ALLIÉS ACTIFS DU HAMAS ?

Alors que certains salariés de l’UNRWA ont été accusés d’avoir détenu des otages israéliens ou que d’autres ont aidé le Hamas à maintenir les civils palestiniens à l’état de boucliers humains, des scènes de colère ont éclaté à Gaza après la découverte de stocks de nourriture d’aide humanitaire non distribuée dans les entrepôts de l’agence.

Atlantico : Nouvelle polémique autour de l’UNRWA. Selon des vidéos publiées par Gaza Report, des Gazaouis ont découvert de l’aide humanitaire non distribuée à Khan Younès dans quatre entrepôts appartenant à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens. L’incident a suscité une vive controverse et beaucoup d’interrogations. Les images des vidéos sont-elles vraies ?

Vincent Chebat : La guerre de l’information/communication fait rage dans le conflit entre Israël et le Hamas mais il est vrai qu’au-delà de ces images et de cette situation qui sont bien réelles, ce n’est pas la première fois que l’UNRWA est prise la main dans le sac. Au début de la guerre, des terroristes du Hamas ont aussi volé des dizaines de milliers de litres de carburant et plusieurs tonnes de médicaments qui appartenaient à l’UNRWA.

A la suite de cet incident, l’UNRWA avait publié un message sur les réseaux sociaux pour dénoncer le rapt de ces dizaines de milliers de litres d’essence. Et quelques instants après, probablement à cause de la pression du Hamas, l’agence de l’ONU avait dû supprimer cette publication sur Twitter.

Cela prouve que l’UNRWA aussi n’est pas totalement indépendante dans la bande de Gaza. Elle est soumise à de fortes pressions du Hamas. L’UNRWA s’est même montrée complice du Hamas. Ces vidéos relayées sur les réseaux sociaux sont donc très importantes pour alerter sur la situation à Gaza, sur les agissements du Hamas et pour documenter les dérives de l’UNRWA.

Sur les images, on voit la colère des Gazaouis qui découvrent de la nourriture stockée qui aurait dû être distribuée. Est-ce une pratique courante en temps de guerre alors qu’il y a des pénuries et que le prix des produits s’envole ? L’UNRWA remplit-elle son rôle ?

La bande de Gaza est entre les mains et sous le contrôle du Hamas. Or actuellement, dans le cadre du conflit avec Israël, le Hamas est pris à la gorge. Il semble qu’il n’y a plus assez de pétrole ou de vivres pour alimenter ses combattants et ses tunnels en electricité ou pour venir en aide à la population de Gaza.

Le Hamas voit donc l’aide humanitaire comme une opportunité et des ressources à piller alors que cette aide humanitaire devrait revenir aux Gazaouis. Il n’est donc pas surprenant de voir que le Hamas se réserve et détourne les denrées stockées dans les entrepôts de l’UNRWA.  

Apparement, l’organisation de l’ONU a été forcée de conserver dans ses entrepôts de la nourriture, des médicaments et des produits de première nécessité. Ces ressources étaient destinées aux membres du Hamas et non à la population palestinienne.

Quel est l’objectif de cette manœuvre ? Provoquer la colère de la population locale ?

Il ne s’agissait pas du but premier recherché. L’intérêt du Hamas est d’avoir une population à Gaza qui ne se révolte pas contre le pouvoir en place. Face à la pression intense de l’armée israélienne, le Hamas a fait le choix de stocker et de détourner l’aide humanitaire de l’UNRWA. Le Hamas se fournit en médicaments et en vivres avec le vol de la population civile de Gaza, à travers l’UNRWA qui est détournée de sa mission première. Mais il est vrai aussi que ces images de civils exaspérés accentuent la pression sur Israël pour permettre l’entrée de plus d’aide.

Récemment, l’UNRWA a été accusée d’avoir détenu des otages israéliens. Cette organisation est-elle un allié du Hamas ou est-elle encore une organisation humanitaire ?

Il y a eu effectivement le témoignage d’un otage qui affirme avoir été détenu dans le grenier d’un professeur de l’UNRWA. Ce témoignage est donc précieux. L’UNWRA représente aujourd’hui plus un problème que la solution dans le cadre du conflit israélo palestinien. Le budget de l’UNRWA chaque année atteint plus d’un milliard de dollars.

L’UNRWA fait fonctionner près de 706 écoles. Plus de 540.000 enfants palestiniens sont scolarisés dans les écoles de l’UNRWA. Au regard du contenu des manuels scolaires et de l’enseignement qui est dispensé dans les écoles sous l’égide de l’organisation des Nations Unies, il apparait clairement que l’UNWRA participe de manière active à l’entretien de la haine envers Israël et à l’endoctrinement des enfants, des écoliers palestiniens à la violence, à l’antisémitisme et à l’incitation au terrorisme. Des organisations comme UN Watch et IMPACT-se ont révélé qu’après les massacres du 7 octobre, en compilant des rapports, au moins 20 enseignants de l’UNRWA ont glorifié les massacres du 7 octobre en publiant des messages sur leurs comptes Facebook.

A l’intérieur même des écoles de l’UNRWA, il y a forcément encore plus d’enseignants qui diffusent ces messages à leurs élèves. Cela participe à cette ambiance de haine qui existe malheureusement dans beaucoup d’écoles palestiniennes.

L’UNRWA dépend de l’ONU. Les Nations Unies ont-elles encore le contrôle sur cette agence ? La surveille-t-elle ou ferme-t-elle volontairement les yeux sur ses agissements ?

Au sein des Nations Unies, il y a le Haut-Commissariat pour les Réfugiés qui concerne les réfugiés du monde entier. Et il y a l’UNRWA. Cette agence est dédiée uniquement aux réfugiés palestiniens. Cette agence existe depuis 75 ans. Les réfugiés palestiniens sont les seuls au monde à pouvoir transmettre leur statut de réfugiés de père en fils.

L’UNRWA reçoit chaque année plus d’un milliard de dollars de budget de la part de différents pays, en provenance des Etats-Unis, de l’Union européenne, de la France, de l’Allemagne, etc. les Nations-Unies sont aussi bien contentes que l’UNRWA existe parce que cela permet à l’ONU de recevoir des sommes importantes. L’ONU a tendance effectivement à fermer les yeux sur ce qui se passe dans les écoles de l’UNRWA ou dans les hôpitaux à Gaza qui sont aussi dirigés par l’UNRWA.

Il y a une forme de complicité en définitive entre l’UNRWA et le Hamas qui dirige la bande de Gaza.

L’UNRWA est vraiment spécifique et n’existe que pour les Palestiniens alors qu’il y a des réfugiés dans le monde entier qui perdent leur statut de réfugiés.

Après cette guerre, les principaux donateurs de l’UNRWA devraient se réunir pour essayer de trouver une solution. Il serait sans doute nécessaire de trouver une solution de remplacement à l’UNRWA à long terme pour permettre à tous les réfugiés palestiniens, qui ne sont pas que à Gaza ou en Cisjordanie mais au Liban, en Syrie ou en Jordanie, de s’intégrer et pour leur donner un véritable statut de citoyens. De nombreuses ONG internationales et palestiniennes sont aussi financées par les pays européens principalement. La Commission européenne a lancé une enquête interne suite aux massacres du 7 octobre. De nouvelles clauses pour lutter contre l’incitation à la haine et à la violence seront introduites dans les contrats entre l’Union européenne et les ONG qui bénéficient de subventions

En effet, lors des attaques du Hamas du 7 octobre, comme l’a documenté l’observatoire NGO Monitor, de nombreux récipiendaires de l’argent européen, principalement des ONG palestiniennes, ont été pris en flagrant délit de justifications des massacres du Hamas alors que ces ONG sont censées défendre les droits de l’homme. La Suisse de son côté a  décidé de mettre un terme à ses contrats et ses partenariats avec trois ONG palestiniennes.

ATLANTICO

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires