Protesters, mask-clad due to the COVID-19 coronavirus pandemic, gather for a demonstration against the Israeli government near the Prime Minister's residence in Jerusalem on August 1, 2020. (Photo by MENAHEM KAHANA / AFP)

Prenez les protestations en proportion – analyse

Lorsque les deux reportages (2005, 2011 ou aujourd’hui) sont juxtaposés, ils mettent les choses en proportion pour quiconque y prête vraiment attention.

Des centaines de manifestants se rassemblent à Tel Aviv pour protester contre la brutalité policière et contre Amir Ohana, le 28 juillet (Crédit photo: AVSHALOM SASSONI / MAARIV)
Des centaines de manifestants se rassemblent à Tel Aviv pour protester contre les “brutalités policières” et Amir Ohana, 28 juillet. (crédit photo: AVSHALOM SASSONI / MAARIV)
Les manifestations devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem et les réponses qui y ont été apportées ont envahi une partie démesurée des médias israéliens, ces dernières semaines.

À certains égards, c’est compréhensible: c’est une histoire épicée et passionnante. Les gens descendent dans la rue et demandent des changements. C’est certainement plus excitant que de parler de davantage de personnes infectées par la COVID-19 et que ce médecin ou ce ministre se disputent pour savoir comment le gérer.

Dans le même temps, Israël célèbre 15 ans depuis que le gouvernement a expulsé des milliers de citoyens de leurs foyers légaux à Gaza – violence du déracinement blanchie parle terme neutre «de désengagement» – tandis que les manifestations et la brutalité policière remplissent les nouvelles de 20 heures et éclaboussent les premières pages des journaux israéliens.

Lorsque les deux reportages sont juxtaposés, ils mettent les choses en proportion pour quiconque y prête vraiment attention. Et quiconque se souvient de la vague massive de protestations en 2011 sait qu’elle éclipse encore nettement la dernière.

La semaine dernière, le journaliste de droite Itamar Fleischman a mis au jour une information de novembre 2005 : un protocole du Comité de la loi, de la Constitution et de la justice de la Knesset, dans lequel l’ancien procureur Shai Nitzan, alors chargé des forces de l’ordre dans le «désengagement», déclarait que 6 000 manifestants ont été arrêtés parce qu’ils s’opposaient à l’expulsion de Gaza, dont 1 000 mineurs.

Certains des manifestants adolescents de l’époque ont été laissés en prison pendant des jours avant d’être autorisés à contacter leurs parents.

La procureure publique en chef de l’époque, Inbal Rubinstein (ci-dessus), a déclaré à la Knesset que dans de nombreux cas, il n’y avait aucune preuve de violence. Elle a cité un juge de la Cour suprême qui a déclaré: «un soupçon de soupçon de crime suffit… une présence suspecte sur le lieu de l’événement [de violence] suffit» pour arrêter pendant une semaine des jeunes de 13 ans opposés à l’expulsion.

En une journée de mai 2005, 292 personnes ont été arrêtées pour avoir bloqué des routes et 56 autres ont été emmenées pour interrogatoire, 175 des personnes arrêtées ont été gardées pendant la nuit, dont 75 mineurs.

Interrogé samedi soir sur le nombre de manifestants arrêtés devant la résidence du Premier ministre ces dernières semaines, le porte-parole de la police israélienne, Mickey Rosenfeld, a déclaré: « Plus de 70 manifestants ont été arrêtés dans le quartier de la résidence du Premier ministre lors des récents troubles qui ont eu lieu lors des manifestations. “

Au lieu de gros titres déplorant l’application de la loi, les gros titres avant le désengagement, presque partout, avaient condamné les manifestants. Les médias étaient alors beaucoup plus homogènes et il n’y avait pas de réseaux sociaux. Au lieu de cela, les voix des chaînes 1, 2, 10 les ont massivement soutenues.

Sara Haetzni-Cohen, chef du mouvement My Israel, a cité certaines de ces voix dans sa chronique sur Makor Rishon ce week-end. «Nous avons besoin d’une deuxième Altalena», a déclaré l’ancien chef du Shin Bet Ami Ayalon, faisant référence au moment où la Hagana a tiré sur des compatriotes juifs, sur un navire de l’Irgoun.

Ce scandale à cause des canons à eau que nous avons vu ces dernières semaines?

Il n’y avait rien de tout cela. L’éditorial de Haetzni-Cohen a été publié avec une capture d’écran de Nisso Shaham, alors sous-commandant de la police, disant à Channel 10: «Laissez-les brûler (leur énergie). Ne réfléchissez pas à deux fois. Utilisez le canon à eau. ” La citation complète de l’article continue: «Arrestations, arrestations, arrestations, ne réfléchissez pas à deux fois. Faites beaucoup d’arrestations. Y compris l’utilisation de la force, des méthodes. Pas des méthodes de contrôle des foules. Des matraques. »

Un optimiste peut penser que nous sommes devenus plus prudents au cours des 15 dernières années. Que la police est désormais moins violente en règle générale. Mais il suffit de regarder les récentes manifestations majeures des Israéliens éthiopiens contre le racisme ou les haredim, pour une myriade de raisons, pour savoir que ce n’est pas le cas.

Amona 2005
Et bien que ce ne soit pas venu de la police, c’est un ancien officier supérieur de l’armée, le député du Meretz Yair Golan a clairement indiqué qu’au moins certaines des personnes impliquées à cette époque n’avaient pas de regrets à cause de la répression. Golan a commandé le démantèlement incroyablement violent de l’avant-poste d’Amona au début de 2006. Il a déclaré sur 103FM en juin: «Je suis fier qu’Aryeh Eldad [alors député] ait été (lourdement) passé à tabac. Il l’a probablement mérité. Il a clarifié ses propos lors d’une réunion de la faction du Meretz peu de temps après: «Des milliers de personnes ont choisi d’enfreindre la loi et se sont montrées violentes contre les forces de sécurité … La police n’était pas violente. Ils ont utilisé la force.

Si nous comparons déjà les manifestations et la réponse des autorités, il convient de souligner que six ans après le désengagement, il y a eu un énorme mouvement de protestation qui ressemble beaucoup plus à ce qui se passe actuellement.

Les mois de manifestations en 2011 ont commencé avec le «Camp des Tentes», des gens qui protestaient qu’ils étaient des «pigeons» servant dans l’armée et les réserves, contrairement à la grande majorité des haredim. Puis, un homme haredi a décidé de boycotter Tnouva parce qu’ils avaient fait monter les prix du fromage cottage trop haut. Ensuite, de jeunes habitants de Tel Aviv ont dressé des tentes sur le centre herbeux du boulevard Rothschild pour protester contre le montant du loyer. Ils ont été rejoints par les parents dans une «protestation de poussettes» contre le coût élevé de la garde d’enfants.

Ces différents groupes avaient tous des objectifs quelque peu différents, mais ils se sont tous réunis pour protester contre le gouvernement dirigé par Netanyahu dans ce qui est devenu plus tard «les manifestations sociales». Les manifestations d’aujourd’hui présentent également une liste disparate d’organisations – anti-corruption, environnementales, représentant diverses branches de l’économie durement touchées par le coronavirus.

Les manifestations sociales ont conquis le cœur des Israéliens à travers le pays, où de petites manifestations ont éclaté et des gens ont dressé des tentes dans des parcs de Kiryat Shmona à Eilat. Et bien qu’ils aient été clairement dirigés par des gens de gauche, ils ont réussi à attirer des personnalités majeures de la droite – comme le directeur général du Conseil Yesha de l’époque, Naftali Bennett, qui a transporté des manifestants de Judée et de Samarie.

Ils ont même organisé une «marche d’un million d’hommes», estimée en réalité à un quart de million, à Tel Aviv une nuit – plus que toutes les dernières manifestations de plusieurs ordres de grandeur.

Leur message, que tout dans ce pays coûte trop cher, s’adressait à presque tout le monde. Et cela a amené un comité disposé à siéger avec Netanyahu et à apporter des changements. Certains diront peut-être que les changements ne sont pas suffisants, mais à tout le moins, les jeunes enfants bénéficient d’une éducation gratuite à partir de trois ans, ce qui n’est pas du tout insignifiant. Et le fromage cottage dans mon réfrigérateur dit qu’il coûte 5,5 NIS, et non 8 NIS comme en 2011.

Cela nous amène à ce qui est tragique dans les manifestations de Balfour, selon le nom que l’on donne à la dernière vague de manifestations, du nom de la rue de la résidence du Premier ministre.

Certains des organisateurs de 2011 sont des participants éminents aux dernières manifestations, mais ils ne semblent pas se souvenir de ce qui en faisait un phénomène véritablement national à l’époque.

Beaucoup de gens peuvent comprendre les difficultés économiques que certains de ces manifestants déplorent. Mais se tourner vers le message ouvertement politique contre Netanyahu – qui est perçu comme étant contre toute la droite – est aliénant pour la moitié de la population. Et au-delà de l’aliénation, l’idée que le comportement de la police est brutal contre certaines personnes, mais totalement acceptable contre d’autres, a mis en colère de nombreux membres éminents de la droite qui se souviennent bien de 2005.

3 Commentaires

  1. Ils montrent leurs vrais visages haineux de fascistes! De quel droit veulent ils changer le résultat des élections et la légitimité de Netanyaou ?

  2. Israël semble à son tour frappé par les folies diverses et variées qui sévissent aux Etats-Unis et donne l’impression qu’il a du mal à reprendre en mains cette situation inadmissible.
    Manifester contre les drames vécus par tous ceux qui ont reçu les retombées du corona en pleine figure est une chose, en profiter pour demander/exiger le départ de Bibi qui a été élu il y a quelques mois, en le traitant de “Crime Minister” ou de voleur, crapule et autres, jusque devant sa demeure, est inacceptable et contraire à la prétendue “démocratie” défendue par les émeutiers violents dont le cerveau a disjoncté.
    Comme si cela ne suffisait pas, certaines enseignes étaient interdites d’ouverture pendant le weekend, qu’à cela ne tienne, leurs propriétaires ont décidé d’ouvrir quand même.
    Installer un climat d’anarchie généralisée et de violences interminables en Israël en pleine pandémie, au moment où le nombre de cas de contaminés grimpe chaque jour de façon inquiétante, est plus qu’irresponsable.
    Le vrai piège consiste à répondre de façon “proportionnée” à tous ces excités qui pensent que les violences de rue peuvent faire tomber un premier ministre et son gouvernement.
    Il faut se montrer ferme et sans concessions envers ces fouteurs de merde qui profitent de la liberté qui leur est accordée pour en priver d’autres qui n’en profitent pas autant qu’eux. Stop ! Il faut siffler la fin de la récréation avant que les choses n’aillent très mal.
    Par pure haine de TRUMP, des élus “Démocrates” demandent le définancement de la police à qui ils interdisent d’intervenir contre des émeutiers qui cassent, brûlent et détruisent chaque jour, des bâtiments, des commissariats de police, des commerces et même des synagogues.
    Bien entendu, ces élus irresponsables demandent à TRUMP qu’il retire la garde qu’il a déployée pour faire régner l’ordre dans certains Etats devenus complètement cinglés….

  3. Frustrée de ne pas être au pouvoir (minoritaire), la gauche essaie de récupérer les bavures passées afin de donner l’illusion de représenter la majorité, alors qu’ils ont tenté (en vain) de passer au pouvoir même avec les voies Arabes de leur côté !
    En réalité ce sont surtout eux qui ont insisté pour donner les villages du Goush Katif, eux encore qui ont tout fait pour rendre le plateau du Golan, eux qui ont donné des armes Israéliennes aux Palestiniens…
    Et maintenant ils se la jouent les révolutionnaires en récupérant leurs propres gaffes sur le compte de Netanyahu.
    Même le Bagatz laisse faire car ils sont des intellectuels de gauche qui veulent régner comme une monarchie/dictature du genre “raisonnables” même s’ils sont absolument minoritaires.
    S’ils étaient au pouvoir ils ne plaideraient certainement pas contre le racisme anti Harédims ou contre l’exil forcé de Goush Katif car ils sont en générale contre les Mitnahalim (surnommés “colons”).
    La gauche ne craint nullement l’assimilation ni la dilution culturelle des Juifs, ni la déconnexion avec le Judaïsme sous prétexte de la nécessité de l’évolution et de l’imitation malsaine des cultures étrangères.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.