L’AUTEL PRIVÉ DU ROI DAVID A-T-IL ÉTÉ DÉCOUVERT DANS L’ANCIENNE JÉRUSALEM ?

L’autel privé du Roi David a-t-il été découvert dans l’ancienne Jérusalem ?

Les dernières recherches archéologiques ont mis au jour d’anciennes constructions au cœur de Jérusalem. Toutes confirment les textes de la Bible, et le lien physique entre la Terre d’Israël et le Peuple d’Israël. Cette histoire que l’on veut travestir pour délégitimer Israël apparait chaque jour un peu plus au grand jour et conforte Israël dans ses droits ancestraux. C’est cela que les Palestiniens veulent interdire ce grand dévoilement, avec le concours d’institutions internationales, qui elles ne cessent de vouloir imposer une histoire palestinienne fictive.

Le refus obstiné de reconnaitre la filiation de peuple Juif actuel avec le peuple hébreu de la Bible permet la survie des récits religieux concurrents et politiques intéressés à cette délégitimation. S’il y a bien un arrière-plan religieux qui remet en cause bien des croyances, le prisme politique qui d’ailleurs s’en inspire, cache une forme réelle d’antisémitisme et surtout une volonté de nuire au Peuple d’Israël par le biais des Arabes dont le sort est moins la finalité que son utilité dans ce combat masqué contre le peuple Juif.

Pour avoir une traduction sous-titrée en français : 1- cliquez sur le clavier . 2 – cliquez sur paramètre puis sur sous-titre. 3- Cliquez Traduire automatiquement choisir français.

La vidéo montre Zeev Orenstein Directeur des Affaires internationales de la Fondation de la Ville du Roi David faisant visiter un lieu non loin de la source de Gihôn. Il y a là plusieurs salles, qui ne sont pas construites au sens habituel, mais des espaces tallés dans la roche.

On date ces travaux de construction du temps du Roi David, repris et confortés par le Ezéchias il y a près de 2700 ans. L’histoire des Rois d’Israël est contée dans le Livre des Rois I et II de la Bible.

Cet espace est peut-être clos depuis près de 2700 ans, mais c’est là l’objet de toutes les nouvelles recherches archéologiques. Nous sommes là sur le flan Est de la montagne de Jérusalem. L’accès à cette zone livrera sans doute beaucoup d’enseignements sur l’utilisation de ces espaces et la manière dont vivaient les personnages de l’époque.

On y remarque des traces d’eau à cet endroit et une forme de pierre qui semblerait être un petit autel utilisé par le Roi David. Le petit canal qui apparait semble être celui qui servait à évacuer l’eau et le sang des sacrifices. Il est à présent utile de savoir comment tout cela s’intègre dans la conception générale de l’ouvrage. Chaque pièce pourra nous livrer ses propres fonctions et ses propres secrets. La pièce suivante, semble avoir servit de pressoir pour les olives et la fabrication de l’huile pure. Ces éléments sont cohérents avec la description des rites sacrificiels de l’époque. La troisième pièce semble être l’endroit où fut déposée l’arche de l’alliance en attendant la construction du temple de Salomon et le lieu de prière du Roi David. Cet ensmble, que le Roi Ézéchias a voulu rendre inacessible, aurait été comblé avec des terres, afin d’éviter toute prafanation du lieu.

Israël : découverte exceptionnelle d’objets en ivoire sous les vestiges du Temple de David à Jérusalem.

Dans le même temps une collection rare, mais très prestigieuse, a été mise au jour à Jérusalem et vient mettre en lumière l’importance de la ville à l’époque et sans doute d’une richesse considérable.

C’est un trésor extraordinaire qui a été découvert à Jérusalem au cours de fouilles sous les vestiges du Temps de David. Des plaques en ivoire datant du Premier Temple de Jérusalem ont été trouvées par les chercheurs qui menaient ces fouilles sous l’autorité des Antiquités d’Israël, de l’université de Tel-Aviv, au niveau du parking Givati, un lieu de recherches situé à côté de la Cité de David, la partie la plus ancienne de la vieille ville cananéenne et israélite de Jérusalem.

Des objets incrustés dans des meubles en bois ?

Ces objets en ivoire, une matière considérée comme l’une des plus coûteuses au monde (peut-être plus que l’or), ont été trouvés dans les ruines d’un palais qui était toujours en place lorsque Jérusalem était au sommet de sa puissance aux VIIIe et VIIe avant J.-C. Selon les chercheurs, les objets en ivoire récupérés auraient pu être incrustés dans des meubles en bois que les occupants du bâtiment utilisaient. Il aurait pu s’agir de bourgeois, ou personnes riches ayant un certain pouvoir et une influence, ou encore des hauts fonctionnaires ou des prêtres.

Tous ces trésors récupérés seront dévoilés le 13 septembre prochain au cours de la 23e Conférence consacrée aux recherches sur la Cité de David dans l’ancien Jérusalem. Selon le directeur des fouilles, cette découverte est extraordinaire à plusieurs titres : « À ce jour, nous ne connaissions que des objets en ivoire décorés provenant des capitales de grands royaumes de la période du Premier Temple, comme Nimrud, la capitale de l’Assyrie, ou Samarie, celle du Royaume d’Israël. Pour la première fois, Jérusalem rejoint ces capitales », s’est réjoui le professeur Yuval Gadot.

Comprendre le statut de la ville

« Nous étions déjà conscients de l’importance de Jérusalem dans la région […] mais ces nouvelles découvertes illustrent encore plus son importance et sa place au même niveau que les autres capitales. Il s’agit d’un pas en avant pour la compréhension du statut politique et économique de la ville en tant que partie intégrante de l’administration et l’économie mondiales », a-t-il ajouté. L’ivoire est en effet mentionné quelques fois dans la Bible mais toujours en rapport avec la Royauté ou les grandes richesses. Selon les chercheurs, le bâtiment dans lequel se trouvaient les objets en ivoire a été dévasté par le feu lors d’un grand incendie. Une restauration unique a été entreprise pour finalement mettre au jour douze petites plaques carrées de cinq centimètres.

D’autres objets ont été découverts comme un sceau en agate, des pots qui contenaient du vin, des objets en pierre décorés ou d’autres en bois. Concernant l’ivoire, il a sûrement été importé d’Assyrie et aurait été offert comme cadeau à la noblesse de Jérusalem. La plupart des objets reconstitués comportaient un arbre stylisé au centre et des cadres incisés avec des rosettes, autant de symboles du répertoire visuel mésopotamien d’après les chercheurs. En revanche, il n’y avait aucun signe de mythologie animale ou humaine, contrairement à ce qui a été retrouvé en Samarie, par exemple.

Comment ne pas être fasciné par cela ?

L’histoire contée par la Bible est tellement vraie ! Nous parlons d’endroits qui datent de milliers ! Il n’y a aucun moyen d’inventer ce genre de choses. De nouvelles découvertes se succèdent. Le passé décrit dans la Bible continue d’être révélé. Un lien entre Israël et le peuple juif ? Oui! Quelqu’un peut-il honnêtement le nier ? La preuve est dans les pierres. C’est dans le sol. C’est littéralement dans la terre. En Israël, la terre a plus de sens que partout ailleurs dans le monde. La terre en Israël est remplie de trésors ! Elle est rempli de vérité.

Si les grands médias veulent partager la vérité sur Israël, c’est le type d’histoires qu’ils devraient partager. Parce que ce sont ces types d’histoires qui montrent le lien ancien entre Israël et les Juifs. Il ne fait aucun doute que la terre d’Israël appartient aux Juifs.

Voyez-vous des « Palestiniens » faire des découvertes comme celle-ci ? 

Non. Parce qu’ils n’ont pas d’histoire en terre d’Israël ! C’est un peuple inventé . Seuls les Juifs ont une archéologie comme celle-ci d’il y a des milliers d’années. Quand le monde l’admettra-t-il ? Quand cesseront-ils de prétendre que les Juifs devraient donner des terres aux « Palestiniens » ? C’est complètement irrationnel.

Attendons le jour où plus de gens partageront la vérité sur Israël ; où les gens sont prêts à admettre la longue histoire des Juifs dans la patrie JUIVE.

 

De la source de Gihôn à la piscine de Siloé par le tunnel d’Ézéchias

Le roi Ezéchias face à la campagne de Sennachérib en 701. Ce récit est décrit dans la Bible – Rois II chapitre XVII et suivants.

Après la ville de Lakish, Sennachérib tenta de prendre Jérusalem. Mais le Roi de Juda, Ézéchias (728-687) obtient de Sennachérib la levée du siège de Jérusalem en 701 contre une forte rançon (relire 2 R 18-19 et Is 36-37). Ezéchias avait anticipé la possible invasion des Assyriens et fait une grande préparation dans un nombre impressionnant de constructions. En particulier un tunnel de 533 mètres de long, qui fut creusé afin de fournir à Jérusalem l’accès aux eaux de la source Gihon, qui était en dehors de la ville. Le travail est décrit dans l’inscription Siloam (ou Shiloach ou Silwan) qui est un passage de texte initialement inscrit dans le tunnel Ézéchias et qui a été datée de son règne.​

Tunnel creusé probablement sous Ézéchias au 8è siècle av. J.C. Photo: E. Pastore

En jaune : le canal jébuséen qui alimentait la ville depuis la source de Gihôn (A).

En bleu : Le nouveau canal d’Ezéchias qui va de la source de Gihôn (A) à la piscine de Siloé (B).

Illustration : Musée Tower of David, Jérusalem – Photo: E. Pastore

Illustration: Cité de David – Photo: E. Pastore

A la même époque fut construit un mur autour du bassin de Siloé dans lequel les eaux de la source arrivaient (Is 22,11). Un impressionnant vestige de cette structure est le vaste mur dans le quartier Juif de la vieille ville de Jérusalem.

D’autres fortifications furent érigées, notamment à l’Ophel, une colline située au Nord du mont Sion, à environ 700 mètres d’altitude qui constitue un long et étroit promontoire arrondi, sorte de presqu’île sur la pente méridionale du mont du Temple à Jérusalem.

A : Entrée actuelle du parc archéologique « Cité de David »

B : Rue pavée et système d’évacuation en-dessous.

C : Piscine de Siloé

L’inscription retrouvée dans le tunnel.

Les six lignes de l’inscription de Siloé sont en caractères hébraïques anciens ont été gravées sur la paroi orientale du tunnel souterrain, à six mètres de la piscine de Siloé. Pour recevoir ce texte, la paroi a été polie sur une surface d’environ 66 cm (largeur) par 50 cm (hauteur) mais le texte ne couvre que le registre inférieur.

Illustration : Interbible.org

TRADUCTION

1.Voici le tunnel, et telle fut l’histoire de sa percée : Tandis que les mineurs m[ani]aient

2.le pic, l’un vers l’autres, et tandis qu’il n’y avait plus que trois coudées à creuser, on enten[dit alors] la voix de chacun ap-

3.pelant son compagnon, car il y avait de la résonnance dans le rocher provenant du sud et du [n]ord. Aussi le jour de la

4.percée, les mineurs frappèrent l’un à la rencontre de l’autre, pic contre pic. Alors coulèrent

5.les eaux depuis la source vers le réservoir sur mille deux cents coudées, et de cent

6.coudées était la hauteur du rocher au-dessus de la tête des mineurs. 

 

JForum.fr ( autres sources : Israël Unwired – GEO)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.