Al-Tanf : l’Amérique et l’Iran vers le choc frontal©

3
194

 

L’Iran et ses alliés des milices chiites sont en train d’envoyer des renforts près de la zone de déconfliction du sud-est syrien  afin de faire pression sur l’armée des Etats-Unis pour qu’elle se retire de la garnison stratégique proche du passage frontalier d’al-Tanf, dans une configuration triangulaire entre l’Irak, la Syrie et la pointe nord de la Jordanie. Téhéran tout comme Damas perçoivent la présence des troupes américaines qui entraînent les forces rebelles à al Tanf , ainsi que dans le nord-est de la Syrie, comme une menace sérieuse.

L’Iran entrevoit aussi l’expulsion de l’armée américaine de ce carrefour frontalier stratégique entre la Syrie, l’Irak et la Jordanie, comme un prérequis, en vue de sécuriser une route d’approvisionnement logistique tenable vers la Syrie et le Liban, ainsi que pour établir un nouveau front de guerre contre Israël dans le sud de la Syrie. Cette nouvelle escalade risque de déboucher sur une confrontation terrestre directe et potentiellement bien plus dangereuse, entre les Etats-Unis et les forces soutenues par l’Iran en Syrie, dans un avenir proche.

Renforts près d’al-Tanf

Le 30 août, les organes de presse et médias iraniens ont publié les photos d’un groupe de djihadistes chiites de l’Harakat al-Nujaba lourdement armés, en cours de déploiement dans le sud-est syrien. “Puisque qu’il est révélé que l’Amérique soutient Daesh sur le plan logistique et matériel (?) par le triangle frontalier Irak-Syrie, Jordanie, le mouvement islamique Harakat al-Nujaba a renforcé le déploiement de ses combattants pour éliminer les membres de ce groupe terroriste Takfiri” , écrit l’Agence Tasnim Actualité, qui appartient au Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI).

Les photos montrent les forces de la milice dirigée par l’Iran, avançant dans le désert syrien vers al-Tanf et emmenant avec eux des tanks, des camionnettes ou pick-up, des RPG et d’autres types d’armes lourdes.

Selon les reportages, ces miliciens sont des renforts supplémentaires, alors que des masses de miliciens dépendant de l’Iran sont déjà stationnés près de la zone de désescalade, où les Etats-Unis et leurs alliés entraînent les rebelles de l’Armée Syrienne Libre. Le 27 août, un média iranien a publié les photos d’une procession funéraire de miliciens de Nujaba tués près de la région d’al-Tanf, avant d’être transportés en Irak pour y être enterrés. Des centaines d’Irakiens, dont des commandants importants des Forces de Mobilisation Populaire (FMP), ont participé aux cérémonies et ont chanté des slogans contre l’Etat Islamique et les Etats-Unis.

انتهای

Confrontation avec les U.S.A

Les commentaires dans les médias iraniens, en particulier ceux appartenant au CGRI, indiquent que Téhéran pense être en mesure de contraindre les Américains à quitter Al-Tanf, en envoyant de plus en plus de forces dans la région. Comme par le passé, le CGRI peut tester la détermination et l’endurance des Etats-Unis dans le Sud-Est en franchissant les lignes rouges américaines dans cette zone de déconfliction. Par le passé, les avions de guerre américains ont frappé les forces du régime syrien avançant en direction d’Al-Tanf en plusieurs occasions et le Pentagone a fait savoir clairement qu’il en ferait autant à l’avenir de façon à protéger ses forces et ses alliés.

Un article dans le quotidien conservateur Fararu intitulé :  “Y a t-il le potentiel pour une Confrontation entre l’Iran et l’Amérique à al-Tanf?” écrit que l’Armée syrienne et les milices soutenues par l’Iran sont déterminées à chasser les forces américaines de la région d’Al Tanf.

“Des progrès significatifs ont été réalisés pour y parvenir”, prétend t-il. Selon cet article,l’Iran et ses alliés se focalisent de plus en plus sur al-Tanf, en particulier après la décapitation de Mohsen Hojjaji, un officier des Gardiens de la Révolution capturé par des djihadistes de Daesh près d’al-Tanf, au début de ce mois. Des repsonsables de l’armée iranienne, dont le Commandant de la Force al Quds, Qassem Soleimani, ont juré de le venger.

L’article cite aussi des allégations du Kata’ib Sayyid al-Shuhada, une autre milice irakienne pro-iranienne, prétendant que les Etats-Unis et leurs alliés seraient responsables de la mort de 47 membres de forces pro-Assad, ce mois-ci. Les responsables américains et irakiens ont démenti ces allégations comme sans fondement.

L’article ajoute que la région d’Al-Tanf est importante stratégiquement pour l’Iran, puisqu’elle relie Bagdad à Damas et Beyrouth. Il dit que les Etats-Unis ont réussi à empêcher l’Iran d’accéder à cette région, mais il insiste sir le fait que les forces favorables au régime et soutenues par l’Iran “tente de maintenir cette voie de passage sous leur contrôle”.

L’article remarque un peu plus loin que les forces favorables au régime onyt déjà atteint la frontière irakienne au nord d’Al-Tanf, le 9 juin, coupant ainsi la route aux rebelles soutenus par les Américains en les empêchant de se déplacer vers le nord et de faire la jonction avec les combattants Kurdes pro-Américains à Deir Ez Zor. Il souligne que les “Américains sont très mécontents de cela, “parce que cette route permet l’approvisionnement en armes du régime syrien à travers l’Irak.

Beaucoup d’analystes iraniens font écho à des points de vue similaires. Hassan Hani-Zadeh, un expert Iranien des affaires au Moyen-Orient, a déclaré à l’Agence d’actualité Tasnim que les Etats-Unis cherchent à “rétablir les terroristes” à Al-Tanf de façon à renverser la tendance des dernières conquêtes de Damas et Téhéran. “Etant donnée la défaite des groupes terroristes à Mossoul et dans de nombreuses régions de Syrie, comme à Palmyre, Hama, Deir Ezzor et Homs, les Américains ont réalisé que leur projet conjoint de 6 ans avec la Grande-Bretagne, la France, l’Arabie Saoudite et la Turquie, visant à altérer l’échiquier politique et militaire en Syrie a échoué…

Par conséquent, les hommes armés de l’Amérique sont positionnés dans le triangle d’Al-Tanf des frontières partagées entre la Syrie, l’Irak et la Jordanie, pour tirer parti de la situation et regrouper les autres groupes terroristes”, prétend t-il.

Des doutes concernant la Russie

En dépit d’une étroite collaboration entre la Russie et l’Iran en Syrie, nombreux sont ceux en Iran qui demeurent suspicieux à l’égard de Moscou et supposent l’existence d’un marchandage secret entre la Maison Blanche et le Kremlin qui aurait pour but de saper les intérêts iraniens en Syrie et dans la région plus large. “Jusqu’à présent,la Russie a agi comme médiateur pour éviter la confrontation entre les Etats-Unis et les forces soutenues par l’Iran en Syrie.

Cependant, comme l’indiquent les derniers incidents et les affrontements sporadiques, on dit que la Russie a failli à sa mission dans ce rôle et a même pris parti pour l’Amérique sur certaines questions”, avertit l’article de Fararu. “Cette vision s’est encore renforcée à la suite d’un accord entre Poutine et Trump lors du sommet de Hambourg”, ajoute t-il.

La signification des enjeux autour d’Al-Tanf

Du point de vue de Téhéran, l’expulsion des troupes américaines d’Al-Tanf ne ferait pas que supprimer une menace sur le long terme contre le régime de Bachar el Assad, mais cela contribuerait aussi à consolider les plans stratégiques de l’Iran en Syrie et dans toute la région du Levant. “Libérer Al-Tanf et nettoyer toutes les zones encore entre les mains de Daesh ouvrira l’accès à l’Iran vers les rives de la Méditerranée et les frontières nord des “territoires occupés [par les Sionistes]”, écrit Alwaght News.

“I l est évident que Washington, en plus de consolider son contrôle sur Al-Tanf, cherche aussi à s’emparer de la région d’Abu Kamal. Il vise le contrôle de deux passages frontaliers stratégiques entre la Syrie et l’Irak, après la défaitre de l’Etat Islamique. Il apparaît clairement que savoir qui engagera le premier le combat contre Daesh à Abu Kamal est un indicateur déterminant pour la suite”, ajoute t-il.

Si les Etats-Unis maintenaient leur contrôle sur ces deux passages frontaliers stratégiques, selon cet article, ils seraient en mesure d’obturer les voies d’accès de communications terrestres et de les interdire aux forces soutenues par l’Iran entre l’Irak et la Syrie. “Une route terrestre vers Damas, non seulement renforcerait la sécurité de l'”Axe de la résistance” -le terrorisme anti-israélien – mais elle peut aussi augmenter la puissance et la marge de manœuvre de l’axe sur le terrain et sa capacité de marchandage politique vis-à-vis de l’adversité”.

Certains organes de presse iraniens suggèrent que les Etats-Unis bloquent l’accès iranien à la région d’Al-Tanf dans le but d’assurer la sécurité d’Israël. “Washington cherche à créer un vide territorial le long de la frontière irako-syrienne, dans le but d’empêcher la liaison géographique entre ces deux pays et l’axe cde la résistance de façon à garantir la sécurité d’Israël”, écrit Javan Online, un autre site porte-parole des Gardiens de la Révolution Islamique.

“Le but des Américains était d’avancer simultanément d’Al-Tanf vers le nord et depuis Raqqa vers le sud de façon à s’emparer de Deir Ez Zor et de diviser l’Iraket la Syrie. Mais cet objectif des Etats-Unis a été vaincu par la sagesse et le courage de la résistance”, ajoute cet article.

La menace directement adressée à Israël

La présence croissante du groupe Nujaba dans le sud de la Syrie va encore plus alerter Israël. Ce groupe a déclaré qu’après la défaite de l’Etat Islamique, son prochain combat se déroulera aux côtés du Hezbollah libanais contre Israël, à partir de bases en Syrie. En mars, le mouvement Nujaba a annoncé qu’il avait fondé une nouvelle brigade avec pour objectif de s’emparer des Hauteurs du Golan – en prétendant que les “dernières victoires” contre l’Etat Islamique et les rebelles syriens en Irak et en Syrie avaient permis au groupe et à ses alliés de se focaliser enfin contre Israël.

Les dirigeants de ce groupe affichent que les membres de cette nouvelle brigade sont hautement qualifiés, très bien équipés et capables de combattre l’Etat Juif. “Israël est plus faible qu’une toile d’araignée. La résistance islamique est capable de se confronter à l’axe du mal et d’anéantir le régime sioniste d’occupation”, a déclaré Akram al-Kaabi, le chef de ce groupe au réseau d’information arabophone al-Mayadeen, basé au Liban.

Akram al-Kaabi à la droite de son maître, Qassem Soleimani

Le Harakat al-Nujaba – également connu sous le titre de Harakat Hezbollah al-Nujaba – est un groupe sectaire prédominent en Irak, qui opère sous les ordres directs du commandant des Forces Al Quds du CGRI, le Général Qassem Soleimani. Il combat en Syrie depuis 2013. Kaabi a prêté allégeance au Guide Suprême d’Iran, Ali Khamenei.

Le CGRI utilise ce groupe Nujaba non seulement pour combattre l’Etat Islamique, mais aussi comme moyen de pression contre le gouvernement de Bagdad, les pays régionaux et les Etats-Unis, demain, contre Israël. Kaabi a déclaré qu’il pourra déployé encore plus de forces en Syrie après avoir chassé l’Etat Islamique de Mossoul.

Par Ahmad Majidyar | Chercheur principal et directeur de projet IranObserved Project – pour le Middle East Institute Aug 30, 2017

mei.edu

Adaptation : Marc Brzustowski

3 COMMENTS

  1. L’Iran (Perse) inventeur du Jeu d’échecs, peut-il avoir suggéré à son complice, la Corée du Nord, d'”occuper” l’esprit des Etats-Unis (Trump) avec ses tirs de missiles nucléaires ? de façon à avoir les mains libres pour faire avancer ses combattants iraniens vers la frontière israélienne, voire pénétrer en Israël ? (avec ou sans la complicité de la Russie ?)

    • C’est sûrement en partie vrai, simplement,intrinsèquement,les Etats-Unis disposent de suffisamment de puissance intrinsèque (nombre de porte-avions inégalé, par exemple, etc) et d’alliés dans les deux régions pour mener une guerre sur deux ou de multiples fronts, comme historiquement, l’ont démontré les campagnes de Normandie à Berlin et simultanément, dans le Pacifique contre le Japon, quitte à leur foutre deux bombes atomiques sur le nez. Autre temps autres moeurs.

  2. VEUILLEZ, S’IL VOUS PLAÎT, PROCÉDER A LA FERMETURE DU COMPTE ( DÉSABONNEMENT) POUR CAUSE DE DÉCÈS…!!!!

    MERCI PAR AVANCE…

    DE LA PART DE LA VEUVE.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here