L’historien Georges Bensoussan a été traîné devant les tribunaux en France pour s’être contenté de reprendre une déclaration du sociologue franco-algérien Smaïn Laacher, en déclarant «l’antisémitisme, on le tète avec le lait de sa mère».

En réalité, ce dernier avait déclaré :

«Cet antisémitisme, il est déjà déposé dans l’espace domestique, il est dans l’espace domestique et il est quasi naturellement déposé sur la langue, déposé dans la langue, une des insultes des parents à leurs enfants, quand ils veulent les réprimander, il suffit de les traiter de “juif”. Bon. Mais ça, toutes les familles arabes le savent. C’est une hypocrisie monumentale que de ne pas voir que cet antisémitisme il est d’abord domestique. »

Ce qui avait été toléré de Smaïn Laacher n’est pas passé de la part de Georges Bensoussan.

La morale : lorsque l’on veut dire des vérités difficiles, il faut les reprendre d’un autre, telles quelles, trémas et ponctuation compris. Autrement, la meute est lâchée.

Ainsi, Georges Bensoussan aurait pu, par exemple,  attendre le 3 mars 2017, jour du sermon du cheikh syro-jordanien Mohammed Said Hawa, diffusé sur la chaîne télévisée jordanienne Yarmouk.

Il aurait pu alors sans risque (?) retranscrire les propos de ce cheikh, propos traduits par le site Memri TV, qui en retranscrit une partie.

Les voici :

« Mohammed Said Hawa : Qui sont ceux qui adoptent un discours de haine raciste ? Les dirigeants des sionistes et de l’Occident affirment que les Palestiniens abreuvent leurs enfants, dès le plus jeune âge, d’un discours de haine raciste et hostile, et que les Palestiniens doivent cesser d’abreuver leurs enfants de ce discours hostile. Ils mentent ! Qui sont ceux qui utilisent un discours de haine raciste ?

En effet, les Palestiniens nourrissent leurs enfants dès leur plus jeune âge, et même les allaitent – avec le lait de leur mère – de la notion que cette terre est une terre purement musulmane et arabe, que cette terre a été usurpée par les Juifs, que les seuls ayant des droits sur cette terre sont ceux qui craignent Allah et Le vénèrent, que les seuls ayant des droits sur cette terre sont les musulmans ou les Arabes fidèles aux musulmans et qui les soutiennent.

Oui, c’est avec cela que nous nourrissons nos enfants, et nous continuerons ainsi.

De quel discours de haine raciste parlent-ils ? [Les Juifs] sont ceux qui sont arrivés du monde entier pour nous agresser. Ils sont venus en tant qu’agresseurs et ont pillé cette terre sacrée, violant ses saintetés et chassant ses habitants.

Alors, qui utilise un discours de haine raciste ? Nous ne devrions pas parler d’adopter un discours de tolérance et de pardon. »

En se projetant, cela aurait donné :

Georges Bensoussan a déclaré que « les Palestiniens nourrissent leurs enfants dès leur plus jeune âge, et même les allaitent – avec le lait de leur mère – de la notion que cette terre est une terre purement musulmane et arabe, que cette terre a été usurpée par les Juifs, que les seuls ayant des droits sur cette terre sont ceux qui craignent Allah et Le vénèrent, que les seuls ayant des droits sur cette terre sont les musulmans ou les Arabes fidèles aux musulmans et qui les soutiennent. »

A priori – a priori… -, cela n’aurait choqué personne.

Car en utilisant le filtre du conflit israélo-palestinien, utilisé avec habilité par Mohammed Said Hawa, il y a fort à parier que, de plus – comble de l’ironie -, qu’il aurait été repris par les antisionistes rodés à l’art de la Taqiya,  qui est celui de la dissimulation ou du double langage.

Car en effet, ce ne sont plus les « Juifs » ainsi visés. Mais les israéliens qui « colonisent » la Palestine. Les méchants, donc.

Quel dommage que Georges Bensoussan ne sache pas utiliser ce langage, comble d’hypocrisie.

Enfin…

Franny Fisher

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.