Ce que contient le rapport de la CIA remis à Biden sur « le monde en 2040 »

L’étude de la célèbre agence de renseignement américaine met en avant le poids de l’intelligence artificielle dans nos vies futures.

Tous les quatre ans, le National Intelligence Council (NIC) de la CIA livre à chaque nouveau président américain élu ou réélu son diagnostic sur le futur de la planète d’ici 15 à 20 ans. En janvier 2017, le républicain Donald Trump avait donc eu l’occasion de consulter les projections de la puissante agence de renseignement pour 2035. En 2009, le 44e président des Etats-Unis, Barack Obama – s’il l’a lu attentivement – avait pu noter qu’une pandémie était hautement probable avant 2025.

Le démocrate Joe Biden s’est quant à lui fait récemment déposer sur son bureau une vision du monde en l’an 2040. Le rapport, rendu public et traduit en français, est paru le 28 avril aux éditions des Équateurs. Sans surprise, celui-ci dessine un avenir bouleversé par les progrès technologiques, en particulier ceux de l’intelligence artificielle, ainsi que par le changement climatique à l’oeuvre. Voici ce que l’on en sait.

« Adaptation et innovation »

« Les deux mots-clés dans ce rapport, c’est adaptation et innovation, précise Piotr Smolar, journaliste au quotidien Le Monde et auteur de la préface de l’ouvrage, à franceinfo. Il montre bien que le progrès technologique ne se refuse pas. On ne va pas s’enfermer dans une tente sans eau courante et sans électricité dans le Larzac. Le monde est tel qu’il est et la course à l’innovation va s’accélérer encore. »

Plus concrètement, « d’ici à 2040, les applications de l’intelligence artificielle, combinées à d’autres technologies, profiteront à presque tous les aspects de la vie : amélioration des soins de santé, transports plus sûrs et plus efficaces, éducation personnalisée, amélioration des logiciels pour les tâches quotidiennes et augmentation du rendement des cultures agricoles », écrit la CIA dans un extrait dévoilé par Le Point.

Et comme chaque nouvelle technologie comporte sa part d’ombre, l’agence de renseignement alerte : « Une adoption généralisée de l’IA, notamment dans le domaine de la guerre, accroît également le risque de mauvaise utilisation intentionnelle ou d’escalade ou d’engagement involontaire. » Les « milliers de milliards » d’objets connectés, selon Piotr Smolar, esquissent un monde où l’automatisation règne. Pour le meilleur et pour le pire. Certaines professions disparaîtront complètement. Le journaliste cite l’exemple de l’agent de caisse en supermarché. Les voitures automatiques feront-elles de la même manière disparaître le métier de taxi ? Rendez-vous en 2040.

Dégradation de la terre… et de notre santé mentale

Les conséquences du réchauffement climatique sur la planète occupent également une place de taille dans l’état du monde d’ici à 20 ans. Le rapport de la CIA tente de répondre à quelques questions : « Comment les sociétés résisteront-elles à la pression migratoire ? Au manque d’eau ? ». Un autre extrait, toujours livré par Le Point, laisse à penser que les tensions autour de ces sujets vont s’accroître. « Au cours des deux prochaines décennies, la croissance démographique, l’urbanisation rapide et la mauvaise gestion des terres et des ressources vont de plus en plus exacerber les effets du changement climatique dans de nombreux pays, notamment dans le monde en développement. (…) Les régions encore tributaires de l’agriculture pluviale seront particulièrement vulnérables : l’Afrique subsaharienne, l’Amérique centrale, certaines zones de l’Argentine et du Brésil, certaines parties de la région andine, l’Asie du Sud et l’Australie. »

Le rapport de la CIA n’oublie pas les conséquences de l’épidémie de Covid-19, dont les effets sur notre santé mentale se feront sentir à long terme. Le chiffre de 16 000 milliards de dollars de coût pour les sociétés est mis en avant par l’agence basée à Langley, en Virginie. « On est encore dans une phase active de la crise et on ne mesure pas toutes les conséquences sismiques de cette épidémie. Le bilan final va être évidemment catastrophique pour les jeunes, pour les emplois précaires, pour ceux qui sont mal logés, pour ceux qui ont éventuellement perdu leur emploi, pour ceux qui ont été désocialisés », commente à ce sujet Piotr Smolar, à franceinfo.

Menace sur la démocratie, désordre mondial et terrorisme

Aux côtés des certitudes et des défis à relever pour la planète, la CIA pointe enfin l’inexorable déclin de nos démocraties. « La tendance à l’érosion de la démocratie risque de se poursuivre au moins pendant la prochaine décennie, voire plus longtemps », est-il écrit dans un autre extrait du livre. « Répondre aux préoccupations du public concernant la corruption, le monopole des élites et les inégalités peut contribuer à restaurer la confiance du public et à renforcer la légitimité institutionnelle », analyse le National Intelligence Council en guise de solution. En vérité, toutes les formes de pouvoir feront face à de plus en plus de défiance, y compris les états totalitaires, rongés par la « corruption ».

La polarisation du monde, que l’on constate déjà à l’heure actuelle, ne devrait être que renforcée. « Au cours des deux prochaines décennies, l’intensité de la concurrence pour l’influence mondiale devrait atteindre son plus haut niveau depuis la guerre froide », prédit la CIA, avec en tête le duel entre les Etats-Unis et la Chine.

Par LEXPRESS.fr le 06.05.2021 mis à jour à 16:30

Logo de la centrale d’espionnage américaine dans le hall d’entrée du siège à Langley en Virginie, le 14 août 2008. afp.com/SAUL LOEB

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.