Voix sépharades : L’expulsion brutale des Juifs des pays arabes

Sephardi Voices • Figure 1 Publishing

Un nouveau livre donne la parole à des centaines de milliers de Juifs séfarades qui vivaient autrefois en harmonie avec leurs voisins arabes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, mais qui ont tout laissé derrière eux après que l’établissement d’Israël a provoqué une explosion de l’antisémitisme

Sur les terres d’Arabie, où vivaient autrefois les Juifs, un explorateur tenace peut – ici et là – retrouver les vestiges d’un peuple emporté par le temps et les tensions politiques.

Ici à Sanaa se trouvent les ruines d’une synagogue, là au Caire se trouvent les tombes fissurées d’un cimetière juif, témoignant des communautés dynamiques qui existaient autrefois en bonne harmonie avec leurs amis et voisins musulmans.

Non seulement cette belle couverture rigide brillante comprend une galerie de portraits époustouflants, ce qui en fait un cadeau parfait et un livre de table basse, mais le moment de sa publication est essentiel. Henry Green et Richard Stursburg ont capturé les voix et les visages de la génération encore vivante de Juifs qui ont vécu de première main – enfants et adultes – le grand déracinement de leur pays d’origine en Afrique et au Moyen-Orient au XXe siècle. Ce n’est pas un livre qui s’attarde sur les histoires lointaines des Juifs morts, mais qui met au premier plan les histoires en cours des Juifs séfarades et mizrahi qui ont tant perdu, lutté et pourtant ont reconstruit des vies riches et pleines de sens dans leur nouvelle patrie, principalement Israël, la France, le Canada et les États-Unis.

Henri VertHenri  Green (Photo: Courtoisie )

Tout a changé en 1948 avec la création de l’État d’Israël, considéré par ses voisins arabes comme un intrus dans le monde musulman, un « usurpateur malvenu » qui n’avait que 3000 ans d’histoire et d’attaches dans ces régions du monde! . Ces nations arabes et leurs habitants considéraient désormais leurs communautés juives autrefois respectées avec antipathie, les blâmant pour la création d’Israël et les accusant de loyauté envers l’État juif naissant sur leur patrie.

L’animosité s’est transformée en persécution au niveau national et personnel – ne laissant aux Juifs du monde arabe d’autre choix que de fuir. Certains sont allés en Israël, certains ont trouvé le sanctuaire qu’ils cherchaient en Europe ou en Amérique du Nord ; presque tous laissèrent presque tout derrière eux, pour être cueillis au détriment de ceux qui les avaient si longtemps accueillis mais leur avaient ensuite cruellement tourné le dos.
Et pourtant, alors que les réfugiés palestiniens étaient embrassés par le monde, un mur international de silence entourait le sort des Juifs chassés des nations qu’ils avaient appelées chez eux pendant des siècles. Ce silence s’est érodé ces dernières années, mais leurs histoires sont restées méconnues, peu partagées et peu intéressantes pour le monde.
Lentement, cela change. Un nouveau livre intitulé « Sefardi Voices: The Untold Expulsion of Jews from Arab Lands », par Henry Green et Richard Stursberg, cherche à mettre ces histoires encore plus en évidence, racontant les événements de ce récent chapitre de l’histoire du Moyen-Orient et des Juifs à travers le yeux de ceux qui l’ont vécu.
Green reconnaît l’étrangeté d’un juif ashkénaze canadien (lui-même) et d’un catholique (Stursberg) écrivant l’histoire des juifs séfarades, mais dit que c’est l’ignorance de leur sort qui l’a motivé.

« L’histoire des Juifs séfarades s’est terminée pour moi en 1492 », admet Green, faisant référence à l’expulsion des Juifs d’Espagne après des siècles de persécution.
Mais arrivé en Israël dans les années 1970, Green a été attiré par un mouvement de défense des droits sociaux appelé les Black Panthers, pensant qu’il s’agissait du même mouvement qu’aux États-Unis, dont ses membres avaient en fait tiré leur nom.
« J’ai été présenté à cette autre population incroyable qui compose Israël [à propos] dont je n’avais aucune idée », a-t-il déclaré à The Media Line.
« C’était tellement étrange pour moi. Ils m’ont fait découvrir une culture différente, une cuisine et une musique différentes. J’avais l’impression d’être tenu à l’écart d’un secret qui était très beau », dit-il.
Green est devenu la première personne à écrire en anglais sur les programmes que le Premier ministre de l’époque, Golda Meir, mettait en œuvre pour aider à intégrer les Juifs séfarades dans la société israélienne.
En tant que directeur des études juives à l’Université de Miami, Green a approfondi le sujet – développant et élargissant ses recherches, aboutissant au projet Sephardi Voices qui unit l’histoire d’environ un million de Juifs qui résidaient autrefois entre l’océan Atlantique et le Tigre, mais dont la présence a failli disparaître en une seule génération.

« J’ai réalisé que les histoires de toutes ces personnes déplacées n’étaient jamais entendues et qu’elles avaient besoin d’une voix », a déclaré Green.
Green ne blâme pas le manque de sensibilisation du public à cet autre chapitre tragique de l’histoire juive contemporaine, mais cherche seulement à comprendre et à expliquer comment cela s’est produit.
« Israël dans la première génération essayait juste de survivre, il n’y avait pas de ressources », dit-il. « L’Amérique n’a pas fourni d’aide militaire jusqu’en 1968 ; ils ne fournissaient pas d’aide économique. Israël dépendait de la diaspora pour survivre.
« Ils avaient besoin d’immigrants, mais quand ils les ont amenés, ils n’avaient pas de ressources. Ils ne parlaient pas l’hébreu ; ils parlaient l’arabe, le ladino ou d’autres langues, tandis que les Juifs venus de l’Holocauste [Europe] parlaient allemand.
De plus, dit-il, « les Européens avaient plus d’éducation ». Ils possédaient les compétences nécessaires à la consolidation et à l’expansion de l’État nouveau-né et assiégé. Et entouré d’ennemis comme il était, ce qui a commencé comme un opportunisme pour une nation désespérée est devenu ce que Green appelle la « discrimination institutionnelle ». Dans le nouvel État d’Israël, les Juifs ashkénazes constituaient l’élite et leurs frères séfarades étaient considérés comme appartenant à une classe inférieure.

« Les gens qui pourraient aider à construire le pays iraient dans les zones urbaines, et ceux qui ne comprenaient pas ce qui se passait, iraient dans les zones plus rurales parce qu’Israël avait besoin de le développer », explique Green.
Pour aggraver les choses, dit-il, il y avait l’appréhension envers ceux qui ressemblaient et parlaient comme les ennemis d’Israël qui s’étaient juré de sa destruction.
«Les gens qui sont venus du monde européen, ils avaient l’air blancs. Mais ceux qui venaient du monde arabe, ils avaient l’air sémitiques et ils parlaient arabe », a-t-il déclaré à The Media Line. « D’un problème de sécurité, vous ne saviez pas qui était qui, et cela a créé une autre sorte de peur. »

Immigrants juifs d'Irak à l'aéroport de Lod près de Tel Aviv, 1951Immigrants juifs d’Irak à l’aéroport de Lod près de Tel Aviv, 1951( Photo : Bureau de presse du gouvernement israélien )

Green souligne que si les histoires des Juifs du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord sont similaires dans leur forme et leur forme, les expériences individuelles étaient distinctes. Les Juifs de toute la région se sont retrouvés persécutés à des degrés divers, dans des styles variés et avec des délais variables.
« Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ne sont pas monolithiques », dit-il. « Généralement, leurs droits leur sont retirés au fil du temps de différentes manières. »
Il cite l’exemple de l’Irak, qui s’est joint à l’Égypte, à la Syrie, au Liban et à la Jordanie pour déclarer la guerre à Israël au lendemain de sa naissance en 1948, dans ce que les Juifs du monde entier appellent la guerre d’indépendance.
« L’Irak a pris la position que les Juifs étaient préjudiciables au pays, alors ils les ont dénationalisés, ont pris leurs biens, ils ont tué divers Juifs et ont rendu leur vie insupportable », dit Green.
« Le gouvernement israélien a également mené des opérations secrètes pour augmenter la peur des Juifs là-bas parce qu’ils avaient besoin d’olim [immigrants en Israël]. Cette combinaison a conduit les 150 000 Irakiens à partir entre 1950 et 1951. »
Green fait référence aux attentats à la bombe qui visaient les Juifs de Bagdad au cours de ces années. Certains ont attribué ces attaques à Israël comme une incitation pour les Juifs à émigrer dans le pays, bien que Jérusalem ait toujours nié toute implication. Les bombardements ont directement précédé une opération israélienne visant à transporter par avion les Juifs d’Irak. Connue sous le nom d’Opération Ezra et Néhémie, l’action a vu environ 130 000 Juifs irakiens emmenés en Israël via l’Iran et Chypre.
Aussi récent dans l’histoire que soit ce chapitre, beaucoup de ceux qui ont fui sont encore en vie et peuvent se rappeler de façon vivante leur vie avant leur déplacement.
L’une de ces personnes qui apparaît dans le livre de Green et Stursberg est le philanthrope britannique David Dangoor. Né en 1948, il a vécu avec sa famille à Bagdad jusqu’à ce que son père, Sir Naim Dangoor, les emmène au Royaume-Uni en 1959. Sa famille peut retracer sa vénérable lignée irakienne depuis des siècles, mais cela ne les a pas sauvés de l’oppression qui a suivi la création de l’État d’Israël.
« Papa avait des dossiers concernant au moins huit générations, remontant à Nissim Dangoor né vers 1700 », a déclaré David Dangoor à The Media Line. Son père, un homme d’affaires renommé dans son pays natal et le deuxième homme le plus âgé à avoir jamais été fait chevalier au Royaume-Uni, était le petit-fils du grand rabbin de Bagdad Hakham Ezra Reuben Dangoor et le fils d’Eliahou Dangoor, qui était à une époque le premier imprimeur de livres en langue arabe.
« Papa nous a fait sortir en 1959 mais a essayé de continuer ses affaires jusqu’à ce qu’il trouve cela impossible en 1963, quand il a perdu sa nationalité et toutes ses entreprises et actifs » au profit du gouvernement irakien, dit David.
Dangoor, qui vit aujourd’hui à Londres, dit qu’il n’a aucune animosité envers le peuple irakien, reconnaissant sa propre histoire troublée et ses souffrances.
« Je ressens de la bonne volonté envers le peuple irakien et une aspiration à ce qu’il trouve la paix et la stabilité, et reconnaisse ses anciens citoyens juifs en reconnaissant Israël, où la grande majorité d’entre eux vit maintenant », dit-il.
Selon Dangoor, « de nombreux Irakiens – en particulier les plus éduqués et les plus occidentaux – expriment régulièrement des sentiments très nostalgiques à l’égard des Juifs qu’ils estiment avoir été perdus pour l’Irak ».
En fait, il dit qu’une vidéo sur YouTube sur sa famille et l’ensemble de la communauté juive devant quitter l’Irak « a été visionnée près de 20 000 fois avec de nombreux commentaires chaleureux et positifs en arabe de la part d’Irakiens ».
L’un des commentaires sur la version arabe de la vidéo, posté par quelqu’un se faisant appeler le Dr Salam Hussein Ewaid, se lit même comme suit : « Salutations, mon amour et mon respect, vous êtes un Irakien authentique et loyal ».
Les droits du film de 69 minutes, intitulé « Remembering Bagdad », ont maintenant été acquis par Netflix pour une période de cinq ans en Europe.
Pour David, des aspects de la culture irakienne persistent encore dans sa vie, et ces qualités qu’il a transmises aux jeunes générations : « L’importance de la famille, de la communauté et de la tradition ».
En Égypte aussi, les Juifs ont ressenti le coup de la haine nationale envers Israël dès la création de l’État, voyant leurs droits spoliés. Pourtant, aussi mauvais que cela ait été, dit Henry Green, les choses ont considérablement empiré lorsque Gamal Nasser a pris la présidence en 1956, quatre ans après avoir joué un rôle décisif dans le renversement du dernier roi, Faruk I.

« Tout a changé », a déclaré Green à The Media Line.
David Shama est né au Caire en 1945 et a grandi à Alexandrie, où il dit que sa famille faisait partie de l’élite et était très occidentalisée. Mais encore une fois, ce statut élevé n’a pas sauvé les Shamas de la persécution – et c’est quelque chose qui pique encore aujourd’hui.
« Je n’ai pas un grand amour pour l’Égypte ou les Égyptiens », dit-il.
« Nous faisions partie de l’environnement égyptien et mon père était un homme d’affaires prospère », a déclaré Shama à The Media Line. « Il connaissait beaucoup de gens et beaucoup de gens le connaissaient, mais quand il a été arrêté et accusé d’être un espion pour Israël et l’Angleterre, personne ne lui est venu en aide ; personne. [Pas les] personnes à qui il a aidé, prêté de l’argent quand ils en avaient besoin et donné de l’argent quand ils en avaient besoin. C’était brutal d’être complètement trahi comme ça.

David ChamaDavid Chama( Photo: Courtoisie )

Shama décrit le traitement qu’ils ont reçu au cours de ces années dans les termes les plus sévères.
« En quittant le pays, nous nous sommes sentis très trahis », dit-il. « Nous avons été violées sur tout ce que nous possédions. Mon père a été emprisonné en tant qu’espion britannique et israélien, il a été torturé pendant que ma mère, ma sœur et moi étions captives dans notre maison à Alexandrie en résidence surveillée. C’était une situation émotionnelle très brutale.
David Shama vit maintenant au Canada, où après avoir pris sa retraite de l’entreprise de vêtements pour enfants, il a créé une entreprise de garde de chiens, mais son dégoût pour l’Égypte et le peuple égyptien persiste toujours.
« Je crois que c’était une situation où les masses ont sauté à bord » en ciblant les Juifs, dit-il. « Ils n’avaient vraiment aucune raison de faire ce qu’ils ont fait. Je veux dire, écoutez, il y a des gens qui s’attirent des ennuis ici et là, mais peindre tout le peuple juif avec le même pinceau est une erreur.
Lorsque la guerre des Six jours de 1967 a commencé avec l’invasion d’Israël par l’Égypte avec la Jordanie et la Syrie, elle n’a fait que rappeler les souvenirs terrifiants de son enfance.
« J’avais vu ce que mon père avait traversé, j’avais vu, jeune garçon, ce que j’avais enduré dans la rue », dit-il. « À de nombreuses reprises, en marchant dans la rue, en allant quelque part avec ma nounou ou quoi que ce soit, ils vidaient ces [conteneurs] d’urine sur nous, ce qui était absolument dégoûtant. »
Même l’accord de paix entre Israël et l’Égypte en 1979, qui tient toujours à ce jour, n’a pas atténué l’animosité de Shama : « Je ne pense pas que la paix ait été faite parce que les Égyptiens voulaient la paix… c’était plus, ils n’avaient vraiment pas d’alternative. ”
Selon Shama, la méconnaissance de l’histoire des Juifs du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord a de nombreux coupables.
«Beaucoup de gens ne le savent pas parce qu’il n’y a franchement eu aucune publicité à ce sujet», dit-il. « C’était une situation où les Juifs étaient parqués comme des animaux, et fondamentalement personne ne s’en souciait, et les Juifs gardaient le silence. »
Il dit que contrairement à l’attention accordée à l’Holocauste, « nous n’avons pas obtenu le soutien des médias dont nous aurions eu besoin pour faire sortir cette chose afin que le monde sache ce qui se passait ».
Le fait qu’on en parle de plus en plus aujourd’hui est une bonne chose, estime-t-il, car il est « très important que la jeune génération comprenne ce qui s’est passé ». C’est particulièrement le cas, dit Shama, étant donné la diffamation actuelle d’Israël.
« Tous ces jeunes qui sont continuellement dans les universités et mettent sur liste noire l’État d’Israël en tant qu’État d’apartheid, c’est simplement parce qu’ils n’ont aucune éducation, et qu’ils ne veulent pas non plus avoir une éducation sur le sujet. »
Green attribue une certaine indifférence au sort des Juifs de la région à l’état tumultueux de la planète au lendemain immédiat de la Seconde Guerre mondiale.
« L’ONU a reconnu qu’il y avait deux populations de réfugiés », dit-il, mais la géopolitique a inévitablement joué son rôle.
« Quand Israël a été fondé, il y avait environ 70 à 80 nations. Onze [d’entre eux] étaient des nations arabes et avec la guerre froide qui se poursuivait, on avait le sentiment qu’il fallait s’occuper de la population arabe déplacée », dit-il.
« En termes de monde, ce qui s’est passé, c’est que l’attention n’était pas sur Israël entre 1948 et 1967. L’Europe avait été dévastée pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce n’était sur le radar de personne.
Contrairement à Dangoor et Shama, Edy Cohen Halala, né à Beyrouth, n’a quitté son pays natal qu’en 1990 à l’âge de 17 ans, des décennies après la création de l’État où il vit désormais. Mais comme eux, sa famille pouvait retracer ses racines depuis des générations et son départ a été déclenché par l’antisémitisme.
« Nous étions dans ce qui est le Liban depuis au moins 120 ans », a déclaré Halala à The Media Line. « Nous parlions arabe à la maison. J’ai été élevé dans un pays arabe, je suis allé dans une école arabe, j’ai parlé arabe avec mes amis et mes voisins.

Edy CohenHalalaEdy CohenHalala( Photo: Courtoisie )

Halala a grandi dans un pays ravagé par un conflit meurtrier sanglant.
« La guerre civile libanaise a commencé de ’75 à ’91. Donc presque toutes mes années au Liban, j’ai vu le pays se détruire avec une guerre civile », dit-il. « Je n’ai pas vu le Liban d’avant la guerre civile, je n’ai pas vécu au Liban à l’époque où on l’appelait la Suisse du Moyen-Orient. »
Même ainsi, la famille est restée jusqu’à la montée de la milice chiite soutenue par l’Iran, le Hezbollah, aujourd’hui l’une des entités politiques les plus puissantes du Liban, qui a jeté son dévolu sur son propre père.
« La communauté juive avait souffert d’antisémitisme et en 1985, le Hezbollah a commencé à kidnapper des Juifs, dont mon père. Ils ont tué 11 Juifs libanais [dont son père], et c’est à ce moment-là que nous avons senti qu’il fallait partir. Vous ne pouvez pas rester dans un pays où vous êtes persécuté », a-t-il déclaré à The Media Line.
Même ainsi, les souvenirs de son enfance demeurent, teintés du regret que visiter la nation de sa naissance soit hors de portée en raison de son conflit persistant avec Israël.
« Vous ne pouvez pas oublier le pays dans lequel vous êtes né et dans lequel vous avez vécu pendant près de 18 ans », déclare Halala. « J’ai encore des souvenirs, des amis, ma langue maternelle, donc comme vous ne pouvez jamais oublier votre mère, vous ne pouvez pas non plus oublier votre langue maternelle. Malheureusement, il y a une guerre entre le Liban et Israël et je ne peux pas y aller.
Il dit que sans le Hezbollah, le Liban serait un endroit très différent.
« Le problème libanais ne se résoudra qu’avec la démilitarisation complète de cette organisation terroriste », affirme-t-il. « Le Liban serait toujours dangereux pour les Juifs. »
Halala résume succinctement l’histoire des Juifs de la région après la création de l’État d’Israël :
« Le million de Juifs vivant dans les terres arabes ont disparu », dit-il. « C’est du nettoyage ethnique. Être juif dans un pays musulman était impossible au XXe siècle.
Il n’hésite cependant pas à être décrit comme un Juif arabe, contrairement à certains qui sont nés – et ont été forcés de fuir – les pays arabes.
« Nous ne sommes pas musulmans, mais nous sommes juifs d’origine arabe », dit Halala. « Il y a des gens qui n’aiment pas ce terme, mais je me sens à l’aise avec ça parce que c’est la vérité, de mon point de vue. »

La chorale juive du rabbin Moshe Cohen à la synagogue Samuel Menashe à Alexandrie, en Égypte ; date inconnueLa chorale juive du rabbin Moshe Cohen à la synagogue Samuel Menashe à Alexandrie, en Égypte ; date inconnue( Photo: Collection de photos publiques de l’Association Nebi Daniel )

Green dit que les expériences des Juifs des terres arabes ont commencé à refaire surface au cours des deux dernières décennies alors que les gens sont devenus plus désireux de célébrer d’où eux et leurs familles venaient.
« Au cours des 20 dernières années, les choses ont changé en termes de politique identitaire ; maintenant, vous obtenez la force d’apporter votre identité », dit-il. « Cela s’est accompagné d’une reconnaissance du fait que ces cultures sont très nourrissantes et doivent être soutenues. »
C’est plus le cas en Israël que dans la diaspora, dit-il, qui est toujours dominée par sa « majorité ashkénaze ».
« Les Séfarades [Juifs] représentaient 15 % d’Israël en 1948 ; aujourd’hui, ils représentent entre 55 et 60 % du pays, de sorte que la démographie a changé. Aujourd’hui, la cuisine et la musique sépharades font partie de la culture israélienne. En Israël, il ne s’agit plus d’un creuset, mais plutôt d’une identité multiculturelle.
Là où près d’un million de Juifs vivaient et prospéraient autrefois dans la région, aujourd’hui – selon les estimations les plus optimistes – il n’y en a plus que 23 000. Selon Green et Stursberg, le montant total des actifs laissés pour compte, y compris les entreprises, les maisons, les fermes et les comptes bancaires, vaut aujourd’hui plus de 100 milliards de dollars, soit à peu près la taille des économies du Yémen, de l’Irak et de la Tunisie réunies. Aucun des États d’où les Juifs ont été chassés n’a fourni de réparations.
Avec son livre, dit Green, il essaie de permettre aux autres de subir la même illumination qu’il a connue en Israël dans les années 1970, lorsqu’il est tombé sur un mouvement de juifs séfarades luttant pour leurs droits.
« Le livre essaie de dire : ‘réveillez-vous !’ Il y a une autre histoire ici, et cette histoire concerne la victimisation, mais aussi une histoire de résilience. L’histoire de personnes qui font de nouvelles vies en Israël et dans la diaspora.

L’histoire a été écrite par Sara Miller et Debbie Mohnblatt et réimprimée avec la permission de The Media Line

Ynet

1 COMMENTAIRE

  1. Même situation au Maroc où 360000 juifs vivaient et ont été des marocains loyaux
    Mais persécutés avec la naissance d’israel ils ont été obligés de fuir sachant que pour avoir un passeport il fallait payer à la famille royale
    Plusieurs embarcations ont chaviré entre tanger et la pointe espagnole et des centaines de juifs marocains se sont noyés
    Il ne reste plus. que 2000 juifs ayant en majorité près de 70 ans mEn Algérie le juifs étaient français depuis 1870 par le décret Gambetta Cremieux
    Persécutés par les chrétiens durant vichy ils formaient une grande élite de cette Algérie française mais les hauts postes de fonctionnaires ou les postes dans les universités leur étaient fermés même après 1945 avec l’accord des représentants responsables venus de métropole
    C’est à partir de 1958 que certains postes scientifiques leur ont été proposés exception de certaines familles comme le Sénateur, le Pr Aboulker qui a donné plusieurs professeurs célèbres de médecine et de résistants ou les richissimes Douieb
    L’élite partait en métropole pour préparer les. concours d’entrée des grandes écoles
    En fait comme dans tout le Maghreb les chrétiens contrôlaient tout , avaient toutes les terres, les médias , tous les postes de hauts fonctionnaires, de professeurs d’université, de gouverneurs……Ils étaient les maîtres tout au moins une grande partie venue de métropole ou un partie moindre d’Espagne ou d’Italie
    Pour les juifs et pour mémoire citons entre autres les brillants frères Attali et tant d’autres comme les frères Tenoudji dont le prix Nobel de physique et d’autres professeurs d’université à paris, devenus recteurs d’Academie comme le Professeur Elkaim…. tandis que pour le Maroc on trouve le prix Nobel de physique Haroche
    Les français juifs d’Algérie aimaient leur pays la France mais ont toujours été fidèles à l’Etat d’Israël en allant travailler la terre chez de riches juifs comme les Douieb et l’argent était donné au KKL et en voulant partir en Israël
    Il faut dire que l’Agence juive en Algérie a été nulle et n’a fait aucun effort pour trouver les solutions et encourager l’immigration vers Israël : mystère qui a valu aux français juifs d’Algérie d’avoir trahi ce qui est une fausse accusation quand on pourrait raconter le comportement de k’Agence juive incompétente
    90% de ces 150000 français juifs d’Algérie sont partis en 1962 pour leur pays la France
    alors qu’ils étaient venus s’installer dans ces futures terres d’Algérie 2000 ans plus tôt rejoint en 1492 par les juifs dEspagne non convertis puis par les Marranes redevenus enfin juifs(Pères, Molina, Lopes , Migueres, Toledano, Fiorentino, Bonan….Penso.)
    Il pourrait rester 500 juifs qui vivent clandestinement comme les marranes
    Enfin les 100000 tunisiens qui avaient lutté pour l’indépendance de leur pays comme les juifs marocains ont été aussi persécutés et des sommités médicales comme les Professeurs Bismuth, Tubiana et autres sont partis en France
    Il ne reste que 1000 juifs dont 700 à Djerbac
    Aucune aide de l’ONU pour ces réfugiés qui ont tout laissé
    Aucun article de cette épuration ethnique digne des nazis n’a donné lieu à un article dans les médias du monde entier
    SILENCE
    Je conseille à Israël de demander des comptes à l’ONU qui secoure depuis 78 ans les arabes partis de leur plein gré soit une dépense de150 milliards de dollards par la faute d’un anglais Galloway fondateur de l’unwra, la pire erreur de l’ONU qui en est à
    la3 ieme génération par voie héréditaire
    Du jamais vu alors que des millions de personnes sont déplacées lors des guerres et jamais secourus
    Il serait justice d’indemniser tous les expulsés des pays arabes chrétien du Maghreb compris
    Il n’est pas trop tard

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.