Pourquoi les prix des billets d’avion vont (encore) s’envoler.

Les compagnies aériennes prévoient une nouvelle augmentation des tarifs des billets d’avion. Une hausse qui se répercutera rapidement sur les voyageurs. À quoi faut-il s’attendre ?

Dans un contexte de flambée des prix, les billets d’avion ne font pas exception. S’il est encore possible de dénicher quelques offres alléchantes pour les vacances de Noël, les compagnies aériennes ont d’ores et déjà mis en garde les consommateurs : à l’avenir, il va falloir débourser davantage si l’on veut voyager par les airs.

Les causes de cette augmentation

En effet, dans un secteur fragilisé par la pandémie de coronavirus, les compagnies doivent désormais composer avec la flambée des prix du carburant. Ajouté à cela, le coût des matériaux qui explose (comme l’acier ou le titane) et l’inflation générale qui augmente lourdement les coûts salariaux.

« Il faut s’attendre à de nouvelles hausses tarifaires pour répercuter simplement et de manière mécanique les hausses de coûts que nous subissons », a récemment déclaré Marc Rochet, patron d’Air Caraïbes s’exprimant pour la Fédération française de l’aviation et de ses métiers (Fnam).

Quelle hausse prévoir ?

Pour faire face à cette hausse des coûts, de nombreuses compagnies ont dernièrement décidé de fermer plusieurs liaisons, ou d’en réduire la fréquence. Or, après avoir été privé pendant près de deux ans de vols internationaux, les voyageurs se ruent sur les billets d’avion. Résultat : la demande est de plus en plus forte alors que l’offre… se réduit. L’implacable loi de l’offre et de la demande détermine la suite : les prix des billets s’envolent.

« Les billets d’avion ont déjà augmenté de 16 %. Et ils vont continuer d’augmenter, mais pas au-dessus de 20 %, je pense », indique Marc Rochet. « Ensuite, ce sera aux compagnies de trouver des solutions pour baisser leurs coûts de production. »

Manque de personnel.

Durant la crise de la Covid, une grande partie des avions était clouée au sol, avec des licenciements rapides. Certains des pilotes sont partis dans le fret, d’autres se sont reconvertis, comme les hôtesses et stewards. Il y a une pénurie de personnel et des avions restent au sol par manque d’équipage. Le retour à la « normale »  sera long.

Guerre en Ukraine, et la pandémie en Chine.

En plein cœur de l’Europe, la circulation des avions est quasi impossible sur l’Ukraine et la Russie, ce qui oblige à des détours coûteux. Cette zone est devenue un énorme point noir vide de circulation d’avion. Autre zone à problème, la Chine qui reste encore confinée à cause de la covid.

Tous ces facteurs associés participent à la hausse des prix, ce à quoi s’ajoute la hausse du dollar, monnaie de base du marché du transport aérien.

JForum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
JMAD

Réponse : Parce que un avion ça vole ! (et les compagnies aussi)