Présidentielle 2022 : « C’est l’abstention qui envoie le signal le plus fort… » Electeurs de Mélenchon, ils livrent leur choix pour le second tour.

Avec 20 % des voix des électeurs inscrits, Macron est loin de faire l’adhésion sur son nom ou son projet. Une fois de plus c’est le moins grand rejet qui dicte le choix du président. Mais au bout de la troisième fois, cela semble être la fois de trop. Le front républicain est mort. Le truc inventé par Mitterrand, pour diviser la droite, divise la France. Les partis de l’immobilisme LR-UMP, PS, partis centristes, sont morts. Les Français ne supportent plus les promesses non tenues. Les médias ont beau faire le jeu des partis dits de gouvernement, ont beau vouloir dézinguer les extrêmes, c’est eux qui passent pour des complotistes. La France est au bord de l’implosion.

Le candidat de La France insoumise a appelé ses électeurs dimanche à ne « pas donner une seule voix » à Marine Le Pen, mais ses électeurs semblent partagés sur leur choix du second tour.

  • Jean-Luc Mélenchon est arrivé en troisième position dimanche avec près de 22 % des suffrages exprimés.

  • Le candidat de La France insoumise a répété à ses électeurs qu’il ne fallait pas donner « une seule voix à Madame Le Pen ».

  • Nous avons posé la question à nos lecteurs ayant voté LFI sur leur choix pour le second tour.

« Il ne faut pas donner une seule voix à Madame Le Pen ! Il ne faut pas donner une seule voix à Madame Le Pen ! » A quatre reprises, Jean-Luc Mélenchon a appelé ses électeurs à ne pas voter pour la candidate du Rassemblement nationale, le 24 avril prochain. Quel sera le choix des 22 % de Français ayant opté pour la candidature insoumise ? Sur le site melenchon2022.fr, une consultation a été organisée auprès des soutiens du candidat LFI, qui donne 37,65% des 215.292 voix exprimées au vote blanc ou nul, devant Emmanuel Macron avec 33,4% et l’absention à 29% (l’option Marine Le Pen n’était pas proposée au vote). De notre côté, nous avons lancé un appel à nos lecteurs et obtenu plusieurs centaines de réponses. Les électeurs insoumis semblent partagés sur leur choix du second tour.

« Je voterai Macron car je suis terrorisée à l’idée du passage de l’extrême droite »

Une partie des électeurs du tribun voteront pour Emmanuel Macron pour faire barrage à la candidate du RN, à l’image de Julie. « Malgré un dégoût profond pour Macron, je voterai contre Marine Le Pen, car il m’est impossible de donner une voix au fascisme. » Même constat pour Quentin, qui s’inquiète des libertés publiques : « Je voterai pour lui à contrecœur, certes, mais ce second tour est pour moi un choix entre le respect de l’Etat de droit que représente Macron, et le conservatisme sociétal et la mise à mal de la démocratie incarnée par Marine Le Pen », précise-t-il, citant plusieurs mesures qu’il juge positives, comme la PMA pour toutes ou les repas à 1€ dans les restaurants universitaires.

« Je pense qu’au dernier moment, dans l’urne, je voterai Macron car je suis terrorisée à l’idée du passage de l’extrême droite. Il sera plus facile de se battre contre Macron au pouvoir qu’avec une personne qui risque de tout verrouiller : notre liberté de revendiquer nos désaccords, de manifester, ou encore les médias… », insiste Cendrine. De son côté, Bacim craint une future alliance entre Marine Le Pen et Eric Zemmour. « Macron n’est pas une bonne personne ni un bon président mais je voterai pour lui afin d’éviter le KO social », dit-il. Jean-René balaie enfin la stratégie de dédiabolisation du mouvement. « La mort dans l’âme, je voterai Macron. Je n’oublierai jamais que le RN est le FN. Ils peuvent bien changer de nom, cela reste un parti créé avec des nazis notoires et Marine Le Pen, elle-même, a participé à un bal [en Hongrie en 2012] avec des nazis », ajoute cet ancien militaire.

« Je ne voterai ni pour la peste, ni pour le choléra »

D’autres lecteurs insoumis assurent qu’ils ne feront aucun choix le 24 avril. « Comme en 2017 je m’abstiendrai, car le vote blanc n’a pas d’utilité, c’est l’abstention qui envoie le signal le plus fort », estime Thomas. « Je ne voterai pas au second tour car je n’oublie pas que Macron a voulu « emmerder » les Français et que des milliers de personnes ont du se vacciner pour garder leur travail. Qu’il est la cause des « gilets jaunes » et qu’il a renforcé la haine anti-musulmans. Quant à Marine Le Pen, elle joue avec son chat pour attendrir le cœur des Français mais elle a une obsession contre les étrangers et les musulmans », développe ainsi Fleur. « Ce sera l’abstention, car je ne peux pas me résoudre à choisir entre le mépris de classe et le mépris de race. C’est le seul moyen de marquer l’illégitimité du futur « vainqueur » », abonde Elodie.
« Ma décision, je l’ai prise en 2018 après l’affaire Benalla, poursuit Denis. Je voterai blanc car cette fois, on ne peut pas dire qu’on ne connaît pas Macron, son mépris de classe et son programme néolibéral ». « En tant que citoyen français et musulman, je ne voterai ni pour la peste, ni pour le choléra. Je soutiens Mélenchon depuis 2017, je ne voterai plus pour un autre candidat qui ne me correspond pas », indique Fouhed. Comme eux, Didier ne réitérera pas le barrage républicain effectué en 2002 contre Jean-Marie Le Pen. « Chirac n’a jamais tenu compte qu’il ne s’agissait pas d’un vote d’adhésion. Je vais donc m’abstenir car il est hors de question de donner ma voix à l’extrême droite ou à Macron dont l’arrogance m’insupporte. J’aimerais qu’il soit élu avec le moins de voix possible, pour que son quinquennat soit moins légitime. »

« Après réflexion et contre la volonté de Mélenchon, j’irai voter Marine Le Pen »

Enfin, malgré la consigne répétée par Jean-Luc Mélenchon, certains insoumis mettront bien un bulletin Marine Le Pen dans l’urne dimanche. « Macron est le président des riches, et arrogant au possible, il ne connaît pas la vie du peuple. Je ne veux pas d’une retraite à 64 ou 65 ans, car j’ai un travail en horaires décalés qui va forcément jouer sur mon espérance de vie », se désole Fabien. « Après réflexion et contre la volonté de Mélenchon, j’irai voter pour Marine Le Pen. Macron propose un départ à la retraite à 65 ans mais il n’est pas ouvrier dans une usine ou dans le bâtiment, donc ce n’est pas un souci pour lui d’être encore au travail à cet âge-là », abonde Alphonsine.
« Je voterai Le Pen car il y a des points communs avec Mélenchon, le RIC [référendum d’initiative citoyenne] et la fin du pass vaccinal [suspendu par l’exécutif en mars dernier] », ajoute Fabrice, alors que la thématique sanitaire revient dans de nombreux commentaires. D’autres font des choix stratégiques, comme Mohammed. « Face au saccage de notre modèle social, et bien qu’étant un Français de confession musulmane, je voterai pour Marine Le Pen au second tour, pas par conviction mais par protestation. Et il est probable qu’elle ne soit pas capable de réunir une majorité à l’Assemblée, laissant ainsi présager une potentielle cohabitation. » Un pari risqué alors que sous la Ve République, les présidents élus ont la plupart du temps obtenu toujours la majorité absolue aux législatives suivantes.

JForum – 20 Minutes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.