L’enquête de Tsahal a déterminé: l’explosion d’un dépôt de munitions du Hamas à Rafah a causé la mort de civils

Le porte-parole de Tsahal, le général de brigade Daniel Hagari, a fait une déclaration aux médias étrangers, dans laquelle il a présenté les conclusions de l’enquête menée par Tsahal concernant l’attaque menée dans la nuit de dimanche(26.05.24).

Selon l’enquête, des avions de combat de l’Armée de l’Air ont effectivement mené à ce moment-là une attaque qui a atteint une distance d’environ 1,7 km de la zone humanitaire. L’attaque a été menée à l’aide d’armes de précision.
L’attaque a éliminé deux hauts responsables du Hamas qui opéraient dans les zones de Rafah et même dans les zones de lancement de roquettes.

Deux des plus petites munitions pouvant être chargées sur des avions de combat, chacune transportant 17 kilogrammes (37,5 livres) d’explosifs, ont été utilisées lors de l’attaque, a indiqué le responsable. Ce type de munition a été utilisé des centaines de fois par l’armée israélienne au cours de la guerre, a-t-il ajouté.

« Nous étudions la possibilité que des armes stockées dans l’enceinte à côté de notre cible aient pu déclencher l’incendie », a déclaré le responsable.

« Il convient de noter que le Hamas opère à partir de cette zone depuis le 7 octobre », a-t-il ajouté, soulignant qu’un lance-roquettes du Hamas était localisé à 47 mètres du complexe ciblé dimanche soir.

L’attaque, qui visait une structure à Tal as-Sultan, au nord-ouest de Rafah, était basée sur des renseignements indiquant la présence là-bas de Yassin Rabia, commandant des dirigeants en Judée-Samarie, et de Khaled Nagar, haut responsable du quartier général du Hamas en Judée-Samarie. .

Le responsable militaire a souligné mardi que la frappe avait eu lieu à 1,5 kilomètre de la zone d’évacuation humanitaire établie par Tsahal.

Crédit : Forces de défense israéliennes.

Rabia a dirigé l’ensemble des activités terroristes du Hamas en Judée-Samarie, transférant des fonds et planifiant des attaques, et menant lui-même des attaques en 2001 et 2002 qui ont tué des soldats de Tsahal.

Nagar a dirigé des tirs et d’autres attaques qui ont entraîné la mort de plusieurs civils et soldats israéliens, selon l’armée. Tous deux ont été libérés dans le cadre de l’accord d’échange de prisonniers de Shalit en 2011 et prévoyaient de nouvelles attaques, a ajouté le responsable.

L’armée israélienne était également en train d’évaluer des images de l’attaque de dimanche, ostensiblement capturées par des habitants de Gaza et publiées sur les réseaux sociaux, qui « semblent montrer des explosions secondaires », a déclaré le responsable.

L’armée dispose également de renseignements renforçant les soupçons selon lesquels des armes du Hamas étaient stockées à proximité et ont pris feu après l’attaque, a-t-il ajouté.

La source a souligné que la possibilité que des explosions secondaires aient provoqué l’incendie reste une hypothèse de travail à ce stade et que l’enquête sur cette affaire est en cours.

L’enquête est menée par le mécanisme d’établissement des faits de l’état-major général de Tsahal, qui, selon l’armée, est un organisme professionnel indépendant.

Cependant, il a déclaré que l’arme utilisée lors de la frappe n’était pas capable de provoquer un incendie de ce type, ajoutant que Tsahal avait une grande expérience dans le déploiement de ce type de munition.

« Notre guerre est contre le Hamas. Ce n’est pas contre la population de Gaza », a déclaré le responsable.

«C’est un incident très tragique qui s’est produit. Nous devons comprendre pourquoi cela s’est produit. Et nous devons comprendre comment éviter que ce genre d’incident ne se reproduise », a-t-il déclaré.

Mardi après-midi, le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré aux journalistes que « nos munitions à elles seules n’auraient pas pu déclencher un incendie de cette ampleur… Nous avons utilisé la plus petite munition que nos avions peuvent utiliser ».

« L’incendie qui s’est déclaré était inattendu et involontaire. Il s’agit d’un incident dévastateur auquel nous ne nous attendions pas. Nous enquêtons sur la cause de cet incendie », a déclaré Hagari, soulignant que la frappe visait une structure terroriste « fermée » à près d’un kilomètre de la zone humanitaire d’Al-Mawasi.

Le porte-parole militaire a poursuivi : « Il y avait peut-être des armes dans la zone. Nos services de renseignement électromagnétique ont intercepté des appels téléphoniques, renforçant ainsi la possibilité que des armes stockées dans un complexe voisin aient pris feu.

Il a assuré que « l’enquête sera rapide, complète et transparente ». Notre guerre est contre le Hamas, pas contre la population de Gaza. C’est pourquoi nous exprimons notre profonde tristesse face à cette perte de vies humaines.

Des médias, Le New York Times, la BBC, Associated Press, Le Guardian  ont délibérément choisi de présenter l’incident tragique de Rafah comme une attaque intentionnelle israélienne contre des civils palestiniens abrités dans un camp de réfugiés.

Cela fait partie d’une tendance récurrente selon laquelle ces médias suggèrent prématurément et sans preuve qu’Israël est coupable de graves crimes de guerre.

Les médias ont le devoir de présenter les faits correctement et de rendre compte de manière juste et véridique. Dans le contexte de la guerre, où toute fausse déclaration peut avoir des conséquences potentiellement dévastatrices, ce devoir devient encore plus critique. Des vies en dépendent.

JForum.fr avec jns et honestreporting.com

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Asher Cohen

Ils n’avaient qu’à ne pas être là! Quand les allemands ont attaqué la France en mai 1940, les français sont-ils restés à subir les bombardements, ou bien se sont-ils enfuis sur les routes de l’exode ? Demandez donc aux survivants de cette époque.

  • Depuis des semaines, Tsahal a ordonné aux populations civiles de dégager de Rafah. Ceux qui se sont entêtés à rester malgré-tout, doivent assumer la responsabilité de leur choix. Ils ont pris le risque de mourir sous les bombardements. Le droit international a été respecté. En Réalité, le hamas et ses alliés n’apprécient pas que Tsahal ait éliminé 2 chefs terroristes, aussi ils hurlent, comme Macron, intelligence supérieure flagrante, délire. Quelle défoulement de haine antisémite des ratés!