Les Palestiniens se moquent de l’ultimatum d’Abbas à Israël.

L’appel du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas [alias Abou Mazen] à Israël de se retirer des lignes d’avant 1967 dans un an a suscité les railleries de plusieurs Palestiniens, qui lui ont renouvelé leur appel à démissionner.

Abbas a lancé son ultimatum à Israël vendredi dans un discours préenregistré devant la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

L’appel du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas [alias Abou Mazen] à Israël de se retirer des lignes d’avant 1967

Se référant à son projet de convoquer une conférence de paix internationale sous les auspices des membres du Quartet – les États-Unis, l’Union européenne, la Russie et l’ONU – Abbas a déclaré: «Pour garantir que notre initiative n’est pas illimitée, nous devons déclarer qu’Israël, « la puissance occupante », a un an pour se retirer du territoire palestinien qu’elle occupe depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, et nous sommes prêts à travailler tout au long de cette année à la délimitation des frontières et à la résolution de toutes les questions de statut final sous les auspices du Quatuor international et en conformément aux résolutions des Nations Unies».

Abbas a averti que si la demande n’est pas satisfaite, les Palestiniens révoqueront leur reconnaissance d’Israël et iront devant la Cour internationale de justice.

S’adressant aux dirigeants israéliens, Abbas a déclaré: «N’opprimez pas et ne coincez pas le peuple palestinien et ne le privez pas de sa dignité et du droit à sa terre et à son État, car vous allez tout détruire. Notre patience et la patience de notre peuple ont des limites. C’est notre terre, notre Jérusalem, notre identité palestinienne, et nous la défendrons jusqu’au départ de l’occupant».

De hauts responsables de l’AP et la faction au pouvoir du Fatah ont fait l’éloge d’Abbas, qualifiant son discours de «courageux, sans précédent et historique» et affirmant qu’il représentait un «jalon» dans le conflit israélo-palestinien.

Le Premier ministre de l’AP Mohammad Shtayyeh a salué le discours et a déclaré qu’il «plaçait la communauté internationale devant ses responsabilités pour mettre fin à l’occupation israélienne».

Shtayyeh a décrit le discours comme une «feuille de route pour mettre fin à l’occupation d’ici un an», ajoutant qu’il devrait conduire à «soit un État [palestinien] aux frontières de 1967, soit un État aux frontières de 1947 conformément à [ONU] Résolution de partition 181.

Il faisait référence à la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies qui appelait à la partition du mandat palestinien sous contrôle britannique en un État juif et un État arabe. La résolution a été acceptée par les Juifs en Palestine, mais rejetée par les Arabes.

Plusieurs responsables du Fatah, dont Jibril Rajoub, ont également fait l’éloge du discours d’Abbas et ont déclaré que ses déclarations exprimaient les souhaits de tous les Palestiniens.

De nombreux Palestiniens, cependant, se sont moqués du discours d’Abbas, en particulier de son ultimatum d’un an à Israël de se retirer sur les lignes d’avant 1967, y compris Jérusalem-Est. «Le président de l’AP n’a rien dit de nouveau dans son discours à l’Assemblée générale des Nations Unies», ont-ils soutenu.

Peu de temps après le discours, des militants des réseaux sociaux ont tweeté sous les hashtags «Abbas ne me représente pas» et «Va-t’en». Certains lui ont demandé sarcastiquement s’il prévoyait de déclarer un nouveau soulèvement ou de reprendre la lutte armée si Israël ne respectait pas l’ultimatum.

«Le discours du vieil homme représente moins de 19% de notre peuple», a commenté l’écrivain palestinien Iyad al-Qarra. Un sondage publié la semaine dernière par le Centre palestinien de recherche sur les politiques et les enquêtes a montré que près de 80 % de la population palestinienne exige la démission d’Abbas.

Certains Palestiniens ont attaché des images d’émojis rieurs à des messages contenant l’appel d’Abbas à Israël de se retirer sur les lignes d’avant 1967 dans un délai d’un an.

«Wow, je suis sûr que les Israéliens sont dans un état d’hystérie à cause de l’ultimatum du président Abbas», a déclaré Akram Maslamani, un étudiant universitaire de Cisjordanie [Judée-Samarie], dans une remarque sarcastique. «Il s’est réveillé après toutes ces années pour découvrir qu’Israël occupe toujours notre terre. Cet homme est devenu une blague.

«Abbas en un mot: il a reconnu l’échec des politiques de l’Autorité palestinienne et du Fatah, que l’occupation continue de nier les droits de notre peuple, que les paris sur la communauté internationale ont échoué et que la diplomatie palestinienne a échoué», a commenté le journaliste Palestinien. Ayman Abed.

L’éminent analyste politique palestinien, Dr. Fayez Abu Shamaleh, a déclaré qu’avant le discours, les médias palestiniens avaient donné l’impression qu’Abbas allait lancer une bombe.

«J’ai suivi les médias de l’Autorité palestinienne avant le discours de Mahmoud Abbas», a déclaré Abu Shamaleh. «Ils parlaient d’un « Jour de la Résurrection » à l’Assemblée générale, des surprises que le président ferait, des Israéliens qui fuiraient la région, et des gens qui attendaient devant les chaînes satellites pour regarder leur président. La vérité est que 99% du peuple palestinien n’a pas suivi le discours et s’en moquait».

L’avocat palestinien Hasan Mezyed a déclaré que ce n’était pas la première fois qu’Abbas menaçait Israël. Mezyed a souligné qu’Abbas n’a pas, dans le passé, exécuté les décisions des institutions palestiniennes d’arrêter la coordination de la sécurité avec Israël.

L’utilisateur des réseaux sociaux Raed Abu Jarad a déclaré avec mépris: «Mahmoud Abbas donne à l’occupation une année complète pour se retirer des « territoires occupés », sinon la réponse sera forte: « Laissez-nous tranquilles, partez, ça suffit et notre patience est limitée ».

L’activiste politique Issa Amro a qualifié le discours d’Abbas de «faible», affirmant qu’il ne représente pas les aspirations des Palestiniens.

Amro a reproché à Abbas de ne pas avoir qualifié Israël d’État «d’apartheid».

S’adressant au président, il a déclaré: «Ce qu’il faut pour inscrire votre nom dans l’histoire et mettre fin à vos jours de manière honorable, c’est un véritable combat contre la corruption, la réforme de l’OLP et du Fatah et la réforme de tout ce que vous avez détruit.

Le Hamas et d’autres factions palestiniennes ont également critiqué le discours d’Abbas, mais se sont concentrés sur son affirmation selon laquelle il tient à organiser des élections générales et que les Palestiniens jouissent de la démocratie et du pluralisme.

Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a déclaré que le discours était une «reproduction des politiques ratées» de l’Autorité palestinienne et «une claire reconnaissance de l’incapacité d’Abbas à réaliser quoi que ce soit à travers les accords d’Oslo».

Barhoum a qualifié de «faux» le discours d’Abbas sur la démocratie et le pluralisme. «Les arrestations politiques, la torture et le meurtre d’opposants politiques en Cisjordanie [Judée-Samarie] sont la plus grande preuve du régime totalitaire [de l’AP]», a-t-il déclaré.

Le mouvement Al-Ahrar, un réseau de dissidents du Fatah soutenus par le Hamas dans la bande de Gaza, a déclaré que le discours d’Abbas n’apportait rien de nouveau, mais était une «continuation de la rhétorique de l’impuissance et de l’échec».

JForum ‒ Infos Israel-news ‒ Divers

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.