Alexandrie: 2 morts dans un attentat visant le chef de la Sécurité©

1
359
Alexandrie : l’attentat à la bombe tue deux personnes en Égypte, il visait le chef de la sécurité
Une bombe placée sous une voiture visait le chef de la police de la ville, le major général Mostafa al-Nemr, qui conduisait quand elle a explosé ; un policier, le chauffeur tué, quatre autres policiers blessés.

LE CAIRE – Une bombe placée sous une voiture a explosé samedi dans la deuxième ville égyptienne d’Alexandrie, tuant deux personnes dont un policier, a rapporté l’agence de presse MENA.

L’attentat à la bombe, qui a également blessé quatre policiers, visait le chef de la police d’Alexandrie, le major général Mustafa al-Nemr, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

Al-Nemr a survécu à l’explosion et on l’a vu sur une chaîne de télévision locale en bonne condition physique, alors qu’il inspectait la zone de l’explosion dans le voisinage d’un commissariat de police, dans le quartier central de Roshdi peu de temps après que l’explosion ait eu lieu.

Aucun groupe n’a immédiatement revendiqué la responsabilité de l’explosion. L’Etat islamique a publié une vidéo le mois dernier dans laquelle il a mis en garde les Egyptiens contre la participation au prochain vote et a exhorté les islamistes à attaquer les forces de sécurité et les dirigeants.

La MENA a cité Nemr, disant que deux personnes, un policier et un chauffeur, ont été tués dans l’explosion.

Les photos sur les médias sociaux que Reuters n’a pas pu vérifier de manière indépendante, montraient une voiture incendiée et de la fumée sur le site de l’explosion.

Scène de l'explosion

Scène de l’explosion

 

“Le samedi 24 mars, un engin explosif implanté sous une voiture a explosé … alors que le chef de la sécurité d’Alexandrie passait par là”, indique le communiqué du ministère de l’Intérieur.

Des témoins ont déclaré que la police et le personnel militaire avaient formé un périmètre autour du site de l’explosion, qui a eu lieu deux jours avant que le pays ne tienne ses élections présidentielles.

La MENA a déclaré que le procureur a ordonné une enquête sur l’incident.

 

Scène de l'explosion

Scène de l’explosion

 

L’État islamique a tenté d’assassiner les ministres égyptiens de la Défense et de l’Intérieur en décembre, lors d’un voyage qu’ils ont effectué dans la péninsule du Sinaï, où le groupe extrémiste djihadiste mène une insurrection islamiste et terroriste depuis près de cinq ans.

Le président Abdel Fattah al-Sisi a déclaré, vendredi, que les djihadistes de l’Etat islamique seraient bientôt vaincus dans le Sinaï alors qu’il rendait visite aux troupes combattant les djihadistes dans le Sinaï.

Les bureaux de vote ouvriront lundi, quand les électeurs devront choisir entre Sisi et un candidat peu connu, qui soutient l’ancien maréchal. Tous les opposants crédibles ont abandonné en janvier, invoquant l’intimidation menée par les autorités après l’incarcération du principal opposant.

Les critiques de Sisi disent qu’il a sévèrement réprimé la dissidence et que des réformes économiques difficiles et courageuses ont érodé sa popularité. Ses partisans disent que de telles mesures sont nécessaires pour stabiliser l’Egypte, qui a été secouée par des années de troubles, après les protestations qui ont renversé le leader Hosni Mubarak en 2011.

En tant que commandant militaire, Sisi a conduit à l’éviction du seul dirigeant égyptien élu dans le cadre d’une élection, le président Mohamed Morsi, membre des Frères musulmans, renversé lors de manifestations contre son régime en 2013, un an après sa prise de pouvoir. Sisi a pris ses fonctions après une victoire électorale écrasante un an plus tard.

L’agence de presse officielle égyptienne MENA accuse la Fraternité musulmane, qui est maintenant interdite en Egypte et désignée comme groupe terroriste, d’être responsable l’attentat de samedi, depuis la Turquie, son pays-refuge.

“Cette tentative intervient dans le contexte où des éléments terroristes des Frères Musulmans essayent de perturber le processus électoral et d’inciter les citoyens à ne pas aller aux urnes et à participer à l’élection présidentielle”, a déclaré l’agence.

L’État islamique et d’autres groupes islamistes ont réussi à assassiner des responsables ces dernières années. L’État islamique a bombardé un hôtel du Sinaï en 2015 lors d’une élection parlementaire, tuant sept personnes, dont deux juges supervisant le vote.

Hisham Barakat, le plus haut procureur du pays, a été tué par une voiture piégée en juin 2015.

Reuters | Publié: 24.03.18, 14:39

ynetnews.com

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.