La frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte a été rouverte samedi 18 novembre pour trois jours. Selon des témoignages parus dans la presse palestinienne, le désordre était au rendez-vous.

La frontière s’est entrouverte. L’exploitation du terminal de Rafiah a été rendue possible par une série d’accords entre l’Autorité Palestinienne et le Hamas. L’entente a été atteinte lors d’une réunion entre Yahya al-Sinwar président du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza et Majed Faraj chef des renseignements généraux palestiniens. La marche à suivre est la suivante :  Les Palestiniens désireux de quitter la bande de Gaza le pourront selon des listes établies par le ministère de l’Intérieur du Hamas.

Ils devront se présenter à la salle de sport du district de Khan Yunis où des équipes du ministère de l’Intérieur du Hamas noteront leurs informations personnelles et les dirigeront vers les autobus. Des membres des services de sécurité seront chargés de maintenir l’ordre sur place et le long du passage menant au terminal de Rafah. Les membres des forces de sécurité de l’Autorité Palestinienne assureront la sécurité au terminal de Rafah et maintiendront l’ordre sur place (quds.net, 17 novembre ; al-Hayat, 19 novembre ; site Internet du ministère de l’Intérieur de la bande de Gaza, 18 novembre 2017).

Désordre et pots-de-vin

Compliqué ! Sur le papier cela semble fonctionner mais dans la réalité, c’est tout autre chose. Du 18 au 20 novembre dernier, pendant les jours d’ouverture du terminal de Rafah, le Hamas et le Fatah ont publié dans leurs médias respectifs,des informations sur le manque d’ordre. Selon les rapports, des résidents ont bloqué les véhicules des employés de l’Autorité Palestinienne, affirmant qu’ils faisaient entrer des proches au détriment des malades et d’autres cas humanitaires (Compte Twitter Palinfo, 10 novembre 2017). Les hommes du Fatah ont de leur côté indiqué que le Hamas avait réclamé des pots-de-vin de la part des voyageurs. Ils ont recueillis des témoignages et les ont publiés. Version contre version. La réconciliation commence mal.

David Sebban

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.