Guerre Israël-Hamas : depuis Dubaï, Emmanuel Macron met en garde l’État hébreu

Avant de quitter les Émirats arabes unis pour le Qatar, le chef de l’État a haussé le ton vis-à-vis d’Israël, lui enjoignant de ne pas se lancer dans une « guerre de dix ans », et de « préciser » ses objectifs.

Jamais depuis le massacre du 7 octobre, Emmanuel Macron n’avait autant haussé le ton envers Israël. Depuis Dubaï (Émirats arabes unis), où il a enchaîné, en marge de la COP28, les entretiens bilatéraux avec les dirigeants de la région, le chef de l’État a adressé ce samedi 2 décembre une sévère mise en garde à l’État hébreu, qui pilonne, depuis la fin de la trêve avec le Hamas, le sud de la bande de Gaza.

Macron a un discours par pays. Voilà ce qu’il disait en Israël

« La bonne lutte contre le terrorisme n’est pas le bombardement systématique et permanent », a-t-il grondé, alors que Tsahal vise désormais aussi cette partie du territoire, déjà surpeuplée, où ont afflué entre 800 000 et un million de Palestiniens fuyant les combats au nord. L’imbrication entre civils et terroristes islamistes y est telle que les consignes de l’armée israélienne appelant les habitants à se mettre en sécurité dans les stades ou sur les plages font lever les sourcils des connaisseurs du dossier, sceptiques.

Ciblant le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, le président enjoint Israël de « préciser » ses buts de guerre. L’objectif d’une « destruction totale du Hamas », comme le répète « Bibi » ? Mais, demande Macron, « est-ce que quelqu’un pense que c’est possible » ? Si c’est ça, prophétise-t-il, « la guerre durera dix ans ». Sans compter qu’elle se fera « au prix de vies palestiniennes, donc du ressentiment de toutes les opinions publiques de la région ».

Même si le Hamas est décapité, le conflit sans fin ne manquera pas de le faire renaître de ses cendres, faisant émerger de nouveaux combattants radicalisés et accroissant le risque — déjà en passe de se réaliser — d’embrasement régional. Les leaders arabes qu’il a croisés à Dubaï, de l’égyptien Sissi au roi Abdallah de Jordanie en passant par le cheikh émirati Mohammed ben Zayed l’ont alerté sur leurs profondes craintes de déstabilisation. Un appel « à redoubler d’efforts pour parvenir à un cessez-le-feu durable.

Est-ce à leur écoute, même s’il a échoué vendredi à les réunir ensemble autour de lui afin de donner un signal fort, que Macron s’est décidé ainsi à durcir ainsi le ton ? Ou redoute-t-il, à l’image de certains diplomates et experts, que Netanyahou et ses chefs militaires ne soient déterminés à infliger au Hamas une « raclée » telle, avec encore des milliers de victimes palestiniennes, qu’elle dissuaderait une bonne fois pour toutes ses ennemis — le Hamas, mais aussi le Hezbollah libanais et autres mouvements djihadistes — de recommencer un 7 octobre ?

Pour contrer cet engrenage infernal, Macron, même s’il n’a guère de chances d’être écouté, a appelé « à redoubler d’efforts pour parvenir à un cessez-le-feu durable ». Afin d’ouvrir la voie à une solution politique, les deux États. Et reprendre le processus de libération des otages, quatre hommes franco-israéliens restant notamment « disparus ». Pour pousser ce dossier, le chef de l’État a fait escale ce samedi soir à Doha, pour un dîner de travail avec l’émir du Qatar, cheikh Tamim Al-Thani, qui joue un rôle central dans les négociations avec le Hamas.

Le Premier ministre israélien lui a répondu indirectement, parce que Macron n’est plus audible par personne maintenant. Les dirigeants arabes n’ont pas donné suite à son invitation. Son analyse est fausse à plus d’un titre. Non seulement il n’écoute pas, mais encore, il ne voit pas.

Il n’a pas vu qu’aucun pays arabe n’a pas rompu avec Israël. Il n’a pas vu que l’Arabie saoudite aide Israël à combattre les Houthis. Il n’a pas vu que le Président d’Israël Herzog a rencontré et serré la main en public de l’Émir du Qatar. Il n’a pas vu que tous les pays arabes veulent l’extermination du Hamas.

Il ne voit pas, mais n’écoute pas Netanyahou, Galant, et Benny Gantz. Le Hamas sera chassé de Gaza et son infrastructure sera détruite.

Ce qui étonne, c’est que le même homme qui voulait mettre en place une coalition il y a un mois, dit le contraire aujourd’hui. Il y a peu, il disait vouloir éradiquer le Hamas, et maintenant, il dit l’inverse.

Comme l’aurait dit Golda Meir, « Israël préfère vos condamnations à vos condoléances ». Mais, avec qui parle-t-on ?

Avec des ignares qui voudraient que les assassins de Juifs ne soient pas châtiés comme il convient. Ce temps-là est révolu. Si Macron n’a pas compris cela, alors qu’il soit Président de la République française, qui va bientôt devoir appliquer la solution à deux états, mais chez elle. Ce pays a déjà deux peuples en son sein, qui s’affrontent déjà. 

JForum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

9 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Daniel

Excellent! Le foutriquet n’est plus écouté et n’est plus audible! Déjà dans son propre pays, c’est dire!

jean

Selon une rumeur à vérifier,à la suite d’un sommet avec Mélenchon, Micron propose la Seine Saint Denis reliée aux Bouches du Rhône par un couloir neutre pour créer enfin l’état palestinien conformément aux voeux de l’ONU. A suivre.

Franck DEBANNER

En effet ! Il faut un état nazislamiste en francekipu, centré sur le 93 et les zones infestées alentour, avec Paris-Nord pour capitale. Et aussi un corridore sécurisé, sous contrôle de l’Organisation des Nazis Unis, pour assurer une continuité géographique avec les willayas de Marseille.

KIGEM

Macron devrait commencer par avoir deux états en FRANCE ou une partie de celle ci à été abandonnée aux ISLAMISTES avant de s occuper d ISRAËL

marc

Macron
Devrait d’abord commencer par
S’occuper de la France
L’islamisation a marche forcée
Va finir par tout anéantir
Il doit également comprendre
Que l’état d’Israël et son
gouvernement ne tiennent aucun
Compte de ses avis et recommandations
Israël est un état souverain

Asher Cohen

Je ne vois pas comment le président d’un pays qui en 1940-45, a envoyé 80.000 youpins à la mort, a retiré aux Juifs d’Algérie la nationalité française, leur a appliqué une législation raciale, toujours en vigueur de nos jours, et aryanisé leurs biens et entreprises, comment un tel président pourrait-il juger la stratégie d’Israël et donner des leçons à l’État Juif? Quelle expertise, et même quelle expérience a Macron dans le domaine de la guerre ? A-t-il seulement effectué le service militaire ?

Israël est un état souverain sur son territoire et je ne vois pas à quel titre l’État Juif aurait des comptes à rendre à la France sur sa politique, ni à préciser ses buts de guerre. Les dirigeants d’Israël sont responsables vis à vis de la Nation Juive et non vis à vis d’un président de goyim.

La prétendue solution à 2 états n’est pas une preuve d’intelligence du président français. Si un état arabe était créé sur la terre juive de Judée-Samarie, le million de Juifs qui y vivent déclencheraient immédiatement la guerre et en expulseraient tous les squatters arabes. N’est-ce pas ce qui se produit déjà localement ? De même, si les gazaouis restent vivre sur Gaza, les Juifs dont les familles ont été meurtries par les crimes du hamas, chercheront à se venger et perpétront de multiples attaques terroristes sur les gazaouis. Je ne vois pas comment on pourrait se dire Juif, répéter un œil pour un œil à la synagogue, et passer sur de tels crimes du hamas? Aucun état arabe ne sera possible sur ces 2 zones, et la  » solution  » à 2 états n’est qu’une vue de l’esprit, et sûrement pas une solution. La solution est, excusez-moi de me répéter, le déplacement de populations vers l’Égypte, la Transjordanie et l’Europe, comme cela a eu lieu pour la Syrie.

andre

Je pense que la vision de la « solution a deux etats » pronee par de Villepin est celle
de deux entites arabes, a l’est at a l’ouest d’Israel, reunies par la reconnaissance
francaise et europeenne d’une nationalite palestinienne commune. Ces deux moignons, sous le pretexte de se reunir geographiquement, se jetteraient sur Israel et mettraient le pays a feu et a sang a la premiere opportunite. Cela satisferait les aspirations geopolitiques de de Villepin. Je ne crois pas que Macron, qui a peu de temps a consacrer a autre chose qu’a la « communication », voie les choses aussi distinctement,

Asher Cohen

@ David
Pouvez-vous expliciter s’il vous plaît, je ne comprends pas votre reproche? Je parle en tant que Juif et ne vois pas en quoi je maltraiterais mes semblables?