Le dilemme de la réaction à l’attaque iranienne : les préparatifs en Israël – et la pression internationale

Israël se prépare à une réponse à l’attaque iranienne – mais est confronté à un dilemme. Les décideurs: Israël répondra, mais n’a pas décidé quand et où. L’establishment de la sécurité discute : comment attaquer les actifs iraniens sans dégénérer en un conflit généralisé sortir de la guerre. La pression internationale sur Israël : « Il faut éviter l’escalade – Allez-vous attaquer ?

 

Préparation d’Israël pour une réponse à l’attaque iranienne: Les décideurs ont décidé qu’Israël répondrait à l’attaque iranienne, mais hier soir (mardi), nous avons rapporté dans « l’édition principale » que le moment et la cible n’ont pas encore été décidés. Israël est confronté à un piège : il est nécessaire de réagir et il est nécessaire de maintenir la coalition régionale – mais comment réagir sans dégénérer en guerre, et comment gérer la pression internationale ?

Le dilemme de la réponse

Israël doit réagir : la question est de savoir comment et quand.
L’establishment sécuritaire discute : comment attaquer les actifs iraniens sans dégénérer en une guerre totale ?

Les considérations prises en compte dans la question de savoir comment répondre

Il est nécessaire de préserver la coalition régionale et la coordination avec les États-Unis, et Israël a besoin d’une réponse qui ne nuise pas à cette coalition.
En Israël, ils comprennent : l’Iran pourrait riposter, auquel cas une aide supplémentaire des alliés serait nécessaire.
Si l’Iran réagit, la situation pourrait dégénérer en une escalade et un échange de coups.
L’Iran ne fait pas partie des objectifs de la guerre : d’autres objectifs ont été définis dans la guerre, comme le retour des personnes enlevées et le retrait du Hamas de la bande de Gaza.

La pression internationale sur Israël

En raison de la crainte d’une action israélienne qui entraînerait une douche régionale, le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne s’est réuni d’urgence.
La réunion du conseil – à un moment où un train aérien de ministres des Affaires étrangères se dirige vers Israël et à un moment où les États-Unis tentent de lancer une attaque diplomatique contre l’Iran.
Le Premier ministre britannique Rishi Sonak s’est entretenu avec le Premier ministre Netanyahu et a déclaré : Une véritable escalade n’est dans l’intérêt de personne et augmentera l’instabilité au Moyen-Orient.
Environ 10 minutes avant la réunion du Conseil, le ministre italien des Affaires étrangères Taiani a appelé son ministre des Affaires étrangères Israel Katz et lui a demandé quelles étaient les priorités d’Israël concernant l’attaque iranienne – et ce qu’Israël allait faire.

La conversation entre les ministres des Affaires étrangères de l’Italie et d’Israël

Le ministre italien des Affaires étrangères à Katz : « Une escalade doit être évitée, votre situation, aux yeux de l’opinion publique, est bien meilleure maintenant qu’elle ne l’était avant l’attaque. »
Le ministre italien des Affaires étrangères : « Allez-vous attaquer ? »
Katz, ministre des Affaires étrangères : « Nous trouverons la formule pour répondre. Nous ne voulons pas d’escalade, mais nous ne pouvons pas laisser la situation telle qu’elle est. »

L'entretien entre le ministre italien des Affaires étrangères et le ministre israélien des Affaires étrangèresL’entretien entre le ministre italien des Affaires étrangères et le ministre israélien des Affaires étrangères

Le ministre Katz a transmis un message aux ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne : déclarer les Gardiens de la révolution organisation terroriste et imposer des sanctions contre le projet de missile iranien.
Facteur politique : l’Union européenne reconnaît l’opportunité de surfer sur la vague actuelle, par exemple en imposant des sanctions à l’Iran également au bénéfice de l’Ukraine.

Depuis que les États-Unis et l’Europe ont compris qu’Israël avait l’intention de réagir, les commentateurs et les experts militaires tentent de comprendre quel type de réponse ils choisiraient, alors que chaque réponse pourrait avoir d’autres conséquences, l’Iran menaçant de « réagir fortement » ou d’« utiliser une arme que nous n’avons jamais utilisé » contre une quelconque attaque israélienne. Hier, Tsahal a présenté plusieurs options pour une attaque contre l’Iran lors de la réunion du cabinet.

Une réponse mesurée et limitée , selon les commentateurs militaires américains, peut être une cyber-attaque sans « attaque cinétique » de tirs de missiles ou une attaque de l’armée de l’air. Une attaque d’intensité moyenne peut être une cyber-attaque combinée avec une attaque de missile limitée. sur une petite base militaire ou un complexe militaire. Une attaque majeure impliquerait plusieurs choses ensemble – à la fois des cyberattaques et des tirs sur plusieurs complexes militaires, dont certains très importants, dans des centres stratégiques à travers l’Iran.

NBC rapporte que les États-Unis estiment que la réponse d’Israël à l’attaque iranienne sera d’une portée limitée et se concentrera sur les cibles militaires en Iran et les cibles des milices pro-iraniennes à l’extérieur de l’Iran. Selon le rapport, des responsables israéliens ont informé les responsables du pays. Les États-Unis ont parlé de ce plan la semaine dernière, avant que l’Iran n’attaque Israël avec plus de 300 missiles et drones. Les mêmes responsables américains ont déclaré qu’ils n’étaient pas informés des plans finaux qu’Israël avait l’intention de mettre en œuvre et s’ils avaient changé après le week-end. a également signalé qu’il n’est pas clair quand l’attaque aura lieu, mais qu’elle pourrait survenir à tout moment.

La France craint également une réaction, et le président Macron s’est entretenu avec Netanyahu pour tenter de comprendre quels sont les objectifs d’Israël dans les prochaines étapes.

JForum.fr avec mako
Photo : Mark Israel Salem, flash 90, Reuters, AP, 123RF

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Asher Cohen

Israël est en guerre contre l’Iran depuis des décennies, et son objectif est d’empêcher ce pays d’accéder à l’arme nucléaire. l’Iran approche du seuil nucléaire, et depuis les 6 derniers mois, elle utilise ses proxis, hamas, hezbollah, houthis, etc..pour détourner l’attention d’Israël. Le problème est que Netanyahou n’a pas été dupe et a manœuvré l’Iran dans une position de faiblesse. En effet, il a ordonné l’élimination des 2 généraux iraniens à Damas, pour provoquer la riposte iranienne qu’il attendait. Maintenant, l’Iran, décrédibilisée même dans le Monde Arabe, est dans la position de faiblesse voulue. Netanyahou a ainsi gagné l’occasion rêvée pour bombarder les sites nucléaires iraniens, et ce plan avait probablement été discuté, à l’avance, dans les capitales occidentales.

Tout compte dans cette stratégie, et je ne vois donc pas ce qu’Israël gagnerait à une riposte limitée ? Et dans ce cas, dans quel but avoir ordonné l’élimination des deux généraux iraniens ?