Enfin, la justice se réveille et prend une décision cohérente face à l’antisémitisme.

Quatre mois de prison pour un livreur ayant refusé des livraisons casher.

Un Algérien de 19 ans a été condamné jeudi à quatre mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Strasbourg pour discriminations fondées sur la religion, après avoir refusé de livrer les commandes de deux restaurants casher de Strasbourg.

La sanction est lourde, tout comme les mots du président du tribunal  Bertrand Gautier, en rendant la décision qui est assortie d’un mandat de dépôt.: « Vous qui n’avez pas été élevé en France, je vous rappelle qu’on doit respecter tout le monde dans ce pays, quelle que soit sa religion ». Le livreur avait lancé jeudi dernier à l’un des restaurateurs : « Je ne livre pas aux juifs ».

Jugé en comparution immédiate, le jeune homme, arrivé en France avec un visa de tourisme il y a environ un an et désormais présent de manière illégale sur le territoire, fait également l’objet d’une obligation de quitter le territoire français émise par la préfecture.

En fin de semaine dernière, deux restaurateurs strasbourgeois avaient porté plainte, après s’être vu annuler la prise en charge de leur commande par un livreur de l’entreprise de livraison de repas Deliveroo, après avoir indiqué, à la demande du livreur, que leurs établissements faisaient de la cuisine israélienne.

A l’audience, l’un des restaurateurs a réaffirmé que ce livreur, qui utilisait le compte Deliveroo d’un autre, lui avait dit « Je ne livre pas les Juifs » avant d’annuler la commande devant lui. Aidé par un interprète, le livreur a lui reconnu avoir annulé les commandes, mais pas avoir prononcé cette phrase. L’avocat des deux restaurateurs, Me Raphaël Nisand, a estimé à l’issue de l’audience que « la justice a bien parlé », mais a néanmoins regretté que Deliveroo n’ait pas été concerné par une action en justice.

« J’ai demandé l’origine de la cuisine parce que je suis curieux »

Le livreur est donc désigné comme l’unique responsable. Et pourtant, c’est comme s’il manquait quelqu’un dans la salle d’audience« Deliveroo n’est pas présent dans la procédure, mais le mériterait« , reconnaît d’ailleurs l’avocat des deux restaurateurs victimes, Me Raphael Nisand. Car on a découvert, lors de l’audience, toute la complexité du système Deliveroo.

C’est un livreur comme beaucoup d’autres qui s’est présenté ce jeudi au tribunal : survêtement de sport sur les épaules, c’est un jeune migrant, d’origine algérienne, venu en France il y a un an, des rêves de football plein la tête. Il joue d’ailleurs au FC Kronenbourg à Strasbourg. D’allure sportive, il nie tout antisémitisme.

« J’ai demandé l’origine de la cuisine parce que je suis nouveau dans le métier, je suis curieux« , explique le livreur dans son box. « Alors pourquoi avoir annulé les commandes ?« , interroge le président. « Car je me suis rendu compte sur place que les livraisons n’étaient pas rentables« . Les deux restaurateurs, présents à l’audience, remuent sur leur siège. « C’est faux » souffle l’un d’eux dans son masque. Le tribunal leur donnera raison.

Mais pour Me Nisand, « c’est tout le système Deliveroo qui est en cause« . Car le livreur, qui se faisait surnommer « Rahou » est en fait un sous-traitant : il utilise le compte d’un ami à lui, qui a trouvé un emploi plus pérenne. En échange, Rahou lui verse chaque mois 150 euros. « Il y a une exploitation de la misère. Le fonctionnement de Deliveroo mène à ces dérives« , lance d’ailleurs l’avocate de SOS Racisme, également partie civile dans ce dossier.

C’est un cas isolé — Deliveroo

« C’est un cas isolé, très regrettable certes mais isolé. Nous travaillons avec 14 000 livreurs. Nous avons 99,9% de notre flotte de partenaires qui sont des gens irréprochables. Il ne faut pas tout confondre« , répond Melvina Sarfati El Grably, la directrice générale de Deliveroo France.

Le nom du livreur n’apparaissait nulle part

L’autre situation problématique concerne le manque de transparence. « Les policiers ont dû opérer un jeu de piste pour vous retrouver« , souligne d’ailleurs le président. Car le nom du prévenu n’apparaissait nulle part : ni sur la plate-forme Deliveroo – puisqu’il n’était pas enregistré comme livreur – ni sur les comptes bancaires reliés au contrat. Les virements se faisaient sur les comptes de quelqu’un d’autre, qui lui avaient donné un RIB.

« Cela pose la question de la traçabilité de ce qu’on commande. Il n’y a aucune traçabilité avec cette société« , estime Me Nisand. « Les pratiques de sous-traitance sont légales, mais encadrées, en respectant le cahier des charges de notre entreprise, et notamment la déclaration complète du sous-traitant. Là, c’est un compte qui a été sous-traité de manière illégale« , répond Melvina Sarfati El Grably. Le compte du livreur partenaire a d’ailleurs été définitivement supprimé par Deliveroo.

Alors que Deliveroo avait affirmé lundi prendre « cet incident très au sérieux », le président du tribunal a déclaré à l’audience que l’entreprise n’avait été « pas particulièrement coopérative ni très réactive » avec la police pour identifier ce livreur, qui utilisait les accès à la plateforme d’une personne et se faisait verser l’argent de ses livraisons sur le compte d’une troisième personne.

« Nous sommes soulagés de l’issue de cette enquête, qui a permis d’identifier l’auteur de ces faits odieux, grâce à la coopération étroite de Deliveroo avec les services de police », a de son côté affirmé la directrice générale de Deliveroo, Melvina Sarfati El Grably, dans un message écrit transmis à l’AFP.

L’entreprise a indiqué avoir « pris la décision irrévocable de mettre un terme à notre partenariat avec le titulaire du compte, pour manquement grave », celui-ci ayant « en effet prêté son compte de manière illégale à l’auteur des faits, pratique que nous condamnons ».
Le livreur a également été condamné à verser 1.000 euros à chacun des restaurateurs au titre de préjudice moral, ainsi que des dommages et intérêts à des associations qui s’étaient portés partie civile.

« La main des juges n’a pas tremblé devant l’antisémitisme » a réagi sur Twitter la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA).

JForum et AFP

 

 

 

10 Commentaires

  1. On sait pertinemment :
    1. Qu’il ne fera pas de prison
    2. Qu’il ne paiera pas les 1000 €
    3. Qu’il ne sera pas expulsé
    4. Qu’il obtiendra la nationalité Française (cerise sur le gâteau)

    Bienvenu en Macronie françarabienne.

  2. Dire que c’est la religion du Juif qui pose problème aux antisémites, c’est vite aller en besogne. « La question juive » demeure un mystère qui se terre dans l’esprit de la majorité des Juifs qui assument le hasard de leur naissance, qu’ils soient religieux, athées ou agnostiques. Ne pensez-vous pas ?

  3. De la poudre aux yeux. On fait semblant pour se donner bonne conscience, mais c’est pour la galerie. La réalité est que cet individu ne fera pas de prison et ne quittera pas le territoire. Pas parce que la police ne veut pas, mais parce que lui même ne veut pas et dans ce pays c’est l’immigrant qui dicte sa loi.
    La France, et plus largement la civilisation judéo-chrétienne, disparaissent à feu lent sous les coups de buttoir des progressistes. On n’y peut rien. Ils le veulent, ils l’auront.
    Seul Israel et le monde juif survivront, comme c’est le cas depuis 2000 ans, parce que nous savons d’où nous venons et où nous allons, et que nous transmettons à nos enfants l’héritage que nous avons reçu de nos pères. Il est là le secret de notre survie.

  4. Ne soyons pas naïfs,les juges savent tres bien qu’il n’ira pas en prison,qu’il pourra rester en France … il aurait fallu une peine plus lourde mais deux ans pour déclaration antisémite ca n’est pas faisable .
    Leur tradition vise à protéger d’abord le musulman avant le juif comme victime,même s’il n’est pas résident legal.
    Je ne pense pas que tout à coup ils aient viré leur cuti, sauf que la il y a une plateforme internet et qu’ils auraient pu la simmer de rendre des comptes sur son absence de contrôle.

  5. Ne crions pas victoire car il n’est pas encore parti dans son bled de merde. La gauche va lui désigner un bon avocat et en plus il peut obtenir la nationalité française, ce qui fera une voix de plus au profit de micron aux prochaines élections.

  6. Sauf qu’il ne fera jamais ces quatre mois de prison étant donné qu’une peine en dessous de deux ans on va pas en prison ,Ne sera pas expulsé non plus puisque pour qu’il y ait expulsion il faut que le pays de retour accepte le délinquant. Il ne payera pas non plus l’amende puisqu’il n’a pas de compte en banque

  7. Pourquoi ne l ont ils pas expulsé de suite ? 4 mois de prison nourri logé aux frais du contribuable français. Les extrémistes de gauche ou autres parties lui trouveront bien un autre avocat qui finira par le faire passer pour une victime et cette racaille restera en France..

  8. ENFIN ! Merci aux juges ! Une belle leçon pour ceux qui ne veulent pas comprendre que la religion est un choix personnel et LIBRE, que les citoyens Français n’ont pas à être désignés
    ou servis selon leur religion . Si l’on n’est pas apte à vivre dans une société multireligieuse en France , il faut faire d’autre choix , les Juges l’ont fait comprendre à ce serveur d’un autre lieu et d’un autre temps. Je suis très satisfaite , avis aux amateurs de discorde dans ce pays généreux , tolérant et accueillant qu’est notre France . »no pasaran ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.