A U.S. Air Force B-2 Spirit "Stealth" bomber, 393rd Expeditionary Bomb Squadron, 509th Bomb Wing, Whiteman Air Force Base, Mo., flies over the Pacific Ocean after a recent aerial refueling mission, May 2, 2005. The Bombers are deployed to Anderson Air Force Base, Guam, as part of a rotation that has provided the U.S. Pacific Command a continous bomber presence in the Asian Pacific region since February 2004, enhancing regional security and the U.S. commitment to the Western Pacific. (U.S. Air Force photo by Tech Sgt. Cecilio Ricardo) (Released)

Les bombardiers américains pourraient être à nouveau mis en alerte nucléaire permanente.

Actuellement, la dissuasion nucléaire américaine repose sur trois composantes : les missiles balistiques sol-sol intercontinentaux de type Minuteman III, les bombardiers stratégiques et 14 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins [SNLE] de classe Ohio. Or, toutes doivent être modernisées dans les années qui viennent, ce qui nécessite évidemment de lourds investissements.

Ainsi, s’agissant de la composante océanique, elle comptera, à partir de 2030, 12 SNLE de la classe Columbia, dont le prix unitaire avoisine les 5 milliards de dollars. Dans le même temps, le développement et l’acquisition des nouveaux bombardiers B-21 Raider coûteront à l’US Air Force environ 80 milliards de dollars pour 100 exemplaires.

Enfin, les 450 missiles balistiques Minuteman III – qui affichent 50 ans d’âge – seront remplacés dans le cadre du programme GSBD [Ground Based Strategic Deterrent], pour lequel un premier contrat de 13,5 milliards de dollars a été attribué à Northrop Grumman en septembre 2020. Mais la facture finale pourrait atteindre les 100 milliards de dollars, ce qui fait « tousser » au Congrès, où certaines voix estiment qu’il serait possible de s’en passer.

Cela, les B-2 « Spirit » et les B-52H « Stratofortress » de l’US Air Force n’assurent plus d’alerte nucléaire permanente depuis la fin des années 1990. C’est à dire qu’aucun d’entre-eux ne se tient actuellement prêt à décoller sur ordre du chef de la Maison Blanche avec une bombe ou un missiles nucléaire prêt à l’emploi en soute.

Aussi, la dissuasion nucléaire américaine ne repose pas à proprement parler sur une « triade » mais sur une « dyade », constituée par les missiles Minuteman III et les SNLE de la classe Ohio. C’est en effet ce qu’a souligné l’amiral Charles Richard, le chef de l’US Strategic Command, lors d’une audition parlementaire.

« Si vous n’avez pas de missiles balistiques intercontinentaux… vous êtes complètement dépendant de la composante sous-marine. J’ai dit au secrétaire à la Défense [Lloyd Austin, ndlr] que, dans ces conditions, je demanderais à mettre de nouveau les bombardiers en alerte permanente », a expliqué l’amiral Richard, alors qu’il était interrogée sur l’avenir du programme GSBD.

Tout dépendra donc du sort que sera fait aux missiles sol-sol de la dissuasion américaine… En tout cas, pour l’amiral Richards, il n’est pas question de les moderniser afin de les maintenir en service au-delà de 2030. Quant à leur remplacement par de nouveaux engins, le prix à payer peut être « dissuasif », alors que les armes hypersoniques sont susceptibles de changer la donne.

 

3 Commentaires

  1. Le titre : « Les bombardiers américains mis en état d’alerte »

    Le texte : « Les bombardiers américains pourraient être mis en état d’alerte ».

    Vous êtes sérieux ?

  2. C’est de l’agitation destinée à faire croire que Biden est actif, notamment en ce qui concerne les dossiers de la défense.

    Ce besoin de montrer les muscles semble indiquer que l’on s’inquiète, dans l’entourage de Biden, de l’image qu’il donne actuellement à l’opinion publique US, une opinion publique qui n’a sans doute pas manqué de remarquer que chinois, russes et iraniens semblent avoir retrouver de la vigueur et même de l’insolence depuis son élection.

    Pauvres américains. Ils ne sont pas au bout de leurs soucis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.