Les tunnels ne sont qu’un préliminaire à la menace réelle

1
777

Les tunnels ne sont qu’un précurseur de la menace réelle

Analyse : Il faudra du temps au Hezbollah pour décider comment réagir à la découverte du tunnel ; le fait que les tunnels passent en Israël permettra une action diplomatique – et peut-être militaire – contre le plus grand danger : les missiles de précision entre les mains du Hezbollah.

 

Il y aurait 50 tunnels d’attaques (évaluation) entre le Liban et israël, selon Tsahal

À l’heure actuelle, les responsables de la défense israélienne ne prévoient pas d’escalade militaire dans le nord. Alors que les forces de défense israéliennes s’emploient à découvrir et à détruire un tunnel du Hezbollah – et peut-être plusieurs tunnels (une dizaine minimum, selon certains) – dans la région de Metula, les travaux sont en cours à l’intérieur du territoire israélien et ni le Hezbollah ni le gouvernement libanais n’ont aucune raison de prétendre qu’Israël mène des activités agressives contre eux.

Le Hezbollah a été pris par surprise. Le creusement des tunnels offensifs en Israël s’est déroulé dans le calme et apparemment à une profondeur qui a amené le Hezbollah à croire qu’Israël ne prendrait pas conscience de ces efforts clandestins. Il faudra quelques jours au groupe terroriste pour procéder à une évaluation de la situation et décider de son action ou de ne rien faire.

Activité des FDI du côté libanais

Activité de Tsahal vue du côté libanais

 

 (Photo: AFP)

(Photo: AFP)

Une autre raison pour laquelle on ne s’attend pas à une guerre à ce stade est le fait que des tunnels offensifs sont découverts à l’intérieur du territoire israélien et que cela gêne le gouvernement libanais, le Hezbollah et leurs patrons iraniens aux yeux de la communauté internationale. Le Hezbollah n’a aucun intérêt à aggraver la situation, car une telle escalade ne ferait que susciter la condamnation internationale dirigée par les États-Unis et la France, voire des sanctions contre le Liban.

Il existe une autre raison, peut-être la plus importante : si le Hezbollah tente d’interférer dans les efforts visant à découvrir et à neutraliser les tunnels en tirant sur le territoire israélien, Israël pourrait étendre l’opération à l’ensemble du Liban et saper les efforts de l’Iran pour établir des usines où le Liban améliorera la précision de l’arsenal de missiles et de roquettes du Hezbollah. Le Hezbollah et les Iraniens sont très préoccupés par une telle éventualité.

Dans ce contexte, nous rappelons la rencontre entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le secrétaire d’État américain Mike Pompeo lundi à Bruxelles. Le directeur du Mossad Yossi Cohen, le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben Shabbat et le secrétaire militaire du Premier ministre ont également pris part à la réunion.

 (Photo: AFP)

(Photo: AFP)

 

Tsahal à la frontière nord (Photo: Avihu Shapiro)

Tsahal à la frontière nord (Photo: Avihu Shapiro)

 

Une déclaration officielle à propos de la réunion a indiqué que celle-ci visait à limiter les activités iraniennes dans le nord, y compris au Liban et en Irak. Mais il est prudent de supposer que Netanyahu a demandé à la réunion de mettre en garde les États-Unis du fait que l’opération Bouclier du Nord (Shield Northern), visant à nettoyer les tunnels, peut, bien sûr, se transformer en une guerre majeure si le Hezbollah décide de se venger.

La réunion elle-même était destinée à signaler à toutes les parties opérant aux côtés et sous les auspices de l’Iran qu’Israël n’accepterait pas que des tunnels offensifs infiltrent son territoire et ne permettra pas au Hezbollah d’améliorer la précision de son vaste arsenal de missiles et de roquettes – le Hezbollah a entre 120 et 150 000 missiles et roquettes prêts à être lancés dans tout le Liban, y compris dans le sud du Liban.

 

 (Photo: Avihu Shapiro)

(Photo: Avihu Shapiro)

 

La pression diplomatique va augmenter

Hassan Nasrallah a annoncé il y a quelques années que le Hezbollah avait l’intention de “conquérir la Galilée”. Des sites Web associés à l’organisation chiite ont publié une carte de l’opération selon laquelle le Hezbollah a l’intention de pénétrer en Israël par le biais de plusieurs artères de circulation et d’occuper une grande partie de la Galilée occidentale et orientale entre Metula et Rosh Hanikra.

Israël a pris ce plan très au sérieux et il a donc été décidé de construire un obstacle sur la frontière nord qui empêcherait les militants du Hezbollah de s’infiltrer dans une opération terrestre.

Il y a quelques jours, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a condamné la construction de la barrière, y compris un mur, dans certaines parties de la frontière libanaise, affirmant que cet obstacle créait des tensions sur la frontière.

António Guterres a également condamné le gouvernement libanais pour ne pas avoir maintenu sa part de l’accord de cessez-le-feu qui a mis fin à la deuxième guerre du Liban en 2006.

 

 

Matériel d'ingénierie pour lutter contre les tunnels (Photo: Porte-parole des FDI)

Matériel d’ingénierie pour lutter contre les tunnels (Photo: Porte-parole de Tsahal)

 

Maintenant qu’Israël a révélé et prouvé à l’ONU l’existence de tunnels offensifs reliant le Liban à Israël, le secrétaire général devra se pencher sur la question et la pression sur le Liban augmentera.

Il est maintenant probable que les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et d’autres pays occidentaux – y compris l’Union européenne – exerceront des pressions sur le Hezbollah et l’Iran pour qu’ils arrêtent non seulement la construction de tunnels transfrontaliers, ce qui est en soi considéré une violation flagrante du droit international – mais aussi pour arrêter les travaux de modernisation de l’arsenal de roquettes et de missiles du Hezbollah.

En ce qui concerne Israël, les tunnels cessent d’être une menace une fois qu’ils sont exposés, tandis que la véritable menace réside dans la précision et l’amélioration des missiles et des roquettes. Si la guerre éclatait, Israël pourrait faire face à des destructions substantielles et à de lourdes pertes. Les systèmes d’interception ne seront pas en mesure de gérer de tels barrages de missiles dotés d’un mécanisme de navigation précis qui pourrait toucher des cibles militaires et civiles cruciales. Israël est déterminé à éviter à tout prix une telle situation.

La découverte des tunnels peut aider sur le front diplomatique – et peut-être aussi valider une action militaire contre la principale menace.

 (Photo: Reuters)

(Photo: Reuters)

 

Tunnels creusés dans les oueds, pas dans les villes

Il est impossible de ne pas donner suite aux revendications des résidents vivant le long de la frontière nord, certains déclarant pouvoir détecter des tunnels en train d’être creusés sous leurs maisons. Ils diront certainement: “Nous vous l’avions bien dit”, mais la vérité est que le Hezbollah a creusé leurs tunnels de manière à permettre à ses hommes de sortir de manière ordonnée et d’attaquer ensuite les villes israéliennes.

Ce qui a motivé le Hezbollah à construire les tunnels, c’est en réalité l’obstacle à la frontière qu’Israël a construit et continue de construire au-dessus du sol. Ils se sont rendus compte qu’Israël menait une opération militaire à la surface, puis, comme le Hamas à l’époque, ils ont commencé à creuser des tunnels dans la roche dure de la Galilée. L’intuition des habitants était correcte, mais apparemment ils n’ont pas entendu creuser les tunnels comme ils le prétendaient.

Le Hezbollah a entrepris une tâche difficile en creusant des tunnels à la frontière nord, à cause du terrain. Au sud, le Hamas creuse à travers un sol argileux mélangé à du sable, un sol facile à creuser, même à la cuillère. Au nord, le terrain est composé de roche calcaire, difficile à extraire et qui nécessite des outils mécaniques qui font beaucoup de bruit et sont relativement faciles à repérer. Par conséquent, le Hezbollah a essayé de situer ses tunnels dans des lits de rivières sèches (oueds) recouverts d’épaisses couches de terre ordinaire, dans lesquels il est plus facile de creuser des tunnels.

Quoi qu’il en soit, on peut supposer que les méthodes et moyens mis au point pour exposer les tunnels situés le long de la frontière avec Gaza ont été adaptés aux besoins de la frontière nord, ce qui a permis la découverte des tunnels et de leur tracé, puis leur destruction. Tsahal, la communauté du renseignement et l’ensemble de la défense méritent d’être félicités.

Ron Ben Yishai | Publié: 12.04.18, 15:42

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.