Les forces spéciales se sont fait passer pour des paramédicaux©

3
1710
Reportage britannique : Des forces de Tsahal exposées se font passer pour des travailleurs médicaux
The indépendent rapporte que les forces spéciales israéliennes, lors du raid bâclé à Gaza, ont utilisé des cartes d’identité «détaillées mais factices» de vrais Gazaouites et ont affirmé qu’elles transportaient des patients chez eux, mais leur accent a éveillé des soupçons.

Les forces spéciales israéliennes impliquées dans un raid raté récent dans la bande de Gaza sont été entrées en tant que membres du personnel médical de l’un des groupes d’aide opérant dans l’enclave côtière, a rapporté dimanche le journal britannique The Independent.

Un officier de Tsahal a été tué et un autre blessé, provoquant une vague de tirs de roquettes sur les communautés du sud d’Israël. Sept Palestiniens ont également été tués lorsque l’opération du 11 novembre a mal tourné et l’unité de Tsahal a été forcée de faire appel à un soutien aérien pour les aider à fuir.

Un journaliste de l‘Indépendent qui s’est rendu dans la bande de Gaza a obtenu de nouvelles informations en interrogeant des membres du Hamas ainsi que des résidents vivant dans la région de Khan Yunis, où l’incident s’est produit.

 

Restes du véhicule utilisé par la force après le bombardement de l'IAF (Photo: Reuters)

Restes du véhicule utilisé par la force après le bombardement de l’IAF (Photo: Reuters)

Selon le reportage, les forces israéliennes ont utilisé des cartes d’identité “détaillées mais factices” de vrais citoyens de Gaza de différentes régions de la bande. Le Hamas a depuis arrêté et interrogé tous les Palestiniens dont l’identité aurait été volée par les troupes de Tsahal après la découverte de leurs cartes d’identité dans l’épave du minibus Volkswagen que la force israélienne aurait utilisée lors de son raid. Qassem a déclaré que les cartes d’identité étaient “très précises”, comprenant les noms complets, les numéros d’identification et les données des résidents palestiniens.

En outre, les troupes israéliennes “se sont fait passer pour des employés d’ONG, il y avait aussi des femmes dans la voiture. Elles ont utilisé cette couverture pour justifier leur voyage à Gaza et ont préparé une biographie si elles devaient être interrogées”, a déclaré à The Independent, Hazem Qassem, porte-parole du Hamas.

Restes du véhicule utilisé par la force après le bombardement de l'IAF

Restes du véhicule utilisé par la force après le bombardement de l’IAF

 

Un autre responsable du Hamas, non identifié dans le reportage, a déclaré que les Israéliens “ont déclaré aux combattants au poste de contrôle qu’ils ramenaient les patients des cliniques à leur domicile et qu’ils avaient un fauteuil roulant à l’arrière du fourgon. Ils ont présenté leurs pièces d’identité mais les combattants qui se trouvaient au poste de contrôle étaient méfiants, car leurs voix et leurs accents ne correspondaient pas aux régions d’où ils disaient être originaires “.

Les forces israéliennes auraient été retenues au poste de contrôle jusqu’à ce que le commandant du Hamas à Khan Yunis, Nour Baraka, soit appelé sur les lieux et décide de les faire interroger dans un centre du Hamas. Selon le rapport, c’est à ce moment-là que les soldats de Tsahal ont ouvert le feu.

Les habitants de la localité ont déclaré à The Independent que Baraka connaissait la famille de la femme à laquelle la force prétendait être venue porter secours. Il a appelé la famille et a confirmé qu’elle était déjà décédée.

Un responsable du Hamas a déclaré au journal britannique que la force israélienne était à Gaza pour remplacer les dispositifs d’écoute et de surveillance mis en place auparavant.

Elior Levy | Publié: 12.03.18, 10:30

ynetnews.com

Le système judiciaire militaire du Hamas a condamné 14 Palestiniens à mort par pendaison pour avoir collaboré avec l’ennemi. Tout cela découle de l’opération des forces Israéliennes qui a été découverte à Khan Yunis.

 

D’autres sont condamnés à 10 ans de travaux forcés

 

Le tribunal militaire a condamné l’accusé Ali, 48, à mort par pendaison pour être présumé avoir communiqué avec des parties étrangères hostiles en violation de l’article 131 du code pénal révolutionnaire palestinien du 1979. [Le Hamas n’existait pasà cette époque et applique donc des mesures arrêtées par l’OLP]
Le tribunal militaire a condamné le défendeur (Yasser, A), 48 ans, au «travail forcé temporaire pendant 10 ans» sur les accusations de communication avec une partie étrangère hostile, en violation de l’article 144 du code pénal révolutionnaire palestinien du 1979.

 

Le système judiciaire militaire du Hamas a condamné trois «collaborateurs» à la pendaison. Ils ont été reconnus coupables d’avoir aidé les “forces hostiles”. 

3 COMMENTS

  1. Mais qu’est-ce qu’on attend pour réoccuper sans limite de durée la bande de Gaza, et balayer toute cette racaille du Hamas ?

  2. 80% de la population de Gaza ont eu des communications avec une partie étrangère hostile, en violation de l’article 144 du code pénal révolutionnaire palestinien du 1979.
    On attend avec impatience leur pendaison.
    Le reste (les 20% restant) sera heureux d’être balayé dans la prochaine gueere contre les Hamassi d’ordure.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.