L’initiative de paix américaine mène à un accord historique de normalisation Maroc-Israël

Le président Donald Trump a scellé l’accord lors d’un appel téléphonique jeudi avec le roi du Maroc Mohammed VI, a déclaré un haut responsable américain. Le Maroc est le quatrième pays depuis août à conclure un accord visant à normaliser les relations avec Israël.

Israël et le Maroc ont convenu jeudi de normaliser leurs relations par un accord négocié avec l’aide des États-Unis, faisant du Maroc le quatrième pays arabe à mettre de côté l’hostilité envers Israël au cours des quatre derniers mois.

Dans le cadre de l’accord, le président américain Donald Trump a accepté de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, où il y a un différend territorial vieux de plusieurs décennies entre le Maroc opposé au Front Polisario soutenu par l’Algérie, un mouvement séparatiste qui cherche à établir un pays indépendant.

Trump a scellé l’accord lors d’un appel téléphonique jeudi avec le roi du Maroc Mohammed VI, a déclaré le haut responsable américain.

Le Maroc est le quatrième pays depuis août à conclure un accord visant à normaliser les relations avec Israël. Les autres étaient les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan.

En vertu de cet accord, le Maroc établira des relations diplomatiques complètes et reprendra les contacts officiels avec Israël, accordera des survols et des vols directs à destination et en provenance d’Israël pour tous les Israéliens.

« Ils vont rouvrir immédiatement leurs bureaux de liaison à Rabat et Tel Aviv avec l’intention d’ouvrir des ambassades. Et ils vont promouvoir la coopération économique entre les entreprises israéliennes et marocaines », a déclaré à Reuters le conseiller principal de la Maison Blanche, Jared Kushner.

«Aujourd’hui, l’administration a franchi une autre étape historique. Le président Trump a négocié un accord de paix entre le Maroc et Israël – le quatrième accord de ce type entre Israël et une nation arabo-musulmane en quatre mois.

«À travers cette étape historique, le Maroc s’appuie sur son lien de longue date avec la communauté juive marocaine vivant au Maroc et dans le monde, y compris en Israël (1 million de Juifs marocains en Israël). Il s’agit d’un pas en avant significatif pour les peuples d’Israël et du Maroc.

« Cela renforce encore la sécurité d’Israël, tout en créant des opportunités pour le Maroc et Israël d’approfondir leurs liens économiques et d’améliorer la vie de leur peuple ».

Une déclaration de la Maison Blanche lors de l’appel téléphonique entre Trump et le roi du Maroc a déclaré que Trump « a réaffirmé son soutien à la proposition d’autonomie sérieuse, crédible et réaliste du Maroc comme seule base pour une solution juste et durable du différend sur le territoire du Sahara occidental.  »

« Et en tant que tel, le président a reconnu la souveraineté marocaine sur l’ensemble du territoire du Sahara occidental », indique le communiqué.

Les Palestiniens ont critiqué les accords de normalisation, affirmant que les pays arabes ont fait reculer la cause de la paix en abandonnant une demande de longue date qu’Israël abandonne des terres pour un État palestinien avant qu’il ne puisse être reconnu.

Avec le départ de Trump le 20 janvier, l’accord avec le Maroc pourrait être l’un des derniers que son équipe, dirigée par Kushner et l’envoyé américain Avi Berkowitz, soit en mesure de négocier avant de céder la place à la nouvelle administration du président élu Joe Biden.

Une grande partie de l’élan derrière la conclusion de l’accord a été de présenter un front uni contre l’Iran et de faire reculer son influence régionale.

La Maison Blanche de Trump a tenté d’amener l’Arabie saoudite à signer un accord de normalisation avec Israël, croyant que si les Saoudiens acceptaient que d’autres pays arabes suivraient, mais les Saoudiens ont signalé qu’ils n’étaient pas prêts.

Une autre percée au Moyen-Orient est possible. La semaine dernière, Kushner et son équipe se sont rendus en Arabie saoudite et au Qatar pour mettre fin à une rupture de trois ans entre Doha et les pays du Conseil de coopération du Golfe.

Un accord de principe a été conclu sur ce front, mais il était loin d’être clair si un accord final pour mettre fin au blocus du Qatar sera scellé. L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte maintiennent un embargo diplomatique, commercial et sur les voyages à l’encontre du Qatar depuis la mi-2017.

Alors que Biden devrait éloigner la politique étrangère américaine de la posture de «l’Amérique d’abord» de Trump, il a indiqué qu’il poursuivrait ce que Trump appelle «les accords d’Abraham» entre Israël et les nations arabes et musulmanes.

israelhayom.com

Adaptation : Marc Brzustowski

4 Commentaires

  1. Vous écrivez come si Biden était Président! Grave erreur! A chaque jour sa peine! L´homme jette les dés, mais c´est D.ieu qui les fait tomber où ils doivent! Sérieusement, croyez-vous à tous ces prognostics? Moi, pas du tout! Donald Trump est le Président des Etats-Unis!D.ieu en soit loué!

  2. Et la Fondation Nobel se deconsiderera encore plus (pour ce qui concerne le prix Nobel de la Paix, uniquement) de ne pas honorer
    Trump. apres avoir sans aucune raison donne ce prix a Obama.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.