progressivement privés de ressources et mis au ban de la société. Depuis le début du mois de juin 1942, ils sont obligés de porter l’étoile jaune.

Les arrestations dans le Nord de la France se déroulent toutes la matinée. Les Juifs interpellés dans le bassin minier et dans la région de Valenciennes sont convoyés jusqu’à la gare de Lille-Fives où les attendent ceux arrêtés dans la région lilloise.

Grâce à l’action courageuse et exceptionnelle de quelques cheminots, dont René Douce, plusieurs personnes, notamment des enfants, parviennent à s’échapper de la gare.

En fin d’après-midi, un train emmène plus de 500 Juifs à destination de la Kazerne Dossin de Malines, l’équivalent du camp de Drancy, pour le Nord de la France et pour la Belgique. Le 15 septembre 1942, le « Transport X » part à destination d’Auschwitz, emportant 1048 personnes (535 du Nord – Pas-de-Calais, 513 de Belgique). Le 17 septembre, les 2/3 sont immédiatement gazés à leur arrivée, les autres sont sélectionnés pour le travail.

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

En 1945, on dénombre 18 survivants : 2 femmes, 16 hommes.
Hommage à ces hommes, ces femmes et ces enfants victimes de la barbarie nazie.

1 COMMENT

  1. Bonjour je travaille sur ce sauvetage du 11 septembre 1942 à Lille-Fives. Je recherche toujours des familles de personnes sauvées par 23 cheminots de la SNCF. Si vous avez connaissance de personnes vivants à Lille pendant l’Occupation allemande, n’hésitez pas à me contacter par mail : gregory.celerse@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.