Le Mossad aura du mal à éliminer les hauts responsables du Hamas au Qatar.

Le Mossad et le Qatar ont des intérêts contradictoires. D’un côté, le chef du Mossad, Dadi Barnea, a fait de Doha sa seconde patrie ces dernières semaines afin de rapatrier les personnes enlevées par les Israéliens. En revanche, de hauts responsables du Hamas, qu’il est censé éliminer, se cachent à Doha sous la protection du gouvernement qatari. Le même gouvernement qui l’aide à libérer les otages israéliens de la captivité du Hamas.

Comment concilier cette dissonance ? Le Mossad ne parviendra probablement pas à éliminer les hauts responsables du Hamas au Qatar et devra inventer des astuces pour les faire partir vers d’autres pays. 

Depuis le massacre dans la bande de Gaza début octobre dernier, il y a environ deux mois,  j’ai écrit que le Mossad avait commencé à s’organiser pour éliminer les hauts responsables du Hamas . Le mécanisme et la pensée sont prévisibles. Depuis le massacre des athlètes à Munich, lorsque le Mossad a créé une unité d’élimination, l’algorithme fonctionne sans interruption.

Les organisations terroristes commettent des crimes contre les Israéliens et le Mossad tente d’éliminer les hauts responsables de ces organisations. Du moins ceux qui restent en dehors des frontières d’Israël.

Encore une fois, l’algorithme fonctionne. Le Mossad aurait mis en place une équipe spéciale dont la mission serait de rassembler des renseignements avant une opération sur tous les hauts dirigeants du Hamas et du Jihad islamique vivant à l’étranger. Une telle opération d’élimination peut prendre entre quelques mois si la cible était déjà sous surveillance avant le 7 octobre ou des années si la cible est nouvelle sur la liste de surveillance.

Aussi, il faut supposer que depuis le 7 octobre, de hauts responsables de ces organisations, dont certains séjournent probablement en Iran, en Syrie, au Liban, en Turquie, en Amérique du Sud et centrale ou dans les pays du Golfe, sont entrés en alerte d’élimination. Autrement dit, ils fuient le Mossad et les services de renseignement occidentaux qui les poursuivent, dans le cadre de la coopération avec Israël.

Comme indiqué lors de l’ouverture, au moins dans le contexte du Hamas, certains des plus hauts responsables de l’organisation reçoivent l’asile à Doha et à Ankara. Deux lieux d’action très problématiques pour le Mossad, d’un point de vue politique.

Les deux pays, le Qatar et la Turquie, entretiennent des relations étendues avec Israël. Les importations israéliennes en provenance de Turquie s’élèvent à des milliards de NIS par an et les liens avec Doha se poursuivent depuis 2006 concernant les relations avec le Hamas à Gaza et l’Autorité palestinienne en Israël.

Le Qatar est considéré comme l’un des principaux pays dans ses relations avec les organisations terroristes musulmanes dans le monde. Tant en ce qui concerne la libération des personnes enlevées que dans le cadre de la prise de contact avec de telles organisations, en cas de crise.

On peut supposer que tant que tous les efforts contre le Qatar pour rapatrier les personnes enlevées ne seront pas épuisés, les hauts responsables du Hamas bénéficieront d’une protection à Doha. Même après cela, il faut supposer qu’une partie de l’accord avec Israël, celui qui n’a pas été rendu public pour des raisons de politique intérieure et avec Barna personnellement, comprend une clause selon laquelle les hauts responsables du Hamas peuvent continuer à vivre une vie heureuse – aussi longtemps que car ils se trouvent à l’intérieur des frontières du Qatar.

En d’autres termes, le Qatar risque de devenir une prison à ciel ouvert pour les hauts responsables du Hamas. S’ils décident de quitter ses frontières, le Mossad fera tout pour les atteindre. 

JForum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Daniel

Leurs jours sont comptés.

Charles DALGER

Question bête : Si le Mossad veut vraiment éliminer les déchets, il peut le faire. Mais voilà, par le passé, le Mossad a refusé à QUATRE reprises, d’éliminer le macaque à déchets, celui que le ténia chiracaille enterra en grandes pompes…

victor nizard

ahh si on pouvait les liquider au Qatar…. quel messagw pour tous les nazis de ce monde !

BOCCARA

S’agit il d’une farce ?
Barnea passe son temps à Doa ,capitale islamique wahabite ,objectivement et fourbement ennemie , sponsor principal de nos pires ennemis terroristes , et ce pour négocier la pire reddition d’Israel là où se trouvent hébergés luxueusement les chefs atroces et on nous dit qu’il est chargé de les éliminer ?
Et on est sensé avaler ça ?