Les Etats musulmans à sec *

1
207

Les Etats musulmans à sec sont guettés par la pénurie d’eau et l’exode massif de leurs population en quête d’or blanc.

Une personnalité politique iranienne de haut rang, Issa Kalantari, a récemment averti que les erreurs du passé sont telles que la pénurie d’eau va contraindre 70%, d’iraniens soit 55 millions de personnes sur les 78 millions d’Iraniens, à abandonner leur patrie pour une destination inconnue pour survivre. De nombreux faits étayent cette prédiction apocalyptique de Kalantari: salué dans la poésie, le lac d’Orumieh, le plus grand lac du Moyen-Orient, a perdu 95% de son eau depuis 1996, passant de 31 milliards de mètres cubes à 1,5 milliards. Ce que la Seine est à Paris, le Zayanderud l’était à Ispahan – sauf que celui-ci est à sec depuis 2010.

Plus des deux tiers des villes et des villes de l’Iran sont “sur le point de faire une crise de l’eau” majeure pouvant entraîner des pénuries d’eau potable; déjà, des milliers de villages dépendent de citernes d’eau. Les tempêtes de poussière sans précédent perturbent l’activité économique et nuisent à la santé.

Ce ne sont pas que les Iraniens qui sont en péril; beaucoup d’autres régions du Moyen-Orient sont aride pouvant contraindre les populations à un exil désespéré. A une unique et magnifique exception, (Israël NDLR), une grande partie du Moyen-Orient est à court d’eau. Cela est dû à divers facteurs comme la croissance de la population, les dictateurs à courte vue, les décisions économiques néfastes, et la guerre de destruction des infrastructures.

Quelques exemples :

Egypte: L’élévation du niveau de la mer menace non seulement de submerger les villes côtières du pays (y compris Alexandrie, 4 millions d’habitants), mais aussi de contaminer l’aquifère du delta du Nil, un des plus grands réservoirs d’eau souterraine du monde. Le gouvernement éthiopien a finalement obtenu des droits d’exploitation du potentiel hydraulique du Nil Bleu qui prend sa source dans son pays et la construction des barrages massifs pourraient gravement réduire le débit d’eau de la rivière en Egypte (et au Soudan).

Gaza: C’est ce qu’on appelle un «cauchemar hydrologique,” avec infiltration d’eau salée et fuite des eaux usées fait que 95% de l’aquifère côtier est impropre à la consommation humaine.

Yémen: l’exploitation de l’huile à partir du Gat, une feuille dont les racines absorbent beaucoup plus d’eau que les plantes alimentaires qu’ils ont remplacés fait que pour les yéménites, n’ont que ¼ de l par personne et par jour” dans de nombreuses régions montagneuses, rapporte le spécialiste de l’eau Gerhard Lichtenthaeler. Le Spécialiste Ilan Wulfsohn écrit que Sanaa “pourrait devenir la première capitale au monde à manquer d’eau.”

Syrie: Le gouvernement syrien a gaspillé 15 milliards de dollars en projets d’irrigation qui ont échoué entre 1988-2000. Entre 2002 et 2008, presque tous les 420 000 puits illégaux qui alimentent les ressources en eau sont soit à sec totalement soit diminué de moitié, tout comme la production de céréales, obligeant 250.000 agriculteurs à abandonner leurs terres. En 2009, les problèmes d’eau ont coûté plus de 800 000 emplois. En 2010, dans l’hinterland de Raqqa, aujourd’hui la capitale de l’État islamique, rapporte le New York Times, “les systèmes d’irrigation anciennes se sont effondrées, les sources d’eau souterraines sont à sec et des centaines de villages ont été abandonnés, les terres agricoles se sont fissurées et et les pâturages sont devenus désertiques et les animaux sont morts. “

Irak: les experts prévoient que les eaux de l’Euphrate seront bientôt réduites de moitié (voir Apocalypse 16:22 pour les conséquences). Déjà en 2011, le barrage de Mossoul, en Irak le plus grand, a fermé entièrement en raison d’un débit insuffisant. L’eau de mer du golfe Persique a inondé Chatt al-Arab; l’eau saumâtre résultant a détruit la pêche, l’élevage et les cultures. Dans le nord de l’Irak, les pénuries d’eau ont conduit à l’abandon des villages, certains maintenant enterrés dans le sable, et une diminution de 95% de l’agriculture de l’orge et du blé. Les palmiers dattiers ont diminué de 33.000.000 à 9.000.000. Saddam Hussein a drainé les marais du sud de l’Irak, détruisant l’écosystème, la faune et de privant les Arabes des marais de leurs moyens de subsistance.

Golfe Persique: les vastes efforts de dessalement, ironiquement, ont augmenté le niveau de l’eau de mer du golfe et la salinité de l’eau de 32 000 à 47 000 par million, menaçant la faune et la vie marine.

Le Pakistan voisin pourrait être “un pays assoiffé ” d’ici 2022. Israël est la seule exception à cette histoire régionale catastrophique. Le pays aussi dans les années 1990, a souffert de pénuries d’eau; mais maintenant, grâce à une combinaison de conservation, de recyclage, des techniques agricoles innovantes et de haute technologie de dessalement, le pays est inondé de H2O (Water Authority d’Israël: «Nous avons toute l’eau dont nous avons besoin”).

Je trouve particulièrement frappant qu’Israël peut dessaler environ 17 litres d’eau pour un centimes de dollars américain et qu’il recycle environ cinq fois plus d’eau que le deuxième au rang mondial, l’Espagne.

En d’autres termes, cela prouve que la menace de pénurie qui menace des populations entières – probablement le pire de nombreux problèmes qui secouent cette région du globe – ne peut être résolue, qu’avec l’intelligence et une maturité politique.

Des voisins turbulents pourraient être contraints à mettre fin à leur guerres futiles et plutôt envisager de s’allier avec cette superpuissance hydraulique mondiale si ils veulent survivre.

Daniel Pipes est le président du Forum du Moyen-Orient.

Washington times adaptation Jforum

1 COMMENT

  1. Eh oui ils ont les caisses pleines mais ils sont a ” sec ”

    Le petrole est passe par la .

    Je pense que dorenavant ils vont abandonner les bijoux de la Place Vendome pour investir dans Vichy .
    Une si jolie station qu’ils en apprecieront son histoire et ses fantomes .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.