Un coup d’État au Soudan pourrait également frapper Israël.

Après des années d’aide au terrorisme palestinien avec l’Iran, Khartoum a changé de direction – et a signé la normalisation avec Jérusalem. C’était, entre autres, le chemin vers le cœur des États-Unis – et pour la levée des sanctions.

Le bouleversement qui s’est abattu sur le Soudan depuis les premières heures du matin (lundi) peut également avoir un effet sur le processus de normalisation – c’est-à-dire l’établissement de relations complètes – entre ce pays et Israël. Le processus entre les deux a d’abord été plus lent que celui entre Israël et les autres signataires des « Accords d’Abraham » – les Emirats, Bahreïn et le Maroc – et le manque de stabilité à Khartoum pourrait l’affaiblir encore plus.

Au Soudan, rappelons-le, ce qui semble être une tentative de coup d’État se déroule depuis la tombée de la nuit : les forces militaires ont arrêté le Premier ministre Abdullah Hamduk et la plupart de ses ministres et se sont déployées dans toute la capitale Khartoum. Des manifestants opposés à la tentative de coup d’État sont sortis pour protester et des affrontements ont éclaté, faisant également des victimes. Le Premier ministre arrêté a appelé la population à s’opposer à la tentative de coup d’État de manière « non violente ».

Depuis le renversement du dictateur Omar el-Béchir en 2019, le Soudan est dirigé par un « conseil de souveraineté », composé en partie de militaires et pour moitié d’éléments civils. Le conseil est dirigé par les responsables militaires Abd al-Fatah al-Burhan et son adjoint Muhammad Deklo, et un gouvernement dirigé par Hamduk, qui est en charge des affaires civiles du Soudan, a également été formé.

Depuis 2019, les flots de protestations civiles contre l’implication de l’armée dans le gouvernement ne se sont pas arrêtés un instant, et ces dernières semaines, cette protestation s’est intensifiée. Des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour appeler à étendre les pouvoirs des éléments civils du gouvernement soudanais aux dépens de ceux sur le plan militaire et à promouvoir des réformes socio-économiques. Parmi les manifestants figuraient ceux qui se sont dits préoccupés par le fait que les militaires qui continuent de tenir les rênes même après le renversement d’al-Bashir « volent en fait la révolution » de 2019.
Lorsque le gouvernement conjoint militaro-civil a été établi, les deux parties ont convenu d’abord de parvenir à un calme dans le pays et à un sauvetage de la crise économique et de la pression des sanctions qui lui sont imposées – et ensuite seulement de terminer le processus démocratique et d’organiser des élections. Cependant, au fil des jours, il ne semble pas que le Soudan approche de cette étape tant attendue, et au sein de la direction commune, il existe de nombreux désaccords sur la bonne façon d’y parvenir.

Les militaires voulaient la normalisation, le camp civil moins.

La signature de l’accord de normalisation avec Israël, qui a eu lieu il y a environ un an, était l’une des questions en litige. Les Soudanais dirigés par l’armée ont soutenu la promotion de la normalisation en raison de la promesse des États-Unis de supprimer les sanctions sévères qu’ils ont imposées au Soudan depuis l’ère el-Béchir – une suppression qui facilitera l’économie locale.
Néanmoins, la promotion de la normalisation entre Israël et le Soudan a été, comme indiqué, lente par rapport à la promotion des relations entre Israël et les autres pays « abrahamiques ». Il est possible que l’instabilité chronique au Soudan ait causé cela, et il est possible que l’hésitation de Khartoum à propos du déménagement, qui était évidente dès le début, soit simplement restée la même. Malgré cela, des rumeurs entre les deux parties ont été enregistrées, et le point culminant depuis la signature de la normalisation a été la visite au Soudan en janvier de cette année du ministre du Renseignement de l’époque, Eli Cohen. Très récemment, au début du mois, le réseau Al-Arabiya et d’autres médias arabes ont rapporté qu’une délégation sécuritaire et militaire du Soudan est restée en Israël pendant deux jours et a eu des discussions sur les relations entre les deux pays. Les rapports ont affirmé que l’un des membres de la délégation arrivée en Israël était le directeur de l’industrie de la défense et le commandant des forces d’intervention rapide de l’armée soudanaise. Les rapports n’ont pas précisé quand la délégation est arrivée en Israël.
Il est bien sûr trop tôt pour évaluer quelles seront les conséquences du bouleversement qui a commencé ce matin au Soudan sur le processus de normalisation, mais on peut supposer qu’il entraînera un retard supplémentaire, car l’arc converge à nouveau vers les problèmes internes. La direction militaire, dont les gens sont apparemment ceux qui ont effectué le coup d’État ce matin, a un intérêt évident à lever les sanctions contre le Soudan et à faire avancer les relations avec les États-Unis, et ces mesures sont rendues possibles, entre autres, en s’ouvrant à Israël; Les opposants à la direction militaire pourraient nuire à la normalisation – les États-Unis et l’Occident s’opposent à une telle prise de contrôle militaire, qui contredit les accords conclus entre les partis bellicistes au Soudan, et la détérioration des relations entre Washington et Khartoum pourrait également nuire aux relations entre le Soudan et Israël. Avant la reconnaissance d’Israël par le Soudan et le lancement du processus de normalisation, les États-Unis ont commencé à lever les sanctions contre le Soudan, mais un coup d’État militaire pourrait conduire au retour de telles sanctions.Washington, l’Union européenne, la Ligue arabe et l’UE.
Dans les années qui ont précédé le renversement du dictateur el-Béchir, il ne faut pas oublier que le Soudan était considéré comme un terrain fertile pour les activités terroristes contre Israël : des armes étaient fabriquées et introduites en contrebande dans les organisations terroristes palestiniennes. Al-Bashir a maintenu des liens étroits avec les ayatollahs iraniens et les gardiens de la révolution ont opéré au Soudan. Au cours de la dernière décennie, plusieurs attaques d’Israël contre des cibles militaires au Soudan ont été signalées , mais ces dernières années, Khartoum a effectué un revirement de près de 180 degrés : d’abord abroger la loi de boycott d’Israël qui interdit tout contact avec des éléments israéliens depuis 1958. , et plus tard, comme indiqué , a établi une relation avec elle.
 

Soudan : ce que l’on sait du coup d’Etat en cours

Le coup de force des militaires met en suspens la transition amorcée après trente années de dictature dans ce pays d’Afrique de l’Est, l’un des plus pauvres au monde.

FILE PHOTO: A person wearing a Sudan’s flag stand in front of a burning pile of tyres during a protest against prospect of military rule in Khartoum, Sudan October 21, 2021. REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah//File Photo

Lundi 25 octobre, après des semaines de tensions entre militaires et civils qui se partagent le pouvoir au Soudan depuis la destitution de l’autocrate Omar Al-Bachir en 2019, le général Abdel Fattah Al-Bourhane qui était à la tête du Conseil de souveraineté, l’autorité de transition soudanaise, a annoncé que l’armée avait arrêté la quasi-totalité des dirigeants civils.

La transition amorcée après trente années de dictature semble plus que jamais compromise dans ce pays d’Afrique de l’Est, confronté à une grave crise économique – le pays est classé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) 170e sur 189 pour son indice de développement humain. La sécession du Sud a plombé l’économie soudanaise et le pays a également pâti de vingt ans d’embargo américain en raison de violations des droits humains et de liens avec le « terrorisme », jusqu’en 2017, et de son inscription sur la liste noire américaine des pays soutenant le « terrorisme », jusqu’en décembre 2020, freinant les investisseurs étrangers.

Arrestations des ministres, dissolution des institutions.

Depuis ce lundi matin, le « coup d’Etat » dénoncé à l’international s’est déroulé en plusieurs étapes. Le général Abdel Fattah Al-Bourhane a dissous les autorités de transition dont la quasi-totalité des membres civils sont déjà aux mains de l’armée. « La plupart des ministres et les membres civils du Conseil de souveraineté ont été arrêtés (…) par des forces militaires » avant l’aube, a annoncé, dans la matinée, le ministère de l’information soudanais, l’une des rares structures gouvernementales manifestement restée sous le contrôle du gouvernement de transition.

Abdallah Hamdok, le premier ministre, nombre de ses ministres et tous les membres civils du Conseil de souveraineté – plus haute autorité de la transition – ont été arrêtés par des militaires. M. Hamdok a été emmené avec son épouse vers un lieu inconnu après avoir refusé de soutenir le « coup d’Etat » en cours. Ses services ont assuré dans un texte publié en milieu de journée « faire porter l’entière responsabilité de la vie d’Abdallah Hamdok à l’armée » et ont appelé à « manifester » contre le « coup d’Etat » pour « protéger la révolution » de 2019 qui a renversé Al-Bachir.

Plusieurs heures après ces arrestations, le général Al-Bourhane est apparu à la télévision d’Etat, promettant la formation d’un nouveau gouvernement pour « corriger le cours de la transition ». Le gouvernement est dissous, de même que le Conseil de souveraineté, a-t-il dit, les préfets et ministres sont limogés, et l’état d’urgence est déclaré dans tout le pays, a-t-il ajouté. Il a promis des élections pour juillet 2023. Pour les partisans d’un pouvoir civil, il est celui qui veut refaire du Soudan le pré carré de l’armée, et pour ceux qui veulent un « gouvernement militaire », il est l’homme providentiel.

Après avoir joué un rôle-clé mais très discret comme commandant de l’armée de terre avant qu’Omar Al-Bachir ne le nomme inspecteur général de l’armée, le général Al-Bourhane est sorti de l’ombre le 12 avril 2019 en prenant les commandes du Conseil militaire de transition, au lendemain de la chute du dictateur.

Les raisons du coup d’Etat

Depuis 2019 la chute d’Al-Bachir, le pouvoir était partagé entre le gouvernement civil dirigé par M. Hamdok et le Conseil de souveraineté chargé de mener la transition, mais le coup de force intervient dans un contexte de tensions exacerbées entre civils et militaires.

La direction du Conseil de souveraineté devait être transmise à une personnalité civile dans les prochains mois et les militaires avaient jusqu’ici affirmé leur volonté de respecter le processus de transition. Mais la date exacte de cette passation de pouvoir n’était cependant pas encore connue précisément. De plus les autorités de transition peinaient à s’entendre sur la remise ou non de Béchir à la Cour pénale internationale (CPI).

Le 16 octobre, des partisans de l’armée ont planté leurs tentes devant le palais présidentiel où siègent les autorités de transition. En réponse, le 21 octobre, les partisans du pouvoir civil sont descendus par dizaines de milliers dans les rues du pays pour « sauver » leur « révolution ». Il y a deux jours, le camp pro civil avait mis en garde contre un « coup d’Etat rampant », lors d’une conférence de presse qu’une petite foule avait cherché à empêcher.

Manifestations et appels à la désobéissance civile.

 

Avant même que le général Al-Bourhane ne s’exprime, des milliers de Soudanais sont descendus dans les rues pour conspuer l’armée. « Deux manifestants » partisans d’un pouvoir civil ont été tués et « plus de 80 autres blessés » par des tirs de l’armée à Khartoum, a annoncé un syndicat de médecins prodémocratie.

L’armée, appuyée par les paramilitaires des Forces de soutien rapide, s’est déployée dans les rues de Khartoum pour y restreindre les déplacements. La chaîne de télévision Al-Arabiya, basée à Dubaï, a signalé la fermeture de l’aéroport de Khartoum et la suspension des vols internationaux.

C’est un « coup d’Etat militaire », a rapidement affirmé l’Association des professionnels soudanais, l’un des fers de lance de la révolte de 2019. Avec le syndicat des médecins et des banques, l’Association des professionnels a aussi appelé à la désobéissance civile à Khartoum plongée dans le chaos, sans internet et avec des rues noires de monde se demandant à quel nouveau rebondissement s’attendre dans un pays déjà secoué par un coup d’Etat manqué il y a un mois.

Condamnations internationales

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a condamné « le coup d’Etat militaire en cours » au Soudan et réclamé la libération « immédiate » du premier ministre Abdallah Hamdok. « Il faut assurer le plein respect de la charte constitutionnelle pour protéger la transition politique obtenue de haute lutte », a-t-il affirmé sur Twitter.

L’émissaire de l’ONU au Soudan, Volker Perthes, a dit craindre que de nouvelles violences se produisent dans la nuit de lundi à mardi. « Nous continuons d’avoir des barricades en feu et pouvons entendre des coups de feu », a dit l’émissaire basé à Khartoum lors d’une conférence de presse en vidéo. « Je demande la libération de ceux qui ont été illégalement arrêtés aujourd’hui », a-t-il ajouté. Le responsable de l’ONU a précisé s’attendre à une réunion d’urgence, mardi, du Conseil de sécurité. Ce Conseil « peut toujours être d’une grande aide, s’il est uni », a-t-il fait valoir.

La Ligue arabe a exhorté au dialogue, faisant part de sa « profonde préoccupation » et appelant « toutes les parties à respecter » l’accord de partage du pouvoir de transition établi en 2019 après le renversement d’Omar Al-Bachir, dans un communiqué citant son secrétaire général Ahmed Aboul Gheit. Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki appelle à « la reprise immédiate des consultations entre civils et militaires », selon un communiqué de l’organisation panafricaine.

Les Etats-Unis se sont dits « profondément inquiets », prévenant que « tout changement du gouvernement de transition mettait en danger l’aide américaine ». Ned Price, le porte-parole de la diplomatie américaine a demandé la libération de « tous les acteurs politiques », ainsi que la garantie de leur sécurité, et a annoncé la suspension d’une aide financière importante de 700 millions de dollars à la transition soudanaise.

La Commission européenne a de son côté appelé à la « libération rapide » des dirigeants civils du gouvernement du Soudan et à « ce que les moyens de communications ne soient pas entravés pour permettre de joindre ceux qui en ont besoin ». Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a lui appelé la communauté internationale « à remettre la transition soudanaise sur les rails ».

La France a condamné « avec la plus grande fermeté » la tentative de coup d’Etat. « J’exprime notre soutien au gouvernement de transition soudanais et appelle à la libération immédiate et au respect de l’intégrité du premier ministre et des dirigeants civils », a tweeté le président Emmanuel Macron.

Jugeant « atterrantes » les informations venant de Khartoum, l’Allemagne a « clairement condamné » la tentative de coup d’Etat qui « doit cesser immédiatement » pour permettre la poursuite d’une « transition politique pacifique vers la démocratie », selon un communiqué du ministre des affaires étrangères Heiko Maas, appelant au « dialogue » entre responsables politiques.

Rejetant, elle aussi, « toute tentative de changement inconstitutionnel de gouvernement », l’Afrique du Sud, par la voix de son ministère des affaires étrangères, a appelé à « la libération immédiate et sans conditions » des responsables politiques arrêtés par les forces de sécurité.

Pour la Russie, en revanche, ce putsch est « le résultat logique d’une politique ratée qui a été menée ces deux dernières années »« Les autorités de transition et leurs parrains étrangers se moquaient dans la pratique du désespoir et de la situation pitoyable de la majeure partie de la population », a ajouté le ministère russe des affaires étrangères dans un communiqué. « Une ingérence étrangère d’ampleur dans les affaires intérieures de la République a abouti à la perte de confiance des citoyens du Soudan envers les autorités de transition (…), provoquant une instabilité générale dans le pays », a-t-il encore écrit.

 

1 COMMENTAIRE

  1. 8 morts au moins à cet instant, parmi les manifestants…
    Certains pays sont toujours la proie des juntes, militaro-religieuses, qui installent le fascisme pour implanter un pouvoir héréditaire.
    On connaît. Vieux procédé totalitaire depuis 3000 ans.
    Mais que cela nous mette en garde, les pouvoirs passent,… et les traités aussi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.