Voit-on, dans ces yeux-là, une lueur de bonheur à servir de chair à canon pour l’Iran?
Nouvelle ligne rouge : Tsahal concentre ses efforts de dissuasion sur les citoyens libanais
Analyse : La mise en garde du porte-parole de Tsahal contre tout enracinement de l’Iran au Liban, dans un éditorial publié sur des sites internet libanais et du monde arabe, constitue la première fois où l’armée israélienne fait un appel direct et officiel aux citoyens libanais. Qu’est-ce qui a provoqué cette prise de parole exceptionnelle parce qu’aussi inhabituelle, à un tel moment, de la part du Général de Brigade Ronen Manelis?

L’éditorial du Général de Brigade Ronen Manelis, Porte-Parole de Tsahal, publié dimanche matin sur des sites internet libanais et du monde arabe, est une nouveauté réalisée à dessein et qui pourrait avoir une portée déterminante dans la prévention de conflit. Je n’ai pas souvenir qu’un acte de cette nature ait eu lieu au cours des 50 dernières années.

En fait, c’est la première fois que Tsahal passe un appel direct et officiel à tous les citoyens du Liban, en les exhortant à revenir à la raison et à empêcher l’Iran de transformer le Liban et ses citoyens en otages, alors que des décisions fatales pour leurs vies et leur bien-être sont prises à Téhéran, selon les seuls intérêts du régime des Ayatollahs.

« Ces violations ne nous menacent pas », écrit Manelis. « Tout au contraire, la différence entre une violation qui finit sa course dans le contenu d’une plainte à l’ONU et une autre violation qui débouchera sûrement sur une dégradation de la situation sécuritaire dépendra, d’abord et avant tout, d’une décision israélienne ». Ces paroles interviennent comme une sorte de ligne rouge, posée par Israël, alors que la voix de Tsahal avertit directement le Liban d’une attaque israélienne.

 

Iranian flag at a Hezbollah procession (Photo: EPA)

Le drapeau iranien, lors d’un défilé du Hezbollah (Photo: EPA)

 

Manelis paraît faire appel aux citoyens libanais par-dessus l’épaule de leur premier miiste et de leur président, qui sont trop contrôlés parle Hezbollah, d’une manière non-conventionnelle, destinée à leur faire comprendre clairement qu’ils risquent de subir un désastre, s’ils ne parviennent pas à revenir à la raison et à repousser la mise sous tutelle iranienne complète du régime libanais, ainsi que l’enracinement physique de l’Iran au Liban.

Il souligne le fait que l’Iran méprise foncièrement la souveraineté du Liban et transforme progressivement le pays en branche extérieure des Gardiens de la révolution, alors que les milices chiites irakiennes opèrent au service de l’Iran et de l’industrie militaire iranienne.

Alors que les habitants du Liban ne paraissent pas particulièrement inquiets du désastre que les Iraniens et leurs émissaires sont susceptibles d’infliger à leur pays, en cas de conflit avec Israël, le porte-parole de Tsahal informe ses lecteurs arabes de la force croissante, ces dernières années, de l’armée israélienne, pour les amener à tirer leurs propres conclusions sur ce qui pourrait leur arriver. Il rappelle au Liban que leur situation aujourd’hui est relativement bonne, si on la compare à ce qui pourrait survenir si jamais une guerre éclate.

L’objectif principal de cet éditorial est d’exhorter l’opposition sunnite et chrétienne à passer à l’action, après que le Hezbollah soit parvenu à soumettre, même le premier ministre Saad Hariri, à la suite de la tentative saoudienne avortée pour faire en sorte qu’Hariri limite l’emprise du Hezbollah sur le gouvernement libanais et son système politique.

 

Hezbollah Secretary-General Nasrallah and Iranian Foreign Minister Zarif (Photo: Reuters)

Le secrétaire-général du Hezbollah Nasrallah aet le ministre des affaires étrangères Zarif (Photo: Reuters)

 

Entre les lignes, le contenu de l’éditorial du porte-parole de Tsahal indique un sens particulier de l’urgence qui n’était pas présente dans de précédents messages provenant de sources militaires et diplomatiques dirigées vers les oreilles des Libanais.

Le chef d’Etat-Major, le Lieutenant-Général Gadi Eisenkot a transmis, il y a des années, une mise en garde au Liban, quand il avait formulé ce qu’on a ensuite appelé  “la Doctrine Dahiya” dans une interview accordée au Yedioth Ahronoth.

L’essence même de cette doctrine est que, la prochaine fois qu’un conflit à grande échelle éclate avec le Hezbollah, Israël agirait d’une manière destructrice et « disproportionnée et que les conséquences seraient identiques au bombardement apor els forces aériennes qui ont rasé le quartier de Dahiya – qui a servi de quartier général du Hezbollah – au cours de la seconde guerre du Liban.

Mais ce message, comme d’autres transmissions aussi bien publiques que secrètes qu’Israël a envoyé au Liban, ces dernières années, n’étaient pas aussi  détaillées et n’étaient pas aussi directement adressées pour concerner le citoyen libanais ordinaire.

IDF Spokesperson Brigadier-General Ronen Manelis (Photo: Motti Kimchi)

Le porte-parole de Tsahal, le Brigadier-Général Ronen Manelis (Photo: Motti Kimchi)

 

Qu’est-ce qui a poussé le porte-parole de Tsahal à se lancer dans une initiaitve aussi inhabituelle précisément en ce moment? Une possibilité serait que Tsahal a détecté une capacité d’écoute et une volonté d’entendre, au moins partiellement, la teneur des messages israéliens dans l’arène de la société civile libanaise et qu’il fallait tenter de saisir cette opportunité d’une manière créative.

Une autre possibilité est que l’activité positive et l’impact notable du site internet du Coordinateur du Gouvernement pour les Activités dans les Territoires (COGAT), par lequel le Général-Major Yoav Mordechaï parle directement aux Palestiniens de Gaza et de la rive ouest du Jourdain, a mené l’armée à la conclusion qu’un appel direct aux citoyens libanais – aussi bien Chiites que non-chiites – par l’entremise d’internet et des réseaux sociaux pourrait également s’avérer concluant.

Une troisième possibilité serait que les renseignements israéliens aient détecté une évolution négative très significative, au Liban, augmentant la menace contre Israël et l’éventualité d’une escalade avec le Hezbollah. Il pourrait y avoir eu la nécessité d’un geste qui puisse attirer l’attention des citoyens libanais, des citoyens d’Israël, des puissances mondiales, des régimes arabes dans la région et de l’opinion publique internationale, de la possibilité d’une escalade imminente et de ses conséquences.

Il y a des indicateurs supplémentaires qu’Israël a pris récemment des mesures d’alerte et de dissuasion, bien que cette fois, cela puisse être destiné à servir d’arrière-plan médiatique à la  rencontrece lundi, entre le premier ministre Binyamin Netanyahu et le Président russe Vladimir Poutine sur l’Iran. La Russie a de bonnes raisons et intérêt à éviter une escalade en Syrie et au Liban en ce moment. Un escalade sur le théâtre des opérations du nord pourrait affecter directement les capacités de Moscou à faire perdurer les réalisations que la Russie a enregistré ces dernières années en Syrie et au Moyen-Orient en général, au cours de ces trois dernières années. 

Ron Ben-Yishai|Publié le :  01.29.18 , 14:10

ynetnews.com

Adaptation : Marc Brzustowski

7 Commentaires

  1. Parler gentiment aux gens pour les persuader c’est bien, mais leur parler gentiment en pointant un revolver sur leur tempe c’est mieux et ils comprennent beaucoup plus vite. – Al Capone

  2. Mais le pays appelé LIBAN n’existe plus depuis qu’un groupe terroriste occupe son territoire.
    L’armée libanaise n’existe plus.
    On devrait l’appeler NazeBoland.

  3. Alain Poueyto ,la trouille de quoi,israel est le plus fort,en moins de deux heures,il n’y a plus de liban,ni de hezbolah,quand a ce minable de nasralah,qu’il reste caché dans son trou à rat

  4. Je ne comprends pas la politique israelienne. En parlant du hezbollah, on donne trop d’importance à ces minables. Il absolument parler du Liban et qui que ce soit qui attaque à partir du Liban, c’est ce pays dans son ensemble qui en subira les conséquences. Si le hezbollah attaque, c’est le Liban qui attaque, un point c’est tout.

  5. Intelligent et si seulement la France d abord et l Europe ensuite
    alertaient les Libanais de savoir qui sont leurs amis , ceux qui peuvent leur apporter le bien être et non l obscurantisme du Hezbollah via les mollahs iraniens.

  6. Evidemment qu’en cas de conflit avec le Hezbollah, Macron et Mogherini se précipiteront pour convoquer le Conseil de Sécurité et appelleront Israel à la retenue, que les pro-arabes défileront à Paris, que la rue arabe s’enflammera etc….. Les casques bleus quant à eux quitteront la région et laisseront les belligérants régler leurs affaires entre eux.
    Hélas, je doute que les pauvres libanais non chiites – qui ne cherchent qu’à vivre en paix et à faire du business – puissent affronter l’Iran et ses supplétifs du Hezbollah, avec un président Aoun collabo et un premier ministre Hariri sans aucun pouvoir.
    Encore un échec de la politique arabe de la France.

  7. Une chose est sur , si ya conflit avec le hezbollah cette foi ci y aura pa de cessez le feux ,les américains ne diront pa a israel de la retenue , ce conflit durera que quelques jours , mais le liban et surtout le hezbollah sera anéantis c est une evidence , j espere que les vrais libanais vont bougez contre ses terroristes du hezbollah et le satan de liran ;

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.