Citoyens israéliens à Jérusalem.

La majorité en Israël pense que l’Etat n’est pas assez démocratique

L’indice de pluralisme de l’Institut pour la politique du peuple juif révèle une image complète de la cohésion sociale en Israël ● 98% des Juifs sont intéressés par un État juif.

L’indice de pluralisme de l’Institut pour la politique du peuple juif, publié aujourd’hui avant le 73e jour de l’indépendance, révèle des données mitigées concernant la cohésion sociale en Israël.

L’indice démontre, entre autres, qu’une majorité absolue de Juifs ‒ 98% ‒ veulent que l’Etat d’Israël soit un Etat juif. Seule une infime minorité (2%) préférerait qu’Israël cesse d’être un État juif.

Une grande majorité de Juifs conviennent que la condition d’un État juif est une majorité juive (88%). De plus, 4 Juifs sur 10 pensent que les Juifs devraient avoir la préférence légale sur les non-Juifs. Sur la question de l’encouragement de la création culturelle juive, une relativement petite majorité de laïcs le sont complètement (57%), et une grande majorité de tous les autres groupes conviennent que la création culturelle juive devrait être encouragée dans un État qui se définit comme un État juif.

Concernant le degré de sa démocratie, la majorité des juifs (52%) et une majorité significative des Arabes (78%) disent qu’Israël devrait être plus démocratique qu’il ne l’est aujourd’hui. Seule une infime minorité d’Arabes et une petite minorité de Juifs (14%) pensent qu’Israël devrait être «moins démocratique».

Qu’en est-il de la séparation de la religion et de l’État comme condition d’un État démocratique?

Quelle est la signification du terme « État démocratique »? Selon Shmuel Rosner, rédacteur en chef de l’index, « il existe un large consensus parmi les Juifs et les non-Juifs sur les principes selon lesquels la majorité déclare que les droits de l’homme doivent être préservés, qu’il doit y avoir évitement de la discrimination  par rapport à un Etat essentiellement démocratique ».

La démocratie équivaut-elle à un système? Knesset israélienne.

En ce qui concerne le principe de la séparation de la religion et de l’État comme condition d’un État démocratique ‒ sujet à controverse interne ‒ il est possible d’identifier dans quelle mesure la controverse divise les Juifs et les Arabes de la même manière. De cette manière, environ un tiers des Arabes musulmans ‒ 34% ‒s’opposent à la séparation de la religion et de l’État comme condition d’un État démocratique. 28% des Jjuifs s’opposent à l’affirmation selon laquelle la séparation de la religion et de l’État est une condition d’un État démocratique.

Pendant ce temps, 54% soutiennent la «capacité de la Cour suprême d’abroger les lois établies par la Knesset», un peu moins de la moitié d’entre eux (46%) s’opposent à cette «capacité». Parmi les Arabes, 81% soutiennent la capacité de la Cour suprême d’abroger les lois adoptées par la Knesset. En ce qui concerne l’attitude envers la conduite du secteur ultra-orthodoxe pendant l’épidémie mondiale que nous avons connue l’année écoulée, trois Israéliens sur quatre se sont dits « en colère » contre les ultra-orthodoxes à cause de leur conduite en tant que groupe à Corona. Plus d’un tiers des Israéliens (37%) ont déclaré ressentir de la «haine» pour les ultra-orthodoxes à cause de leur conduite à Corona. Une minorité (13%) a déclaré être d’accord avec l’affirmation «Je ressens de la haine pour les ultra-orthodoxes». Un autre quart des Israéliens s’est contenté de « quelque peu d’accord » avec cette déclaration.

Et qu’en est-il de la perspective d’un avenir commun?

On a demandé aux Juifs et aux non-Juifs qui ont participé à l’enquête s’ils voyaient un «avenir commun» pour tous les Israéliens et s’ils se sentaient «proches» de tous les Israéliens. La question comprenait un détail qui impliquait explicitement que la référence était aux Juifs et aux Arabes, et les réponses des Juifs étaient clairement divisées selon le camp politique auquel ils sont liés: plus le sens du partenariat était élevé, plus la définition de soi était de gauche. En outre, du groupe non Juif de citoyens israéliens, il y a un très haut niveau d’accord pour exprimer le partenariat entre les répondants druzes.

Juifs et Arabes à une terrasse de café.

En fait, 58% des Juifs et 45% des Arabes sont d’accord pour dire que « tous les citoyens israéliens, Juifs et Arabes, ont un avenir commun. 72% des Juifs en Israël conviennent que tous les Juifs, en Israël et dans la diaspora, ont un avenir commun et ressentent une proximité particulière avec les Juifs où qu’ils soient.

Il est possible de parvenir à des accords sur certaines des grandes questions de controverse

Le Professeur Yedidya Stern, Président de l’Institut pour la politique du peuple juif: «Les données fournissent une image complexe du sens de la cohésion israélienne ‒ au sein des divers secteurs de la société israélienne, et bien sûr entre les secteurs.

La principale constatation est que selon les préférences du public, il est possible de parvenir à des accords sur certaines des grandes questions de controverse, mais c’est précisément la politique ‒ qui est censée être le domaine sur lequel les accords sont conclus ‒ qui rend difficile la conclusion des accords.

L’indice de pluralisme de l’Institut pour la politique du peuple juif a été réalisé par Shmuel Rosner, chercheur principal à l’institut, et Noah Selpkov, chercheur associé. L’enquête sur le pluralisme a été menée par le professeur Camille Fox de l’Université de Tel Aviv.

L’indice en est à sa septième année. L’enquête comprend des répondants juifs et non juifs et examine une liste régulière de sujets récurrents pour examiner leur développement. L’enquête a été menée cette année (comme les années précédentes) par le professeur Camille Fox de l’Université de Tel Aviv.

JForum ‒ Israel Hayom

1 COMMENTAIRE

  1. « Parmi les Arabes, 81% soutiennent la capacité de la Cour suprême d’abroger les lois adoptées par la Knesset. » Preuve que ce club d’aristocrates nuisibles est devenu une marionnette au service des intérêts de la 5ème colonne, et qu’il ne respecte pas le principe de base de la démocratie selon Montesquieu, la séparation des pouvoirs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.