Le Premier ministre Netanyahu a tenu une conférence de presse : « Nous ferons tout pour ramener les personnes enlevées chez elles. Nous ferons tout pour vous les rendre tous », a-t-il déclaré.

« Nous continuons à lutter de toutes nos forces pour éliminer le Hamas et garantir que Gaza ne constituera plus une menace pour Israël. Nous devons aller jusqu’au bout ».

Sur la demande des personnes rapatriées et de leurs familles de les rencontrer,  « J’ai demandé de fixer un rendez-vous cette semaine »

 

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a tenu ce soir (samedi) une conférence de presse pour la première fois depuis la fin du cessez-le-feu dans la guerre. Au début de son discours, le Premier ministre Netanyahou a évoqué la mort du colonel Assaf Hammi, le Général de brigade de la Brigade Sud, dont le corps se trouve à Gaza : « Un héros d’Israël tombé lors de la bataille du sept octobre ».

colonel Assaf Hammi

Plus tard, Netanyahu a abordé la question des personnes enlevées en disant : « Quiconque sauve une âme, c’est comme s’il sauvait un monde entier. La semaine dernière, nous avons sauvé de nombreux mondes. Nous avons rendu 110 âmes. Nous avons libéré des citoyens israéliens. Des enfants et des femmes, des mères et des dizaines de citoyens étrangers. La nation entière et le monde entier regardaient avec impatience chaque libération « . 

Netanyahu a mentionné les noms de tous les enfants kidnappés qui ont été libérés et retournés en Israël et a déclaré : « Ce ne sont pas seulement des noms, ce sont les âmes des garçons et des filles que nous avons ramenés à la maison. Nous les avons ramenés à la maison et les avons ramenés à leur famille et à la vie. Nous les accompagnerons et prendrons soin d’eux. Je serre tout le monde dans mes bras au nom de vous tous. Bienvenue aux délivrés de l’enfer. Bienvenue à la maison.

« Nous les avons fait sortir de prison, de l’obscurité à la lumière, de l’esclavage à la rédemption. Il y a à peine une semaine, cela aurait semblé inimaginable, complètement imaginaire. Et les voici aujourd’hui, déjà là, enveloppés dans l’amour du peuple. Comme c’est grand le bonheur de leur retour et quelle est la douleur de ceux qui ont été assassinés avec une cruauté terrible et de ceux qui ne se sont pas encore assis. J’ai beaucoup lutté dans les jours qui ont précédé la décision. Je me suis demandé comment discuter avec le diable. Un diable pour qui la vie humaine n’a aucune valeur. Il était clair pour moi que nous pouvions créer un moyen de sauver des dizaines de nos personnes enlevées des griffes du diable. Je n’étais pas prêt à abandonner cette possibilité. Nous avons mené des négociations difficiles, Sous le feu des critiques, j’ai parlé fréquemment avec Biden et nous avons discuté de la manière d’améliorer le plan – et nous avons réussi à faire partager de notre point de vu. Nous avons mis en place un système mondial et l’effort a porté ses fruits. Nous avons doublé le nombre de personnes libérées, mais la mission n’est pas encore terminée. « . 

Le Premier ministre a ajouté : « Nous avons obtenu la libération de nos personnes enlevées grâce à la combinaison de la pression militaire et de l’effort politique. Mon épouse Sara et moi avons rencontré les parents de certaines des personnes enlevées restées en captivité au Hamas. Je l’ai promis : nous ferons tout pour ramener les personnes enlevées chez elles. Nous ferons tout pour que tout le monde revienne. »

J’ai suggéré à Gallant de tenir une conférence de presse commune. Il a décidé ce qu’il a décidé »

« Nous continuons à lutter de toutes nos forces pour éliminer le Hamas et garantir que Gaza ne constitue pas une menace pour Israël », a poursuivi le Premier ministre Netanyahu. J’ai rencontré les combattants sur le terrain qui m’ont dit : « Continuez jusqu’au bout ». Je leur ai dit : « Jusqu’à la fin, il n’y a aucun doute. » Vous, les citoyens, avez une personne à qui faire confiance, les combattants de Tsahal, le Shin Bet, les policiers sont les meilleurs. Ils ont un super esprit. Ils ont du courage et de la foi. Ils supportent noblement la perte, tout comme la nation entière. » 

« Les combats continuent. Hier, j’ai demandé à Tsahal de reprendre les combats avec une intensité toujours croissante. Lors du dernier jour, nous avons détruit plus de 400 cibles terroristes. Nous opérons également dans le nord de la bande de Gaza. Beaucoup m’ont demandé :  » Allez-vous reprendre la guerre à la fin du cessez-le-feu ? Sans équivoque oui. Aujourd’hui, cette réponse est claire pour nous tous : nous continuerons la guerre jusqu’à ce que nous ayons atteint tous ses objectifs. Il est impossible d’atteindre les objectifs sans manœuvre au sol, cela est nécessaire. »

Benjamin Netanyahu, Yoav Galant (Photo : Noam Moshkowitz, porte-parole de la Knesset, Flash 90)
 

Concernant les combats dans le nord, il a déclaré : « Nous continuons. Nous ne restons pas les bras croisés face aux attaques contre nous. Nous devons rétablir la sécurité. Si le Hezbollah commet une erreur, il détruira le Liban de ses propres mains.  » De plus, le premier ministre a fait référence au ministre de la Défense et, selon le premier ministre, Gallant ne voulait pas tenir de conférence de presse conjointe avec lui : « Il a décidé ce qu’il a décidé. Il est important que le public sache que nous travaillons ensemble pour atteindre les objectifs de la guerre.Le bureau de Gallant a déclaré :  « Nous faisons des déclarations parfois ensemble et parfois séparément. » En outre, N12 a appris que la proposition du bureau de Netanyahu au bureau de Galant de tenir une conférence de presse conjointe est intervenue seulement après que le bureau de Galant ait déjà annoncé la conférence de presse du ministre de la Défense et y ait invité les journalistes.

Lors de la conférence de presse, on a demandé à Netanyahu s’il démissionnerait au lendemain de la guerre : « Je ne m’occupe pas des sondages. On m’a donné le mandat de diriger l’État d’Israël et je me concentre sur une seule chose. ne vous occupez pas des sondages quotidiens », a-t-il répondu. « L’objectif auquel je m’engage est de fournir à la fois un espace militaire et un espace politique. L’espace politique, s’il n’existe pas, il n’y a pas d’espace militaire. Je sais que je le dirige avec une équipe réfléchie, et sans Si nous ne serions pas capables de mener la guerre. Nous devons atteindre ses objectifs, c’est la seule chose qui m’intéresse. »

Après que les personnes rapatriées et leurs familles aient exigé une réunion avec le Premier ministre et les membres du cabinet de guerre ce soir, Netanyahu a été invité à rencontrer les familles des personnes enlevées et a répondu : « Bien sûr, j’ai demandé de planifier une réunion. une réunion cette semaine.

Avant même les paroles de Netanyahu, le ministre de la Défense Galant avait évoqué la reprise des combats à la fin du cessez-le-feu et affirmé que le Hamas avait violé l’accord et que, par conséquent, le cessez-le-feu avait pris fin. « Après nous avoir remis 80 personnes enlevées, le Hamas refuse de restituer 17 femmes et enfants sous sa garde », a déclaré Gallant. « 15 femmes et deux enfants sont toujours captifs du Hamas, et suite à sa décision de ne pas respecter ce qui avait été convenu et conformément aux décisions du cabinet de guerre, j’ai ordonné à Tsahal de reprendre le feu hier matin. »

JFORUM.FR et YNET

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires