Les pompiers essaient de contenir les incendies.

Selon les dernières conclusions des enquêteurs, les incendies dans les montagnes de Judée sont d’origine criminelle.

La police affirme qu’au moins deux points chauds ont été localisés dans des zones où les randonneurs n’arrivent généralement pas. L’enquête révèle, entre autres, qu’il existe deux ou trois points chauds dans la zone du moshav Beit Meir où l’incendie s’est déclaré.

L’immense incendie, qui s’est déclaré en début de semaine dans les montagnes de Judée et qui a conduit à l’évacuation de 10 localités comptant des milliers d’habitants,  a causé des dégâts plus graves que celui de la catastrophe du Carmel. Les pompiers et les équipes de secours ont pris le contrôle de l’incendie seulement 52 heures après le début des flammes. Environ 25.000 dounams ont été brûlés. Le service d’incendie et de secours a également signalé que 1.500 pompiers ont participé à l’opération, qui ont déversé un total de 190.000 litres de produits extincteurs de flamme et 516.000 litres de mousse.

Les équipes de secours sont à pieds d’œuvre sans relâche.

Ces derniers jours, les avions canadair ont effectué plus de 500 sorties opérationnelles pour stopper et contenir le front de feu. Des centaines de volontaires et de pompiers ont été déployés dans la région pour éteindre les incendies dans divers secteurs, en mettant l’accent sur Givat Ye’arim, Nahal Kislon et le mont Eitan, où des incendies importants se développent. La fenêtre horaire critique pour les pompiers se situe entre 13h00 et 17h00, lorsque le vent souffle fort.

Au cours des deux derniers jours, des centaines d’habitants de 10 localités différentes ont été évacués. Les localités évacuées sont : Tzova, Givat Ya’arim, Shoeva, Ramat Raziel, Eitanim, Beit Meir, Shoresh, Ein Rafa, Ein Kerem et Ein Nakuba, ainsi que l’école et l’hôpital psychiatrique Eitanim. Tous les habitants sont rentrés chez eux, à l’exception des habitants d’Eitanim et de certains habitants de Ramat Raziel et Givat Ye’arim.

L’incendie s’est propagé très rapidement compte-tenu du vent dans la région, du temps sec et le type d’arbres plantés sur le site il y a quelques décennies. «Les montagnes de Judée sont couvertes de forêt méditerranéenne la plus dense de l’État d’Israël et elle est sèche. Le climat y est relativement sec et cela contraste avec la forêt du nord qui est plus humide. «Des centaines de milliers de tonnes de végétation ont brulé», explique Dr Malihi, écologiste à l’Autorité de la nature et des parcs. »Les pins sont beaucoup plus inflammables en raison de leur composition chimique, ils sont également très secs et hauts. Les forêts que le FNJ a plantées au début de l’Etat ne conviennent pas à l’endroit. Avec leur contribution aux loisirs, dans le climat méditerranéen, les pins sont la chose la plus inadaptée aux montagnes de Judée. Ces forêts sont une bombe à retardement quand il s’agit d’incendies ».

Caméléon calciné dans l’incendie.

Selon le Dr Yariv Malihi, la topographie des montagnes de Judée contribue également à la propagation des incendies dans la région: «L’oued est très étroit et profond et en cas d’incendie à une extrémité, il saute à l’autre extrémité. Cela contraste avec les incendies sur les hauteurs du Golan, qui est un endroit sans beaucoup d’arbres, ici il y a une charge organique élevée sur un terrain montagneux».

Le Dr Malihi explique que chaque incendie dans les montagnes de Judée met la vie en danger: «Il existe des conditions idéales pour une tempête de feu. Le feu n’a pas vraiment besoin de s’allumer pour passer, il a juste besoin de générer de la chaleur près des arbres secs et ils peuvent s’enflammer. Ou quand il y a une pomme de pin qui peut exploser et voler à 70 mètres dans une explosion ou des branches qui volent à des centaines de mètres, le feu se propagera facilement».

Un troupeau de chevreuils (de la famille des cervidés, mammifères ruminants qui comprenne notamment les cerfs, les rennes, les élans et les daims). Ils n’ont plus de refuges dans les forêts dévastées.

Des milliers d’animaux de centaines d’espèces différentes ont péri dans l’incendie et 25.000 dounams ont été dévasté par les flammes, pire que la catastrophe du Carmel en décembre 2010. On estime qu’environ 6.000 dounams des zones de la réserve naturelle ont été dévastés. Ce sont des zones écologiquement précieuses qui constituent des refuges pour des centaines d’espèces différentes d’animaux.

Au cours des derniers jours, les inspecteurs de l’Autorité de la nature et des parcs ont concentré leurs efforts, principalement dans le secteur de la réserve Mount Pilots et Ein Pilots, à éteindre les centres de combustion et à assister et diriger les forces de lutte contre les incendies du secteur. Les inspecteurs ont également travaillé sur la réhabilitation physique des chemins et des axes qui ont été bloqués en raison d’arbres effondrés et d’autres dangers.

« Je reviens maintenant d’une patrouille d’observation sur les zones de lutte contre les incendies – et les vues sont difficiles », a déclaré Tafser Yissim Toito, commandant du district de Jérusalem. Tout ce qui est perdu, c’est un véritable désastre ».

JForum ‒ N12-mako.il.news

2 Commentaires

  1. Accumulations humaines et risque accumulés d’idiots imprudents et pyromanes.
    Partout. En Israël, les « éleveurs de chèvres » ont besoin de Bush… pas de forêts!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.